Philippe Cote


Tu ne te résignes pas à relâcher le bord du ciel EVENT- 2#
avril 11, 2015, 10:59
Filed under: Agenda

Un cycle de 4# RENCONTRES AUTOUR DE LA CRÉATION ALGÉRIENNE CONTEMPORAINE
Organisé par Leïla Gharbi

11136636_10206265431974120_6526475421464376551_n

vendredi 17 avril à 20:00

à L’ESPACE EN COURS : 56, rue de la Réunion 75020 PARIS / Métro : L.9 Buzenval; L.2 Alexandre Dumas

un vendredi par mois de mars à juin 2015

Video projections, Lectures & Musique en direct

HABIB TENGOUR (Lecture et rencontre) :

Habib Tengour, poète et anthropologue, né en 1947 à Mostaganem, vit et travaille actuellement à Paris. En 1959, Habib Tengour arrive en France. Il poursuit ses études à Paris et, après avoir obtenu une maîtrise de sociologie, rentre en Algérie effectuer son « service national », militaire puis civil, enseignant à l’université de Constantine. Il partage depuis son temps entre l’Algérie et la France, ses activités universitaires et le travail littéraire. Il traduit des poètes de langue anglaise et américaine (P. Joris) et de langue arabe (Saadi Youssef, Chawki Abdelamir). Parmi ses récentes publications, en prose : les romans Le Vieux de la Montagne, suivi de Nuit avec Hassan, 2008 ; Le Maître de l’heure, 2008, et l’essai Dans le soulèvement. Algérie et retours, 2012 ; en poésie : L’Ancêtre cinéphile, 2010, tous aux éditions de la Différence.

ABDENOUR ZAHZAH (projection de 2 films) :

Abdenour Zahzah est né, vit et travaille à Blida. Il y dirige la Cinémathèque, de 1998 à 2003. Il y tourne son premier documentaire en 2002, au sein de l’hôpital psychiatrique : Frantz Fanon : mémoire d’asile. Puis, au fil d’une résidence au Moulin d’Andé, il consacre un film à l’auteur du roman Les Saisons : Maurice Pons, écrivain de l’étrange. De retour à Blida, il réalise Sous le soleil le plomb, une balade culturelle et littéraire, qui transcrit l’histoire de la librairie et imprimerie Mauguin. Puis, Le Non-Faire, revient sur l’art marginal en banlieue parisienne. En 2009, pour le deuxième Festival panafricain d’Alger, La Longue Marche vers le Nepad, tourné en Algérie, en Afrique du Sud, au Burkina Faso et au Sénégal, porte sur le développement de l’Afrique. En 2010, Garagouz, sa première fiction sera un succès. En 2011, Andalucia, croise plusieurs voyages : à travers les poésies de ce chant médiéval connu sous le terme de « musique andalouse », dans plusieurs villes d’Algérie où cette musique est venue s’enraciner, et à travers les différentes parties de la nouba, symphonie andalouse. Enfin, El oued, l’oued est une déambulation, tournée en 2012.
http://www.bretagne-et-diversite.net/fr/portraits-realisateurs/abdenour-zahzah/

GARAGOUZ (MARIONNETTES), 2010, 24’, Fiction, Couleur, sonore :
Mokhtar vit de son métier de marionnettiste. Il se fait aider par son fils Nabil à qui il apprend le métier. Grâce à sa vieille camionnette, il parcourt les rares écoles de la campagne morose…
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=film&no=11648

EL OUED, L’OUED, 2013, 90’, Documentaire, Couleur, sonore :
Ce film est un voyage à pieds le long de l’oued Sidi El K’bir qui prend ses sources dans l’Atlas blidéen à 1525 mètres d’altitude. Il longe la montagne avant de croiser l’oued Chiffa qui lui donne son nom. Puis, il traverse la plaine de la Mitidja, se déverse dans le Mazafran et trace la frontière entre la wilaya d’Alger et celle de Tipasa, avant de mourir dans la Méditerranée avec le statut de fleuve. Abdenour Zahzah et son chef opérateur, parcourent le tracé du fleuve de sa source à son embouchure. Sur leur chemin, les rencontres s’égrainent, des conversations se nouent. Le film nous guide au cœur d’un pays où se révèlent des visages, et des voix, des récits intimes, dans une nature sauvage et belle, mais il nous laisse aussi entrevoir les aspérités liées à une vie économique à deux vitesses et les blessures de la décennie noire.

THÉO NOIREL-GOLDBERG (intermèdes musicaux à la viole de gambe) :

Théo Noirel – Goldberg s’est formé en chant puis en viole de gambe au sein de la Maîtrise de Paris et du conservatoire à rayonnement régional de Paris. Il a participé à de nombreux concerts en chant, notamment en 2006, lors de la Biennale d’Art Vocal de la Cité de la Musique et avec la Maîtrise de Versailles et chœurs de Versailles. Il a aussi participé à différents concerts dans le sud de la France, avec la Maîtrise de Bayonne. À la viole de gambe, il a pris part à des concerts à l’Abbaye de Fontevraud et à Urbino (Italie) trois étés de suite (2011-2013) lors du Festival di Musica Antica. Il a également joué lors d’un concert à la Salle Pleyel autour de la création d’un compositeur contemporain, Color de Marc André Dalbavie, avec l’orchestre de Paris (février 2011).

Photo : Nathalie Postic
http://www.nathaliepostic.fr

« Tu ne te résignes pas
à relâcher le bord du ciel »

Samira Negrouche, fragment extrait d’une suite de poèmes intitulée « Moins Un ».

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :