Philippe Cote


Seules, dans les montagnes du Yunnan
janvier 31, 2014, 9:35
Filed under: Fleurs secrètes

de Wang Bing

Publicités


Jafar Panahi
janvier 31, 2014, 4:50
Filed under: Agenda

1795774_10203163715032697_470752516_n



Césarée/Les mains négatives
janvier 31, 2014, 4:40
Filed under: Fleurs secrètes

de Marguerite Duras

Césarée/Les mains négatives

Lire la suite



Leviathan/Philippe Grandrieux
janvier 30, 2014, 1:35
Filed under: Fleurs secrètes

Leviathan/Un lac/La vie nouvelle/Sombre

Lire la suite


Off&Pop : L’Ecole de Rome
janvier 30, 2014, 12:34
Filed under: Agenda

Suite du cycle…

5 février 2014, à 19h00 – Centre Pompidou, Paris

Vivante et créative, Rome est dans les années soixante le lieu où se rencontrent les artistes néo-avant-gardistes italiens et étrangers, où se fonde une communauté artistique se partageant un terrain d’expérimentation commun et pluridisciplinaire. Réunis au sein de la Coopérative du Cinéma Indépendant fondée en 1967, artistes, cinéastes et amateurs d’horizons différents se font les promoteurs d’une nouvelle esthétique cinématographique comme celle du peintre Luca Patella, ou encore celle d’Alfredo Leonardi , porte-parole des cinéastes indépendants, qui invite pour son film le poète Nanni Balestrini et l’artiste Pino Pascali ; et enfin celle du couple Lajolo-Lombardi où la rigueur de l’engagement politique remet en cause les fondements même de la contre-culture.

Séance introduite par Bruno Di Marino (historien de l’image en mouvement)

Alfredo Leonardi, Libro di santi di Roma eterna, 1968, 16mm, 14’/ Luca Patella, SKMP2, 1968, 16mm, 30’/ Anna Lajolo & Guido Lombardi, C -La casa del fuoco, 1968, 16mm, 11’/ Giorgo Turi & Roberto Capanna, Voy-age, 1964, 16mm, 11′

 



Peter Goldman
janvier 30, 2014, 11:14
Filed under: Agenda

C’est ce soir Jeudi 30 à 18h!

Rencontre/vernissage/signature

Peter Goldman à Re:Voir/The Film Gallery, 43 rue du Faubourg Saint Martin, Paris 10.

Les Editions Re-Voir édite le DVD des deux films : voir

Reconnu pour ses deux long-métrages ECHOES OF SILENCE (1964) et WHEEL OF ASHES (1968), Peter Goldman n’a plus filmé et a tombé dans l’oubli.

Mais ces films continuent d’inspirer, comme vous pouvez lire dans cet article sorti il y a deux semaines aux Inrocks:

WHEEL OF ASHES est projeté tous les soirs à 18h au Cinéma Saint André des Arts.

Dimanche 2 février à 18h les deux films seront projetés, en présence de l’équipe.



Films de Lav Diaz
janvier 29, 2014, 9:03
Filed under: Fleurs secrètes

Plusieurs films de Lav Diaz à télécharger ( version sous titrée en Italien ou Anglais ) :

Partie 2, Partie 3, Partie 4, Partie 5   Concernant la partie 4, je n’arrive pas à la lancer mais je l’ai téléchargé sans difficulté

Présentation de ce dernier :
Kagadanan sa banwaan ning mga Engkanto de Lav Diaz

2007 / Philippines / 00:00:09

vidéo / Noir et blanc

En novembre 2006, le typhon Reming (ou Durian) détruit la région de Bicol, sur Luçon, l’île principale des Philippines. Cette catastrophe, la plus mortelle connue de mémoire d’homme, tue des centaines de personnes. Des familles entières sont anéanties, des paysages détruits ou bouleversés, recouverts de boue, de débris et de roches, déserts où les routes se sont changées en torrents et où les forêts ont été déchiquetées. Le poète Benjamin Agusan revient à sa ville natale de Padang, près de Legazpi, la plus durement frappée de la région. Depuis sept ans, il vivait en Russie. Il y a travaillé, enseigné, écrit, il y a eu une compagne russe, et un fils, qu’il a perdu. Il revient pour accomplir un deuil, celui de ses parents, de sa sœur, et d’une femme aimée, Amalia, qu’il a abandonnée. Il retrouve d’anciens compagnons : une peintre-sculpteur, Catalina, un ami poète devenu paysan, Teodoro. Tous trois arpentent les lieux dévastés, et les pentes du volcan Mayon, magnifique et menaçant. Tous trois interrogent le sens de l’art, celui de l’amour, le destin des Philippines. Les fantômes du passé hantent Benjamin, des visions d’autrefois, la folie et la possession qui ont tourmenté ses parents, les images d’une ville verdoyante et paisible, comme un paradis perdu. Un mystérieux ogre rôde dans la forêt. A Manille, Benjamin rencontre un paramilitaire qui a été son tortionnaire… Au fil de la marche à la folie et à la mort de Benjamin, les survivants du typhon disent à la caméra la tragédie, les deuils, l’incurie gouvernementale, la survie de « l’après ». Des enfants jouent dans les décombres, des femmes luttent pour leur famille. L’enquête documentaire et la fiction, indissociables, explorent la catastrophe, lui donnant ainsi un caractère métaphorique de l’histoire philippine, sans jamais trahir la réalité des personnes ni celle des lieux. « Encantos » signifie « enchantement » mais c’est aussi un terme qui désigne les êtres surnaturels. Le titre dit déjà beaucoup sur le caractère des Philippins. Nous vivons sur une île enchantée, mais traversée de contradictions. Nous sommes à la fois très riches et très pauvres, très beaux et très laids. Nous connaissons la vérité mais nous ne savons pas la rechercher. C’est très philippin. Nous savons que les Marcos nous ont fait beaucoup de mal, mais nous avons été incapables de les traduire en justice. Nous n’avons récupéré qu’une petite partie de leur fortune en 30 ans, c’est pathétique. Avant même que les Latino-américains aient l’idée du réalisme magique, nous, nous avions déjà Imelda Marcos ! » (L.D.

Commentaires Avec Roeder Camanag (Benjamin Agusan / Hamin), Kalila Aguilos, Sophia Aves, Angeli Bayani (Catalina), Gemma Cuenca (Carmen), Perry Dizon (Teodoro)

Informations complémentaires ImageLav Diaz

SonGeiorge Vibar, Laurel Lee Penaranda

MontageLav Diaz, Dante Perez

Producteur(s)Sine Olivia

Lieu(x) de tournagePhilippines

Critique parue sur CRITIKAT