Philippe Cote


Visitez la Grèce de Fotos Lambrinos
avril 24, 2012, 1:36
Filed under: Agenda



L’Abominable. ( Annonce )
avril 21, 2012, 4:15
Filed under: Agenda

Bonjour,

Deux évènements à venir à Montreuil où L’Abominable sera présent.

Fleurs noires, le film de Baptiste Bessette sera montré à la Parole Errante le dimanche 29 avril à 11h30 dans le cadre de Atome, Quanta et Résistance.

Split second, une performance avec Stefano Canapa, Christine Abdelnour et Ryan Kernoa sera jouée aux Instants chavirés le vendredi 4 mai à 21h.

 

Au plaisir de vous y retrouver !

L’équipe de L’Abominable.

Lire la suite



KINO CINEMA ( Annonce )
avril 20, 2012, 6:08
Filed under: Agenda

Coucou !

Le kino est de retour et il sera macabre.
Âmes sensibles s’abstenir. Vraiment !
Enfin, seul le film de Brakhage
(docu sur les autopsies, voir le programme en fichier joint)
devra être encadré par un mini débat.
Sinon, venez soutenir une séance de films rares dont le sujet est vraiment fragile,
vis-à-vis de toutes sociétés dites civilisées et judéo-chrétiennes où le tabou de la mort
et de sa représentation demeurent plus que jamais fort.
Et venez découvrir en avant-première deux films sur le deuil de deux jeunes réalisatrices
dont les parti-pris formels se complémentent étrangement…
Et enfin, profitez d’un délicieux moment macabre et surréaliste en compagnie du
cinéaste italien Lucio Fulci qui transforme l’horreur, le gore en pure poésie et délire visuel thérapeutique !

À dimanche,

Derek

Le Shakirail,
72 rue de Riquet,
75018 Paris
Métro Max Dormoy,
à 20h précises – Dimanche 22 Avril

KINO-17-A3

KINO-17-A4



Scratch Projection
avril 19, 2012, 6:45
Filed under: Agenda

Hommage à Robert Breer

Mardi 15 Mai 2012

En collaboration avec les Archives Françaises du Film Expérimental d’Avignon.

Peintre, sculpteur et cinéaste, Robert BREER, nous a quitté le 11 août 2011, laissant derrière lui une œuvre filmique foisonnante et singulière. Né à Détroit (Michigan) en 1926, il réalise ses premiers films d’animation dans les années 1950 alors qu’il vivait à Paris. D’une grande dextérité et d’une liberté inouïe, ses films bouleverseront les codes du cinéma d’animation en usant notamment de techniques très diverses qu’il développe lui-même et en mêlant images abstraites et motifs figuratifs. Il va ainsi recréer l’illusion du mouvement chère au pré-cinéma grâce à des flip-books et à l’utilisation de mutoscopes, avec de simples dessins mais aussi des collages, des photographies ou encore des prises de vue réelles.

Cette séance est l’occasion de rendre hommage à ce grand maître de l’animation et ainsi de redécouvrir quelques-uns de ses films les plus marquants ainsi que des titres plus rarement diffusés.

Lire la suite



Marico Valente ( Annonce )
avril 11, 2012, 12:54
Filed under: Agenda

JEUDI 19 AVRIL 2012 à 20h

Cinéma le nouveau Latina
20 rue du Temple
75004 Paris

Bonjour
Nous avons le grand plaisir d’accueillir la famille et les amis de Marico Valente, cinéaste expérimentale pour une soirée d’hommage présentée par Morena Campani, amie de Marico et réalisatrice.
Maricò Valente est née en 1955 à Naples. Elle fait ses études au Laboratoire audiovisuel de la section des Sciences religieuses de l’Ecole pratique des hautes études (1986-1992), où elle cotoie Jean Rouch et Annie Comolli, puis, en 1994, elle effectue un doctorat de cinéma à Paris I, sous la direction de Daniel Serceau. Maricò Valente est décédée en 2006.
Nous présenterons les films :
Lire la suite


Les 8 et 9 avril à la Parole Errante
avril 7, 2012, 3:14
Filed under: Agenda

Les 8 et 9 avril à la Parole Errante
Projection / Discussion autour de la création de la coopérative de diffusion L’AMORCE

Une coopérative de diffusion est en train de se construire. Une première liste de films et de documents sonores a été établie. Chaque participant à la coopérative ne connaît pas tous les objets déjà rassemblés et mis en commun. Nous avons donc décidé d’un premier moment public pour les voir, les écouter, ensemble, avec d’autres. Et à partir de là, partager les questions que nous nous posons autour de l’existence d’un tel outil.

L’AMORCE, une coopérative.

Nous nous sommes décidés à construire une coopérative de diffusion. Un outil qui répondrait à des besoins, matériels,  existentiels, politiques.
Nous, c’est à dire un groupe de gens qui bricolons avec des moyens et dans des lieux plus ou moins choisis, souvent à plusieurs.

Cette coopérative regroupe des personnes et des objets : on met en commun, on partage. Elle s’articule autour de lieux, parce que les conditions dans lesquelles sont montrés et regardés les films, lus, parcourus ou écoutés tel ou tel objet  nous importent : la diffusion ne se réduit pas à une affaire de circulation.

Nous fabriquons, ça arrive : des films, des objets sonores, des journaux, des affiches, des livres, des choses entre les deux, entre deux formats, entre plusieurs questions. Et nous avons, entre autres soucis, celui de les montrer, de les partager, de les transmettre, que d’autres s’en saisissent. Comment se fait-il qu’au lieu de partage, il est dit distribution ? (Distribution d’ailleurs dont nous sommes privés ). Pour que ces objets puissent être vus, montrés, dans une salle de cinéma, dans le garage d’une maison, au détour d’une bibliothèque, sur le mur d’un immeuble, à l’occasion d’une fête ou d’une discussion, nous avons besoin de personnes à qui les confier et de lieux pour les accueillir.
C’est-à-dire d’hospitalité.

Cette coopérative voudrait en être l’amorce.

cooperativelamorce@gmail.com
http://lamorce.org

À La Parole Errante
9, rue François Debergue
93100 Montreuil
Métro Croix de Chavaux, ligne 9

DIMANCHE : Ouverture à 16h00

Fleurs noires
36 min, 2010 – Baptiste Bessette – prod. Zeugma films
La mémoire de la bombe atomique et de ses terribles effets constitue l’identité de la ville de Hiroshima, reconstruite autour du Parc du Mémorial de la Paix. Mais l’herbe a repoussé et le temps a effacé les traces de la désolation atomique. Le long de la rivière, les arbres du jardin Shukkeien traversé par l’écrivain Tamiki Hara le matin du 6 août 1945, semblent se dresser depuis toujours. J’ai filmé quelques fragments des multiples mémoires qui se sont déposées dans la ville.

Petite pause

Balade au bois
8min, 2009 – vidéo tract
Vincennes, de l’exposition coloniale au centre de rétention, enfermés pour étrangeté. Ce film est une évocation de la France colonia- le d’hier, et des luttes autour et dans les centres de rétention aujourd’hui.

Magume
56 minutes, 2001 – Joachim Gatti et Jean-Baptiste Leroux
Buta, dans le sud du Burundi. Quarante élèves d’une école s’organisent en ateliers pour réfléchir, quatre mois durant, à la guerre qui touche leur pays depuis 1993. Dans la cour de leur école, ils ont installé une table de négociations de paix imaginaires autour de l’identité burundaise et inventé un personnage fictif, Magume. À travers lui, les élèves témoignent de leurs vies et interrogent les identités Hutu et Tutsi.

19h – Repas à prix libre

21h – Reprise

No nacimos para ser coristas
– On n’est pas nées pour être des choristes 1. MC Diana A. 9 min / 3. MC Diestra 7 min, 2011- Lorna Ramirez
Les paroles enflammées de trois femmes de la scène hip-hop à Bo- gotá ont encouragé une exploration mi-sociologique/mi-vidéaste. Ces «notes audiovisuelles» dépeignent les formes variées d’action politique et sociale des rappeuses, dans un terrain dominé par des hommes et dans un contexte où le conflit armé fait partie de la vie quotidienne.

Il est une ronde de songeurs
29min, 2007 – Noémi Aubry – prod. Ozho Naayé
Cet essai visuel est une chaine d’écriture, une parole-relais entre neuf individus âgés de 20 à 30 ans qui réfléchissent à la mise en oralité de l’écriture (poète, slameur, rapeur, écrivain, compagnie de théâtre). Ils se répondent les uns aux autres par l’image de leur texte déclamé. On passe ainsi d’une identité à une autre, d’une question à une autre, car, peut-être, l’identité de chacun change, se construit et se forge au contact des identités voisines.

Nager; Comme si c’était hier
59 min, 2011 – Olivier Derousseau et Isabelle Ogilvie
Ce film, coréalisé, est l’évocation d’un voyage qui commence à Roubaix, passe par Paris, Grenoble, Lussas, Cerbère, jusquà Porbou. Le mémorial Walter Benjamin est à Porbou. En 2003, Isabelle Ogilvie est actrice dans un film d’Olivier Derousseau, Dreyer pour mémoire, tourné au CAT L’Oiseau mouche à Rou- baix. C’est dans ce contexte qu’elle transmet une irrépressible envie : « faire du cinéma ». Nous sommes en 2011, un film s’achève. Il figure l’histoire d’une rencontre et d’un malentendu. Rencontre d’un homme et d’une femme, qui tentent de vérifier ce qu’égalité veut dire et malentendu à propos du destin des images.

LUNDI : Ouverture à 15h00

The story of dragon’s eggs
9min, 2011 – Houcine, Younes, Aziz, Nikos, Clément, Anouck, Jeanne et Noémi.
Court-métrage, réalisé pendant une semaine d’ateliers avec des migrants et des habitants de Mytilini, île de Lesvos, Grèce. Quatre personnages, quatre histoires qui se croisent, du Pakistan à Mytilini, qui sait ce qu’il y a dans un oeuf de dragon ? Houcine dit qu’ils sont des dragons, eux qui ont franchis les frontières, et que personne ne peut savoir ce que contient un oeuf tant qu’il n’a pas éclos.

Extrait de 20min de Nous sommes dans la frontière
54min, 2011 – Collectif Précipité
Chaque soir, dans les murs du foyer, deux cartes se rejoignent et se superposent : celle des trajets faits de milliers de kilomètres et celle des parcours quotidiens dans Paris et sa ban- lieue. Comme s’il s’agissait d’une seule et même carte, décrivant un seul et même « pays ». Celui de tous ceux qui sont un jour partis et ne sont pas vraiment arrivés quelque part. Une enquête réalisée au Centre d’Hébergement d’Urgence de la rue des Pyrénées à Paris en 2003.

Petite pause

Ikaria
11min, 2010 – Isabelle Gressier Le passage à un acte qui pourra libérer le rêve de toutes ses contraintes. L’imaginaire pourra t-il devenir reél ?

Notes sur le système de transport collectif de la ville de Mexico
40min, 2010 – Romain André Un film de photographies sur l’amour, le voyage et le travail. Un film avec des baisers langoureux, un dieu mort, des hommes politiques, un violoniste, des policiers, Claude Levi-Strauss, des rames et des portillons, la voix d’Olivier Derousseau, des vendeurs de disques, un plan de métro, des clowns, une chanson de Chavela Vargas et des manifestants. Un film qui constate, avec joie, au fil des rencontres, l’impossible gestion des flux humains.

18h30 – Discussion collective autour des 2 jours et du projet de la coopérative.



Scratch Projection
avril 5, 2012, 11:47
Filed under: Agenda


Fresh Kill – Carte blanche à eluparcettecrapule

Mardi 10 Avril 2012

Carte blanche à eluparcettecrapule (séance présentée par Christophe Guérin)

Depuis 1992, l’association eluparcettecrapule, basée au Havre, programme des séances de cinéma expérimental. Nomade, elle tisse des liens avec de nombreux acteurs en adaptant ses modes d’interventions, accordant à la projection une grande diversité d’espaces et de publics.
Elle fait ainsi valoir une nécessaire diversité dans le paysage culturel en diffusant une cinématographie qui échappe à toutes les conventions, donc aux circuits de distribution commerciaux. Des avant-gardes historiques aux films contemporains, la richesse de la production témoigne d’un intérêt qu’eluparcettecrapule défend et fait partager depuis 20 ans.

On a souvent célébré les amours entre le train et le cinéma, tous deux transports en commun. Avec l’automobile, véhicule du plaisir individuel, la relation est plus ambivalente. Rutilant objet du désir, elle incarne pourtant un fléau du monde moderne, synonyme d’aliénation,de pollution et de mort violente.
De la chaîne de montage à la casse, une sélection de films et vidéos sur un des symboles de la civilisation industrielle, rêve pour les uns, cauchemar pour les autres…

Lire la suite