Philippe Cote


SCRATCH EXPANDED
août 31, 2014, 2:31
Filed under: Agenda

Le samedi 13 Septembre 2014, Light Cone organise la 7ème édition de son événement annuel SCRATCH EXPANDED, consacré au cinéma élargi. Cette soirée aura lieu aux Voûtes (19 rue des Frigos, 75013 Paris, Métro Bibliothèque Nationale), de 19h30 à 1h du matin.

Au programme de cet événement :
– une installation : TREES IN WINTER de Chris WELSBY (sous réserve)
– six performances : LA CELLULE D’INTERVENTION METAMKINE (deux performances dans la soirée), ROUGE DE LAND de Paolo GIOLI, SANS TITRE de Gaëlle ROUARD, IDROFONI de Pietro PIRELLI, OPEN CORE de Julien MAIRE
– des films 16mm silencieux de la collection de Light Cone projetés en plein air dans les jardins des Voûtes

PERFORMANCES
Samedi 13 Septembre 2014 à 20h00

20h30 et 00h15 : Cellule d’Intervention Metamkine (France)
Performance avec projecteurs 16mm, écran et miroir, 2014, 30’/40′
Christophe Auger & Xavier Quérel (projecteurs cinéma), Jérôme Noetinger (dispositif électroacoustique)

Les performances de la Cellule d’Intervention Metamkine allient projections 16mm et musique électroacoustique, dans la grande tradition du « cinéma élargi ». Le musicien et les cinéastes sont sur scène, faisant face au public. Deux miroirs installés dans la salle reflètent les images sur un écran placé derrière eux. Sons et images sont travaillés en direct. La Cellule d’Intervention développe une idée de jeu entre image et son, le projecteur cinéma étant un instrument comme le magnétophone à bandes par exemple. Du cinéma pour les oreilles, de la musique pour les yeux. Depuis 1987, ils ont présenté leur travail dans plusieurs festivals, cinémas, galeries et espaces indépendants, en France, Europe, Canada, Etats­-Unis, Japon et Australie. Ils ont également développé des collaborations avec d’autres groupes comme Nachtluft, Voice Crack, Kinobits, Loophole Cinema, Tom Cora, La Flibuste ou Le Cube (avec Gaëlle Rouard, Etienne Caire, Christophe Cardoen et Lionel Marchetti).

Pour plus d’informations : http://metamkine.free.fr

21h15 : Paolo Gioli (Italie)
Rouge de Land, 2014
Conférence/performance avec projection 16mm

Performance basée sur une expérience des années 50 d’Edwin Land, inventeur du Polaroïd. Le modèle de la vision en couleur imaginée par le scientifique américain tenait compte de l’analyse des radiations lumineuses par les cônes dans l’œil mais aussi du traitement des influx nerveux dans le cerveau. Gioli revisite ainsi le phénomène de la persistance rétinienne : une fois une teinte identifiée et associée à un objet visuel, même si l’éclairage change, les sujets continuent de lui attribuer la même couleur, bien que l’image qui se forme dans l’œil ait radicalement changé. L’image étudiée, projetée à partir de deux boucles 16mm noir et blanc, est une corbeille de fruits. La main de l’artiste entre dans le champ de la caméra, et en changeant de place un des éléments de cette nature morte, modifie notre perception du spectre coloré.

Pour plus d’informations : http://www.paologioli.it

22h00 : Gaëlle Rouard (France)
Sans titre, 2014, 25′
Performance avec projecteur 16mm

La chaleur monte au ciel.
Les mouches voient leur fin.
Emportent les ponts ou tarissent les fontaines.
Les gélines sont sourdes.
Bouche noire, gosier sec
Trempe la terre jusqu’au fond,
Comme un bœuf dévore le blé.
La pluie du vallon,
La lampe au clou.
À la queue du loup le loup
Trois jours seulement dure
Bientôt couché et caché,
Que chacun veille sur lui.

22h45: Pietro Pirelli (Italie)
Idrofoni, 2011, 30′
Performance

Dans la pièce Idrofoni, les formes lumineuses émanent de la création musicale de Pietro Pirelli, fils de la célèbre artiste de la lumière Marinella Pirelli. Vibrations sonores et effets visuels constituent le matériau de cette performance musicale. L’hydrophone (lampe sensible) prend la forme d’un disque sur lequel vibre une fine couche d’eau. Grâce à un système de transparence, la lumière traverse le disque, se projette et investit l’espace. Le designer Carlo Forcolini, luthier de la lumière est le créateur de cette lampe sensible. L’eau contenue dans l’objet constitue la peau du tambour. Elle forme une grande membrane liquide qui réagit aux vibrations sonores en générant des images et des formes organiques.

Pour plus d’informations : http://www.labiennale.org/it/mediacenter/video/55-1.html

23h30 : Julien Maire (France)
Open Core, 2009, 45′
Conférence/performance avec projection vidéo

Open Core est une conférence ­performance où Julien Maire propose une séance de dissection d’appareils et de caméras. Au sein d’un laboratoire complexe, le conférencier, supervisé par de multiples caméras, élabore des machines à la fois métaphoriques et empiriques de « l’image mouvement ». Julien Maire enchaîne une série de catastrophes préméditées qui se compléteront finalement pour obtenir des images hybrides, une histoire parallèle des médias, un cheminement intellectuel dans le champ de l’optique et dans les entrailles des machines.

Open Core est une production de DOCK Berlin e.V avec le soutien du Hauptstadtkulturfonds

Pour plus d’informations : http://julienmaire.blogspot.fr

INSTALLATION (SOUS RESERVE)
Samedi 13 Septembre 2014 à 20h00

Chris Welsby (Canada/Royaume-Uni)
Trees in Winter, 2006
Installation vidéo

L’installation Trees in Winter de Chris Welsby repose sur un système d’interaction entre l’environnement naturel extérieur et la mécanique de la vidéo. L’œuvre révèle trois plans fixes sur un arbre caduque rétroéclairé, sur fond d’un ciel hivernal orageux. L’image projetée réagit aux conditions climatiques extérieures, déterminées par un capteur de vent situé à l’extérieur de l’espace de projection.

« Dans mes films et mes vidéos, la mécanique du film ou de la vidéo interagit avec le paysage de telle manière qu’il est donné aux forces élémentaires – comme les changements de lumière, les allers et retours de la marée ou les changements de direction du vent – le temps et l’espace de participer aux processus de la représentation. Les images qui résultent de cela rendent possible la relation entre technologie et processus naturels basée sur des principes autres que ceux de l’exploitation et la domination. » Chris Welsby

Pour plus d’informations : http://www.sfu.ca/~welsby

PROJECTIONS EN PLEIN AIR
Samedi 13 Septembre 2014 à 22h00

De 22h00 à 0h30, sélection de films silencieux (courts, longs et moyens métrages) issus de la collection de Light Cone. Le détail du programme sera communiqué prochainement.

PLUS D’INFORMATIONS
lieu Les Voûtes
19 rue des Frigos
75013 Paris
FRANCE
email lightcone@lightcone.org
lien en relation lesvoutes.org

Publicités


JACQUES KEBADIAN, SECOURS ROUGE DU CINÉMA
août 31, 2014, 2:08
Filed under: Agenda

1 ère séance – Vendredi 5 Septembre à la cinémathèque Française

Vendredi 5 septembre 19h30 Jacques Kebadian I
En présence de Jacques Kebadian

Albertine, le souvenir parfumé de Marie Rose
de Jacques Kebadian et Collectif Eugène Varlin
France/1972/25’/35mm
« Comédie insolente et antiautoritaire, entre fiction et documentaire, Albertine, film-manifeste de l’insurrection de la jeunesse et des désirs, raconte l’histoire d’une adolescente en rébellion contre l’école, la famille rance, la religion et met en scène des jeunes filles et jeunes garçons de 14 à 18 ans qui revendiquent leur droit à une sexualité sans entraves et le droit à l’avortement pour les mineures. » (Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros)

Portrait de Michel Chion (extrait)
de Jacques Kebadian
France/1975/22’/vidéo
« Après Madame music je présume que j’ai réalisé au Service de la Recherche sur un scénario de Michel Chion, portrait du compositeur et de sa musique. » (JK)

Trotsky
de Jacques Kebadian
France/1967/50’/16mm
Avec Patrice Chéreau, Marcel Maréchal, Marcel Bozonnet, François Lafarge, Françoise Renberg, Guy Hocquenghem, Joani Hocquenghem, Pierre-William Glenn, Mic Andrieu, Walter Bal.
« Les fictions lyriques et minimalistes, les archives de la révolution russe, et les films soviétiques, films notoires, films cultes, sont traités sur un pied d’égalité. Chacun se repasse et endosse le manteau, en l’occurrence la veste de cuir, du révolutionnaire ; la révolution est en chacun, chacun en porte le verbe, elle est multiple, plusieurs et tous. » (Franssou Prenant)

Vendredi 5 septembre 21h30 Jacques Kebadian II
En présence de Jacques Kebadian et Franssou Prenant

Cérémonie pour une victoire
de Jacques Kebadian
France/1966/10’/35mm
« À partir de l’œuvre sculptée d’Ipoustéguy, évocation de la bataille de Stalingrad. L’utilisation de l’endoscope pour les prises de vue permet de brouiller l’échelle des éléments fabriqués par le sculpteur pour évoquer ce drame. » (JK)

Histoires d’une sculpture d’après l’œuvre d’Ipousteguy
de Jacques Kebadian et Françoise Prenant
France/1980/40’/16mm
« Ipoustéguy a une voix calme, rusée, il n’emploie que le peu de mots nécessaires à la compréhension de tous. Nous l’écoutons, pendant ce temps, il en profite pour sculpter « comme si de rien n’était ». À la magie de son art il a substitué une sorte de conversation contenue, pudique, instructive. » (Michel Butel)

Apsaras 2
de Jacques Kebadian
France/1989/45’/16mm
« La danse comme l’un des chemins possibles vers cet ailleurs commun, ce point vers lequel les regards, l’émotion, et l’intention convergent. » (JK)

