Philippe Cote


« Cinémas de traverse »
décembre 27, 2010, 10:09
Filed under: Agenda

de Michel Amarger et Frédérique Devaux – 2010

un docu-voyage dans le cinéma alternatif en 5 rencontres
au cinéma L’entrepôt à Paris

* vendredi 14 janvier à 20h Premier volet (69′)
les alternatives culturelles
Séance suivie d’une rencontre avec les auteurs et Xavier De La Porte. Producteur à France Culture. Animateur de l’émission « Place de la toile ».

* samedi 15 janvier à 15h 40 Premier Volet (69′)
les alternatives de la mémoire
Séance suivie d’une rencontre avec les auteurs et Béatrice de Pastre. Directrice des collections. Archives françaises du film. Direction du patrimoine cinématographique.

*vendredi 21 janvier à 20h Deuxième Volet (97′)
les alternatives politico-sociales
séance suivie d’une rencontre avec les auteurs et Sylvain Garel. Critique de cinéma. Président du Groupe Vert au Conseil de Paris.

*samedi 22 janvier à 15h 40 Deuxième Volet (97′)
les alternatives de production de biens
séance suivie d’une rencontre avec les auteurs et
Fabien Eychenne. (Fondation Fing – sous réserve) Chef de projet.
Fondation Internet Nouvelle Génération.

*jeudi 27 janvier à 15h 30 Projection des 2 volets (166′)
Un cinéma alternatif
séance précédée d’une présentation par les auteurs

Venez voir l’une ou l’autre ou les 2 parties du film et discuter des modes de ciné vies alternatives avec les réalisateurs et les intervenants présents

Projections rencontres à L’entrepôt
7 / 9 rue Francis de Pressensé 75014
Paris (métro Pernety) Tel: 01 45 40 07 50

Lire la suite

Publicités


Carte blanche à Alexandre Sokourov
décembre 27, 2010, 9:54
Filed under: Agenda

Documentaires russes contemporains du 11 janvier au 16 janvier 2011

Dans le cadre de la rétrospective « Alexandre Sokourov : Des pages cachées », le Jeu de Paume a donné carte blanche au cinéaste, du 11 au 16 janvier 2011

Cette carte blanche sera l’occasion pour Alexandre Sokourov de présenter un choix de documentaires russes contemporains au travers d’une sélection de trois cinéastes : Sergueï Karandochov, Alexandre Rastorgouiév et Alexei Jankowski.

Lire la suite


La Vidéothèque, invitée de l’Ensba
décembre 25, 2010, 6:50
Filed under: Agenda

Le mardi 18 janvier à 17 h, à l’école des Beaux-Arts de Paris,

la Vidéothèque projettera une sélection de 8 oeuvres vidéos

en présence des artistes.

Dans la continuité de son travail éditorial, la Vidéothèque organise aussi des projections.

En janvier, elle aura l’honneur d’être l’invitée de l’ENSBA, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Huit oeuvres vidéos seront projetées, suivies d’une présentation de la Vidéothèque, et d’un temps d’échange avec les artistes autour des oeuvres et de la création vidéo contemporaine.

Lien : Projections de la Vidéothèque

Au programme :

Lire la suite



Théo Angelopoulos – 7 films
décembre 25, 2010, 10:37
Filed under: Agenda, Fleurs secrètes

Précieux !

