Philippe Cote


Pointligneplan 2015 à l’ensba,
mars 31, 2015, 2:38
Filed under: Agenda

Mercredi 1er avril
19h, salle de conférences, Palais des Études
Beaux-arts de Paris l’école nationale supérieure / 14, rue Bonaparte Paris 06

3e séance proposée par Pascale Cassagnau

« Je suis Annemarie Schwarzenbach », 1h28’, 2014, de Véronique Aubouy

Une évocation libre de l’écrivain et grande voyageuse suisse des années 30.

Un casting en 2014. De jeunes actrices jouent à passer des essais qui leur permettraient de décrocher le rôle de cette figure emblématique et sulfureuse de l’entre-deux guerres. En retrouvant ses attitudes, en jouant des scènes de sa vie, et en parlant d’elles-mêmes à travers le prisme de sa personnalité fascinante et ambiguë, elles élaborent peu à peu un portrait sensible et subjectif entre joué et rejoué, entre singulier et pluriel, biographie publique et souvenir intime, nourri de la femme d’hier et de la jeune génération d’aujourd’hui.

Peu à peu, la figure reconstituée et collective s’émancipe et trouve une vie propre et fictive.

Véronique Aubouy est cinéaste et artiste.

Elle construit une œuvre singulière fortement empreinte de littérature et de musique, où se croisent films documentaires et de fiction, mais aussi performances et installations vidéo et photographies.

Elle a entrepris depuis 1993 la lecture filmée de A la Recherche du temps perdu de Marcel Proust par des gens de tous horizons, en toutes situations. Montré sous forme d’installation (Musée d’art moderne de la vielle de Paris, 2012 ; Grand Palais, 2009) ce film Proust Lu dure à ce jour 116 heures et comptabilise près de 1200 liseurs. Le Baiser de la matrice, création sur Internet, est une œuvre dérivée de Proust Lu. Dans sa performance Tentative de résumer A la recherche du temps perdu en une heure, (Paris en toutes lettres 2014) elle improvise à chaque fois un récit à partir de souvenirs de lecture, livrant ses perceptions intimes et changeantes de l’œuvre.

Véronique Aubouy a aussi réalisé plusieurs films courts de fiction dont Le Silence de l’été, montré au festival de Cannes 1993 dans la section Un certain regard, et des films documentaires, comme Je ne suis pas un homme en colère, portrait d’Edward Bond, 2002 pour Arte ou Bernadette Lafont, une sacrée Bonne Femme, 2013. Son premier long métrage cinéma Je suis Annemarie Schwarzenbach, vient d’être présenté au Panorama de Berlin et sort en salles le 15 avril 2015.

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :