Philippe Cote


Un art documentaire : enjeux esthétique, politiques et éthiques
mai 31, 2015, 8:40
Filed under: Agenda

Colloque international Un art documentaire : enjeux esthétique, politiques et éthiques, qui se tiendra du 3 au 5 juin prochain à Paris au centre Clignancourt de l’Université Paris-Sorbonne

Présentation des interventions, des participants et autres informations pratiques sur https://colloqueunartdocumentaire.wordpress.com

programme : carton_ unartdocumentaire web



SINGAPOUR MON AMOUR
mai 31, 2015, 9:02
Filed under: Agenda

Plusieurs évènements autour du cinéma « expérimental » à Singapour – Les projections prévues à la Cinémathèque feront l’objet d’un article à part

Organisés par Lowave

Singapour mon amour : émergence et fortunes d’une scène artistique
Colloque international et interdisciplinaire organisé par Lowave (Silke Schmickl, Mickaël Robert-Gonçalves)
Mercredi 4 juin 2015 au musée du quai Branly – 9h30 – 18h30
salle de cinéma

Ce colloque international propose de s’intéresser d’un point de vue théorique aux arts filmiques, aux performances, à la photo et à la littérature présentés au sein du projet « Singapour mon amour » conçu par Lowave. Des sessions thématiques reviendront sur chacune de ces disciplines et permettront de relever leurs singularités au sein du paysage artistique mondial. Dans ce jeune pays, l’histoire de l’art est à peine en train d’être écrite ; en ce sens, ce colloque a pour but de collecter le plus de sources, de témoignages et de réflexions possibles.

Télécharger le programme : Colloque_SMA_progPDF_27_05_2015_EN

SINGAPOUR MON AMOUR: Paroles aux artistes
samedi 6 juin à 16:00 – 18:00
Centre Pompidou

Ho Tzu Nyen et Sookoon Ang, deux artistes majeurs de la scène artistique singapourienne, présentent, en images, leur travail. S’ensuit une table ronde au sujet de la scène artistique contemporaine à Singapour. L’artiste plasticien, écrivain et curateur Jason Wee, Silke Schmickl (Lowave), Catherine David et Kathryn Weir (Centre Pompidou) sont à leurs côtés pour poursuivre le dialogue.

——————————————————————————-
Session 1
Sookoon Ang, Weighs like mine, 45 min, 2015
Intervention et projections, introduction par Silke Schmickl, Lowave

Utilisant une large palette de médias et d’approches artistiques, mon travail cherche à reconsidérer de manière évocatoire le quotidien. Ce qui sous-tend mon travail tient à une anxiété existentielle et au désir de représenter le fragile et l’éphémère. Mon travail est produit en réponse à la nature passagère et imparfaite des choses, des émotions et des idées.
——————————————————————————-
Session 2
Ho Tzu Nyen, Chimeras, 45 min, 2015
Intervention et projections, introduction par Kathryn Weir, Centre Pompidou

Depuis sa première œuvre sur la non-existence du lion qui donna son nom à Singapour, jusqu’à son plus récent projet à propos de l’annihilation des tigres durant l’ère coloniale britannique, Ho Tzu Nyen s’est intéressé à la recherche des chimères qui hantent les marges de l’histoire, que ce soit à travers ses projets de théâtre, de télévision, de cinéma ou d’installations audio-visuelles.

SINGAPOUR MON AMOUR: INTER | // Ho Tzu Nyen vs FOUDRE! // Ezzam Rahman vs Pascal Battus // actions [performances]
dimanche 7 juin à 20:00 – 23:00
Saint Merry – CPHB
76 rue de la Verrerie, 75004 Paris

Ho Tzu Nyen (video), FOUDRE! & invités: Christine Ott & Paul Régimbeau (sound), EARTH [Église St.-Merry], 2009-2015, 42′

Ezzam Rahman (performance), Pascal Battus (sound), You are what I don’t want to be, 2015, 60′

——————————————————————————-

Ezzam Rahman (performance), Pascal Battus (sound), You are what I don’t want to be, 2015, 60′

« You are what I don’t want to be » est inspiré par une vague massive de départs de nombreux amis proches d’Ezzam Rahman qui quittent Singapour pour d’autres pays. L’herbe est-elle vraiment plus verte ailleurs ? À travers une intense performance corporelle, utilisant notamment des plumes et une poudre blanches comme éléments symboliques, et réagissant à la bande son originale crée en live par le musicien expérimental Pascal Battus, l’artiste explore les tensions existantes entre partir et rester, chercher et trouver, et questionne le sens de l’appartenance.