Edité par Potemkine

Les sept premiers films de l’un des plus grands cinéastes européens. Né en Grèce en 1935, Théo Angelopoulos est l’auteur d’une filmographie monumentale au palmarès impressionnant : une Palme d’or (L’Eternité et un jour), un Prix du scénario (Voyage à Cythère) au festival de Cannes, un Lion d’argent (Paysage dans le brouillard) et un Lion d’or (Alexandre le Grand) au festival de Venise. Tour-à-tour étudiant en droit à Athènes puis en philosophie et en cinéma à Paris, il devient critique de cinéma à son retour en Grèce jusqu’à l’avènement de la dictature des colonels, période pendant laquelle il réalise ses deux premiers longs métrages, La Reconstitution et Jours de 36. Trois ans plus tard, Le Voyage des comédiens, œuvre-fleuve qui revient sur les années les plus sombres de la Grèce, est unanimement salué par la critique internationale comme un chef-d’œuvre.
Sens du récit où s’enchevêtrent passé et présent, splendeur visuelle incomparable, plans séquences à l’ampleur considérable, Théo Angelopoulos affirme très vite la puissance et l’originalité de son style tout en épure et en ellipse.  Fidèle à ses obsessions – l’histoire contemporaine, la mémoire, la faillite des espérances –, le cinéaste emmène ses personnages sur des chemins tourmentés, jongle avec l’espace et le temps et conte, avec élégance et détermination, les blessures et des peines de son pays, la Grèce. Un pays qu’il filme d’un bleu-gris glacial, noyé dans la pluie et le brouillard, enneigé, terrien.

Ce coffret comprend les films suivants :

Lire la suite



KOJI WAKAMATSU VOL.3 (4 DVD)
décembre 25, 2010, 10:23
Filed under: Agenda, Fleurs secrètes

Edité par Blaq out

A compléter par l’édition rare de quatres films de Nagisa Oshima : L’Obsédé en plein jour, À propos des chansons paillardes au Japon, Été japonais : double suicide et Le Retour des trois soûlards ( auxquels on pourrait rajouter des oeuvres plus anciennes Nuit et Brouillard au Japon, Une ville d’amour et d’espoir (1959), Contes cruels de la jeunesse (1960), L’enterrement du soleil (1960), Les plaisirs de la chair ) …ici…réalisés sur la même période, la plus féconde, que les films des coffrets Wakamatsu

Actuellement rétrospective Wakamatsu à la Cinémathèque Française – Rendez-vous incontournable !

Articles excellents : là – Les films libèrent la tête

Lire la suite



Pour les amateurs…
décembre 24, 2010, 3:11
Filed under: Agenda

…de Péplum – Cycle au musée d’Orsay : ici à partir du 28 Décembre

A noter

Ciné-concert
Cabiria

Cabiria de Giovani Pastrone 1914. Italie. Muet

dim 9 janvier 2011 – 15h00 Musée d’Orsay auditorium niveau -2

 



Architectures de film
décembre 24, 2010, 3:07
Filed under: Agenda

Tous les Mercredi du 5 Janvier au 9 Février à 19 H – Centre Pompidou

Alliant cinéma d’avant-garde, film d’artiste et vidéo, « Architectures de film » est un programme de films tentant de relire, par extension, les constituants formels et théoriques d’une modernité artistique définie, dans les années 20, par le groupe De Stijl.

Le mouvement De Stijl est tout à la fois une revue d’avant-garde néerlandaise d’impact international, un groupe d’artistes et d’architectes, une esthétique et un langage plastique aux fondements de l’architecture moderne. Les figures du mouvement sont les peintres Piet Mondrian et Bart van der Leck ; le plasticien multidisciplinaire Theo van Doesburg, théoricien du groupe et directeur de la revue De Stijl, publiée à partir de 1917 ; les architectes Gerrit Rietveld, Jacobus ou Robert van’t Hoff.
En 1918, le Manifeste 1 de De Stijl en appelle à une libération de l’art, exigeant à la fois le rejet de la tradition et celui du culte de l’individu (cristallisé dans le mouvement dit « expressionniste » et « individualiste » de l’Art Nouveau). Un horizon de recherches artistiques et formelles est ainsi défini pour atteindre à des formes pures universelles, au moyen d’une abstraction mathématique et géométrique. De Stijl, « le style » en néerlandais, est l’élaboration d’une vision universaliste de l’art et de la société, unifiant vie, art et culture. « Le but de la nature est l’homme. Le but de l’homme est le style », affirme Mondrian. L’esthétique dite « néo-plasticiste », abstraite, radicalement épurée, explore la dynamique des horizontales et des verticales; les figures sont limitées à la ligne et au rectangle. Les couleurs, sans modulations, sont primaires, encerclées de noir, blanc et gris. La profondeur et le mouvement sont révélés par le chevauchement des plans de couleurs.

Toutes les séances

Lire la suite