Présentation du cycle

Lire la suite



Funeral parade of roses
août 20, 2014, 2:48
Filed under: Fleurs secrètes

de Toshio Matsumoto, 1969



ARCHIVES : REVUE CINEMA DIFFERENT – 1976 – 1980
août 18, 2014, 2:19
Filed under: Fleurs secrètes

L’intégralité des numéros de la revue CINEDIF sont maintenant accessibles en ligne.

ici

Dans les années 1970, le Collectif Jeune CInéma se lance dans la publication d’une revue innovante à l’initiative de Patrice Kirchhofer. Cinéma différent mêle textes théoriques et écrits plus libres des artistes/cinéastes de passage au CJC. Un souffle de liberté transparaît à la lecture de chaque numéro, tant dans les formes d’écriture (montages/collages photographiques agrémentés de textes, essais artistiques, etc.).

Dès sa forme, Cinéma différent semble faire directement écho à la position que prend le cinéma expérimental dans le paysage cinématographique : Claude Brunel, l’une des auteurs récurrente de la revue, la définit ainsi : « Soumise à aucune ligne directrice, si ce n’est celle des exigences, victime d’aucune théorie mais ouverte à toutes les théories, conçue et réalisée à l’écart des chapelles et des polémiques, des « ce-qu’il-faut-penser », et des « ce-qu’il-faut-faire », Cinéma différent n’a d’autre but qu’aider à la connaissance, à la diffusion et à la création du cinéma indépendant, différent et expérimental » (« Editorial », Cinéma différent, numéro 23/25, Juillet/Août/Septembre 1979, p.3). Reflet de la diversité dont regorge ce cinéma, la revue parvient à concilier des explications précises et aiguisées sur divers mouvements expérimentaux, avec une grande part de création insérée immédiatement, à même les pages.
Pour la mise en ligne de Cinéma différent, Claude Brunel et Jean-Paul Dupuis, deux auteurs ayant participé à l’aventure, ont accepté de nous livrer une entrevue. Ce fût l’occasion pour nous d’aborder plus largement l’organisation du CJC à cette époque et le statut du cinéma expérimental. (Lire l’entretien)

Chaque numéro est consultable et téléchargeable en cliquant sur le lien :

ici

Cinéma différent n°1 (1er trimestre 1976)
CInéma différent n°2 (1er trimestre 1976)
CInéma différent n°3 (Mai 1976)
Cinéma différent n°4 (2e trimestre 1976)
CInéma différent n°5/6 (Août/Juillet 1976)
Cinéma différent n°7/8 (Janvier/Février 1977)
Cinéma différent n°9/10 (Mars/Avril 1977)
Cinéma différent n°11/12 (Mai/Juin 1977)
Cinéma différent n°13/15 (Septembre 1977)
CInéma différent n°16/17 (Janvier 1978)
Cinéma différent n°18/20 (Mai 1978)
Cinéma différent n°21/22 (Juin 1978)
Cinéma différent n°23/25 (Juillet/Août/Septembre 1978)
Cinéma différent n°26/28 (Mars/Avril/Mai 1980)

DOCUMENT autour de la revue:
Entretien avec Claude BRUNEL et Jean-Paul DUPUIS, Juillet 2014, Montreuil.

Archivage réalisé grâce au concours bénévole de Cécile Délignou.



AGUAESPEJO GRANADINO
août 17, 2014, 8:57
Filed under: Fleurs secrètes

de José Val Del Omar



Peter Hutton
août 16, 2014, 8:48
Filed under: Fleurs secrètes

en attendant le numéro de Septembre de la Furia Umana  :

LFU paper#6, Sept. 2014: the cinema of Peter Hutton will be the special confidential report. (Plus Ozu, Ken Jacobs, Robert Breer, Bressane, Cronenberg, Garrel…)

PETER HUTTON
Peter Hutton / Flâneur with Bolex (answers to Nicole Brenez)
Toni D’Angela / L’occhio e il mondo
Claudia Siefen / Peter Hutton / Charles Sheeler: Memory-forming, if such a thing is possible, and how that always seems to result in square surfaces
Enrico Camporesi / Urban Sensuality. Notes on Peter Hutton’s New York Portrait
Luís Mendonça / Nova Iorque, Nova Iorque: O Fantasma da Fotografia em Peter Hutton
Gianluca Pulsoni / Thick Depictions. Una nota sul cinema di Peter Hutton
Bidhan Jacobs / At Sea. Violences delocalises de la technologie
Antonio Weinrichter / De barcos y anfibios: el encaje genérico de Peter Hutton’s At Sea

Deux films de Peter Hutton ( attention la qualité n’est pas terrible ), en lançant Peter Hutton sur le moteur de recherche du Blog, d’autres films ( At sea, Time and Tide…) :

Florence – Peter Hutton 1975

Landscape (for Manon) – Peter Hutton (1987)



Lav Diaz à la Galerie du jeu de paume
août 15, 2014, 9:54
Filed under: Fleurs secrètes

Une information ( à confirmer ), il y aurait une rétrospective Lav Diaz  à la Galerie du Jeu de Paume en Février 2015

Long entretien avec Lav Diaz ( Festival de Locarno, c’est tout récent  )  :