——————————————————————————-

Ho Tzu Nyen (video), FOUDRE! & invités: Christine Ott + Paul Régimbeau (sound), EARTH [Église St.-Merry], 2009-2015, 42′

Contemplant le lieu d’un désastre inconnu, la trame de Earth est constituée de décombres d’histoire. Cinquante corps humains sont étendus à la dérive entre conscience et inconscience, vie et mort. De temps à autre, un de ces corps apparaît au premier plan – serrant le poing, clignant les paupières ou versant des larmes pour son voisin. À d’autres moments, ces figures s’éloignent de la lumière, perdant leurs propres formes dans un gigantesque organisme, respirant à l’unisson, palpitant comme une méduse dans son voyage à travers le monde.

La bande-son est jouée en live par FOUDRE!, le nouveau projet créé par Frédéric D. Oberland (Oiseaux-Tempête, Farewell Poetry), Romain Barbot et Grégory Buffier (Saåad). Pour cette inédite performance d’expanded cinema, le trio est accompagné par la virtuose d’ondes-maternot Christine Ott (Tindersticks, Yann Tiersen) et l’artiste électronique/noise Paul Régimbeau (Mondkopf/Extreme Precautions).

SINGAPOUR MON AMOUR: Poetics and Politics of space(s)
du 17 juin à 18:00 au 12 juillet à 18:00
Le Point Éphémère – 200 quai de Valmy
Paris

L’exposition Politics and Poetics of Space(s) présente une sélection d’œuvres de huit artistes dont la recherche s’intéresse au développement social et urbain à Singapour. À travers des observations subtiles, conceptuelles ou spéculatives, ils portent leurs regards sur des espaces inaperçus, négligés ou imaginaires, ainsi que sur la vie quotidienne dans la périphérie. Distanciés de l’image très médiatisée de la métropole moderne, ils dévoilent la vision d’une ville tranquille fonctionnant avec un rythme plus lent et qui peut donner lieu à une réflexion critique. La poésie inhérente des images choisies résonne avec une installation sonore qui complète la sélection. L’exposition est conçue par Silke Schmickl en collaboration avec Catherine David.

Artists: Philipp Aldrup, Chye Teck Chua, Debbie Ding, Bani Haykal, Godwin Koay, Nguan, Ruyi Wong, Nelson Yeo.



Festival côté court – Pantin
mai 31, 2015, 8:50
Filed under: Agenda

Site du festival : http://www.cotecourt.org

10 au 20 Juin



Performances de Rose Kallal
mai 31, 2015, 8:44
Filed under: Agenda

Scratch Projection / Mercredi 3 Juin 2015 à 20h30
Studio des Ursulines
10, rue des Ursulines
75005 Paris
Performances de Rose Kallal

Rose Kallal est une artiste basée à New York. Ses performances combinent projections 16mm en boucle et synthèse modulaire. Son travail a été présenté dans de nombreuses institutions, galeries et festivals à travers le monde. Une collaboration est en cours avec Robert AA Lowe à la Fondation Serralvès (Porto). Sa musique est publiée sur le label We Can Elude Control.
La performance Aldebaran sera jouée avec le musicien Mark Pilkington.

Rose Kallal présentera Aldebaran et Procyon, deux performances avec projecteurs 16mm. Procyon sera accompagnée d’une bande sonore live semi-improvisée réalisée avec l’aide d’un synthétiseur modulaire et la bande sonore d’Aldebaran sera jouée en live par Mark Pilkington. Ces pièces utilisent quatre boucles qui défilent à des vitesses variables, créant un flux hypnotique et non-linéaire de motifs, de dessins, d’animations, synchrones ou dissonants et qui reflètent et façonnent la nature évolutive de la musique, à la fois déconstruite et sans cesse restructurée.

PERFORMANCES DE ROSE KALLAL :

ALDEBARAN de Rose KALLAL
performance

PROCYON de Rose KALLAL
performance



FranceDoc : Espaces imaginaires
mai 25, 2015, 5:45
Filed under: Agenda, Mes films : projections

Dimanche 31 mai, 19h30
Espace En Cours
56 Rue de la Réunion, 75020 Paris

Entrée libre, séance en présence des cinéastes Mauricio Hernandez et Philippe Cote.
Durée de la séance : environ 1h10 + discussion.

