Philippe Cote


R COMME RÉPÉTITION | MOVING_IMAGE
mai 4, 2014, 8:25
Filed under: Agenda

MERCREDI 7 MAI, 19H30

À LA GAÎTÉ LYRIQUE
3 bis rue Papin – 75003 Paris

ŒUVRES PROJETÉES
Dara Birnbaum : Technology/Transformation: Wonder Woman | Vidéo, 5’50’’, USA, 1978-79
Klaus vom Bruch : Hood | Vidéo, 4’30’’, Allemagne, 1981-1998
Jean-Jacques Palix : Ce disque est le même que l’autre | Vidéo, 9’, France, 2009
Bjørn Melhus : I’m Not The Enemy | Vidéo, 13’30’’, Allemagne, 2011
Adel Abidin : Three Love Songs | Vidéo, 9’39’’, Finlande, 2010
Rod Dickinson : Closed Circuit (extrait) | Document de performance, 5’, Royaume Uni, 2010
Ant Farm, T.R. Uthco : The Eternal Frame | Document de performance, 22’19 », USA, 1975

En présence de Jean-Jacques Palix.

A partir du personnage de Wonder woman, Dara Birnbaum déconstruit les codes de la télévision, isole et répète le moment où cette femme « réelle » se transforme en super-héro. Kaus vom Bruch explore le concept de la répétition comme un moyen formel de modifier la perception à partir d’une séquence de 25 images d’Olivia de Havilland extraites d’un film de 1938. Jean-Jacques Palix utilise des séquences de longs métrages représentant des tourne-disques ou des personnes manipulant des disques, et engage une réflexion sonore et cinématographique sur les notions de répétions et de perception. B jørn Melhus interroge la représentation médiatique d’un héro de guerre. L’artiste se démultiplie face à la caméra et rejoue des extraits sonores de films et de série, et confronte l’univers protecteur de la maison au traumatisme de la guerre. Adel Abidin manipule les images et crée des juxtapositions de significations. Il examine la façon dont les apparences se jouent dans une chanson, et plus particulièrement dans des chansons commandées par Saddam Hussein à la gloire de son propre régime. Rod Dickinson explore la forme historique du discours présidentiel et des conférences de presse de gouvernement. Dans un environnement méticuleusement reproduit, deux acteurs déroulent leur discours sur prompteur. Les collectifs Ant Farm et T.R. Uthco réalisent une reconstitution irrévérencieuse de l’assassinat de John F. Kennedy en 1963 tel que vu dans le célèbre film Zapruder, une performance-spectacle où les rôles de John et Jackie Kennedy sont tenus par les artistes eux-mêmes. Immédiatement confisqué par le FBI en 1976, « The Eternal Frame » interroge le rôle joué par les médias dans la création des mythes postmodernes.