11310922_1423712117950594_1308898032_n

L’espace est une matière première et un sujet privilégié du cinéma : tout film est la rencontre d’un lieu (ne serait-ce que celui de la salle ou de l’écran) et d’un imaginaire. L’image mouvante permet un voyage immobile, elle est un transport en commun qui déploie l’imagination en l’objectivant. Ainsi le voyage à travers les images est aussi un voyage dans l’image : c’est cette duplicité qui sous-tend l’ensemble de ces films, qui explorent la frontière entre l’espace réel et l’imaginaire qui se l’approprie ou qui le transmet, soit-il technique ou subjectif.

L’invention de la route (2003), Colas Ricard, 14′ – Traces de voyages, routes et lieux remémorés qui interrogent à la fois l’expérience vécue et l’expérience de la projection.

Musées imaginaires 1 : Orsay (2006), Mauricio Hernandez, 15′ – Premier volet d’une série consacrée aux musées revisités par le libre jeu de l’imagination, qui double cet espace réel d’un espace mental.

SI G t toi (DROGU2 2 merDE° (2014), Jarod, 17′ – « Comment rentrer chez soi quand ne sait plus où on habite? ». Collage chaotique de l’imaginaire d’internet, dans lequel le film devient moyen de transport, trip catastrophique et drolatique.

Chuva (Madeira) (2012), Jacques Perconte, 8′ : Un paysage s’embrume, se densifie jusqu’à disparaître dans la matière imageante du numérique.

Des nuages aux fêlures de la terre (2007), Philippe Cote, 17′ – Terre et ciel se mêlent dans leurs condensations pierreuses et nuageuses. Le nuage en perpétuelle formation devient la métaphore de l’imaginaire. L’immobilité de la contemplation invite à une aventure du regard.



« António Reis et Margarida Cordeiro, cinéastes excentriques »
mai 25, 2015, 4:48
Filed under: Agenda

3 ET 4 JUIN : Projection de « Trás-os-Montes » (1976) + Colloque international : « António Reis et Margarida Cordeiro, cinéastes excentriques »

3 juin 2015 : Projection du film « Trás-os-Montes » (1976) au Centre Pompidou à 20h (entrée libre)

4 juin 2015 : Colloque internationale au Centre Calouste Gulbenkian à partir de 9h30 (entrée libre)
39 Boulevard de la Tour-Maubourg, 75007 Paris

PROGRAMME

MERCREDI 3 JUIN 2015
Centre Georges Pompidou, en partenariat avec la Bibliothèque Publique d’Information

20h (Cinéma 1) : projection de « Trás-os-Montes » (1976) d’António Reis et Margarida Cordeiro.
Séance présentée par José Manuel Costa (directeur de la Cinemateca Portuguesa) et Mathias Lavin (Université Paris 8).

JEUDI 4 JUIN 2015
Fondation Gulbenkian (39 Boulevard de la Tour-Maubourg, 75007 Paris)

9h30 Accueil des participants

9h45 Teresa Castro (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / IRCAV) et Mathias Lavin (Université Paris 8 / ESTCA) : ouverture du colloque

10h/10h45 José Manuel Costa (directeur de la Cinemateca Portuguesa / Universidade Nova de Lisboa, Lisbonne) : Conférence inaugurale
Discussion

11h /11h15 Pause

11h15/11h45 Catarina Alves Costa (Universidade Nova de Lisboa – FCSH / CRIA, Lisbonne) : Représentations de la culture populaire dans le cinéma de Reis et Cordeiro

11h45/12h15 Guillaume Bourgois (Université Stendhal-Grenoble 3 / CINESTHEA, Grenoble) : « Hei-de entrar nas casas também. Como o silêncio » : la poésie filmique de Reis et Cordeiro
Discussion

12h45 Pause déjeuner

14h15/14h45 Mickaël Robert-Gonçalves (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / IRCAV) : Le cinéma d’António Reis et Margarida Cordeiro avant avril 1974, un tournant « inespéré » du cinéma portugais

14h45/15h15 Regina Guimarães (Cinéaste et écrivain, Porto) : Rencontre fortuite entre un parapluie noir et un tas de maïs épluché

15h30/16h00 Federico Pierotti (Università degli Studi di Firenze, Florence) :
Un éloge de la folie. Medium et dispositif dans « Jaime » d’António Reis
Discussion

Pause

16h30 /17h00 António Preto (Escola Superior Artística do Porto / CEAA, Porto) : António Reis et Margarida Cordeiro : un cinéma géologique

17h00/17h30 Jacques Lemière (Université Lille 1 / CLERSE, Lille) : L’œuvre d’António Reis et Margarida Cordeiro, plaque sensible de l’art du cinéma au Portugal.
Discussion et clôture

18h00 fin du colloque



Projection de INAUGURATION OF THE PLEASURE DOME « Triptych » by KENNETH ANGER
mai 25, 2015, 3:03
Filed under: Agenda

jeudi 25 juin à 20:00 – 21:30

Max Linder Panorama
24, bd Poissonnière, 75009 Paris

Première mondiale du film « Inauguration of the Pleasure Dome » dans sa nouvelle version triptyque (3 écrans côtes à côtes comme le Napoléon d’Abel Gance).
KENNETH ANGER sera à Paris et présentera cette séance exceptionnelle au Max Linder Panorama.



Christian Lebrat VIBRATIONS ( Annonce )
mai 24, 2015, 11:45
Filed under: Agenda

Lancement DVD & séance signature / vernissage photo RUBANS
Samedi 6 juin à 18:00 – 22:00

Re:Voir
43 Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

Re:Voir Vidéo est fier d’annoncer la sortie DVD de la première compilation des films de Christian Lebrat, artiste structuraliste français renommé. Ces films, réalisés entre 1976 et 1985, constituent l’oeuvre-phare du cinéaste, également connu pour son travail de photographe, notamment ses séries de « rubans photographiques ».

Une édition limitée du DVD, signé par Christian Lebrat et contenant un morceau de pellicule du film
“Holon” sera mise en vente samedi, le 6 juin 2015, au vernissage de son exposition photo “Rubans”,
à la Film Gallery Paris / Re:Voir Vidéo. Le vernissage débutera à 18h00 et l’exposition restera ouverte au public pendant un mois.

Le cinéma de Christian Lebrat s’intéresse à des questions de structure et de couleur, dans une tentative perpétuelle d’échapper aux contraintes du cadre. Alors que l’écran implose ou explose sur des rythmes stroboscopiques et des combinaisons abstraites tirées de rigoureux schémas
mathématiques, la couleur et la forme du film sont objectivées. Le film devient pour le spectateur une expérience psychédélique enveloppante, où l’abstrait croise le « réel », et la vibration de la couleur transforme l’acte même du regard.

Plus d’infos:

Re:Voir & The Film Gallery Blog http://blog.re-voir.com/

Re:Voir Page DVD http://bit.ly/1IQV47s

Christian Lebrat’s site web http://www.christian-lebrat.net/



Tu ne te résignes pas à relâcher le bord du ciel – 3#
mai 24, 2015, 11:30
Filed under: Agenda

vendredi 29 mai à 20:00

à L’Espace EN COURS, 56 rue de la Réunion 75020 Paris. Métro l.2 Alexandre Dumas, l.9 Buzenval

Un cycle de 4# RENCONTRES AUTOUR DE LA CRÉATION ALGÉRIENNE CONTEMPORAINE un vendredi par mois de mars à juin 2015

Video projections, Lectures & Musique en direct

11011720_10206576548311834_4707558798428657488_n

LECTURE / RENCONTRE

Mohamed Mahiout est né à Bains Romains, quartier du littoral algérois, que surplombe la forêt de Baïnem. Il aime le dessin et la musique et s’est appliqué à graffiter des fleurs imaginaires avec des bâtons de craie tenus au bout de quelques douilles de chevrotines. Il doit beaucoup aux toupilles de lui avoir appris la géométrie et aux clous de l’avoir initié à l’art ! Il est à ses heures étudiant. Ses textes sont en vers comme en prose. Il écrit en français et en arabe algérien. Il est l’auteur d’un recueil en attente de publication : Fuchiaru et autres débâcles.

Karim Abdelaziz est né en 1970 à Saint Nazaire d’un père algérien et d’une mère française. Il est tombé dans le théâtre en 1986 grâce à un professeur de français, et n’en n’est jamais ressorti. Comédien dans diverses compagnies, il développe aussi depuis quelques années une démarche d’écriture, d’une part comme metteur en scène et auteur associé à un institut Médico Educatif et à un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail), d’autre part comme metteur en scène et acteur de ses textes. Il a écrit Houria Liberté en 2007, qu’il a joué en région parisienne, et Il m’a emmené et il m’a dit en 2014, monologue traitant d’un personnage de la Grande Guerre, qu’il a joué à Cahors et Paris. Il vit à Pantin.

HOURIA LIBERTÉ, Karim Abdelaziz, 2007, pièce de théâtre
Un homme décide de partir en Algérie, à Oran, à la recherche de ses racines paternelles. Il va y retrouver sa tante, son oncle, son cousin, qu’il n’a pas vus depuis 22 ans et qu’il connaît très peu, et une autre partie de sa famille qu’il n’a jamais vue, à l’image de cette Algérie dont il ignore tout. Une odyssée de contradictions et de soleil amer. Une quête identitaire.

PROJECTION

10949 FEMMES, Nassima Guessoum, 2014, 75’, Documentaire
À Alger, Nassima Hablal, héroïne oubliée de la Révolution algérienne, me raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante. Charmante, ironique et enjouée, elle me fait connaître ses amies d’antan, Baya infirmière dans les maquis et Nelly assistante sociale dans les bidonvilles. À travers ses récits, l’Histoire se reconstitue à la manière d’une grand-mère qui parlerait à sa petite-fille. Ce film donne à voir cette transmission de la première à la troisième génération.

Nassima Guessoum : Franco-Algérienne, originaire de Kabylie, Nassima a suivi des études d’histoire du monde arabe à la Sorbonne. Elle s’est spécialisée dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance. Elle fait brève incursion dans le journalisme, puis s’installe près d’une année en Algérie. C’est là-bas que naît son désir de cinéma. Après un Master 2 en Cinéma documentaire, elle réalise un premier court-métrage, Naïm (12mn). A travers le portrait de ce jeune travesti algérien se dessinent des thématiques qu’elle continuera d’explorer celle de l’identité, du rêve de la difficulté d’être soi. C’est dans ce prolongement qu’elle réalise un documentaire-spectacle Le voyage de Tata Milouda, (30mn), sur une femme, Tata Milouda, immigrée marocaine, analphabète qui se met à l’écriture et devient une slameuse de renom à 60 ans. . Elle a par ailleurs collaboré au sein de Kaïna Cinéma à des ateliers d’initiation au cinéma documentaire à Bejaïa et au CCA à Paris. Elle est active au sein de l’association Remembeur, qui vise à promouvoir le patrimoine culturel de l’immigration et de ses enfants en France. Nassima écrit 10949 femmes, qu’elle développera au sein de de L’atelier documentaire de la Fémis. 10949 femmes est son premier long métrage documentaire.

MUSIQUE

Fumie Hihara : Dès l’âge de 9 ans, elle commence l’apprentissage du Koto, puis à 15 ans, celui du Shamisen, qui sont deux instruments traditionnels de musique japonaise. Elle devient maître de Koto à l’âge de 17 ans (certificat de Shihan). Diplômée de l’Université nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo en 1998 (section Musique Japonaise), elle entame aussitôt après sa carrière professionnelle. Elle a participé à de nombreuses manifestations et concerts en Europe comme au Japon. Elle a aussi enregistré 7 disques.

http://www.france2.fr/emissions/histoires-courtes/bunraku_307489

Photo : Nathalie Postic
http://www.nathaliepostic.fr

« Tu ne te résignes pas
à relâcher le bord du ciel »
Samira Negrouche, fragment extrait d’une suite de poèmes intitulée « Moins Un ».

Espace EN COURS :
http://www.encours.net/a-propos/



LE CJC INVITE
mai 24, 2015, 11:28
Filed under: Agenda

MICHÈLE WAQUANT À PRÉSENTER LES DERNIÈRES PRODUCTIONS DES ÉTUDIANTS DE L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARTS DE PARIS-CERGY

26/05/2015 – 20h00 – cinéma la clef – 34 rue Daubenton Paris 5e Métro : Censier-Daubenton, ligne 7

L’Ensapc propose des enseignements pratiques et théoriques distincts de la vidéo et du cinéma. Michèle Waquant a élaboré avec Gabrielle Reiner du Collectif Jeune Cinéma un programme où se manifeste cette diversité dans le traitement des images en mouvement, une synergie où se croisent tout à la fois les enjeux vidéographiques et cinématographiques qui se révèlent mutuellement et réfléchissent leur propre spécificité.

PROGRAMME:

– Chloé ZURBACH, Wanda, 2015,13′
– Marie-Claire MANLANBIEN, Assez de lamentos, 2015,1’27
– Anna BELGUERMI, Sortie de route, 2014, 2’15
– Jade JOANNÈS, La Mémoire d’une nuit, 2015, 3’02
– Senyi ZAN, Les Chambres, 2015, 8’26
– Samah SLIM, Les Copains d’abords, 2014, 2’15
– Samah SLIM, Tempête, 2014, 2’21
– Samah SLIM, Vol-et, 2014, 2’10
– Jisoo YOO, Les Ciseaux, 2015, 0’41
– Jisoo YOO, La Mélodie du bonheur, 2015, 4’50
– Flora MORICET et Jean-Yves ROY, Nous n’avons pu que rester sur le seuil, 2015, 10’53
– Arthur LEFEVER, La Moto, 2014, 2’46
– Arthur LEFEVER, Vingt-et-un mars 2014, Matinée, 2014, 3’07
– Paz BONFIL, Its not what we hide, its what we show, 2014, 1’55
– Tal NACHSHON, Fish, 2015, 1’51
– Pauline RIGAL, 1-2-3 soleil !, 2015, 3’20
– Claire LEGRAND, Battements, 2015, 9’38

durée totale : 1h15

La séance sera suivie d’un apéritif



CANNIBALE, OU LE MUSÉE ANTHROPOPHAGE
mai 23, 2015, 9:12
Filed under: Agenda

Mercredi 27 mai à 19:30

Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives, 75003 Paris

proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické

CANNIBALE, OU LE MUSÉE ANTHROPOPHAGE
par Laura Huertas Millán
durée : 90′

Pour le Musée de la Chasse et de la Nature, l’artiste chercheuse Laura Huertas Millán donne une singulière conférence-performance entrecoupée de projections de films. Elle réfléchit à l’anthropophagie littérale, puis « culturelle » (telle qu’elle est pensée par Oswald de Andrade, auteur du “Manifeste anthropophage” écrit en 1928). Cette soirée est l’occasion d’inaugurer un nouveau musée immatériel : le Musée anthropophage.

Avec notamment les projections des films suivants : “Les Immobiles” de Marie Voignier (16’, 2013) et “Nefandus” de Carlos Motta (13’, 2013)

https://vimeo.com/laurahuertasmillan

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance



CARTE BLANCHE A RENE VIENET
mai 19, 2015, 2:13
Filed under: Agenda

Cinémathèque Française

René Viénet #6 – Jean Yanne
France – 1973 – 115’
En présence de René Viénet

Vendredi 22 Mai 2015 – 17h30

Les Chinois à Paris de Jean Yanne
France/1974/115’/35mm
Avec Jean Yanne, Nicole Calfan, Michel Serrault, Daniel Prévost, Macha Méril.

Film de politique-fiction dont René Viénet a publié l’éloge, et qui est un best-seller des ventes de DVDs piratés, illégaux, et massivement vendus à la sauvette en Chine.

René Viénet #7 – Jie Hu
Chine – 115’

En présence de René Viénet

Vendredi 22 Mai 2015 – 19h45

Écrits avec le sang, prisons et exécution de Lin Zhao (XunZhao Lin Zhao De LingHun) de HU Jie
Chine/1999-2005/115’/vidéo/VOSTF

«Le 29 avril 1968, au coeur de la ‘révolution culturelle’, sur le terrain de basket de la prison de TiLanQiao, à ShangHai, une jeune intellectuelle détenue depuis plusieurs années fut ligotée et bâillonnée pour l’empêcher de parler. Puis elle fut abattue, sans qu’on sache clairement aujourd’hui où et comment elle fut exécutée, après quel ordre donné par quel dirigeant. Quelques années auparavant, cette jeune étudiante avait pris la parole dans son université pour exprimer des doutes sur la campagne de critique en cours. C’est pour cette raison qu’elle avait été arrêtée, mise au secret (dans une cellule où elle fut privée de papier et de stylo) plutôt qu’envoyée au LaoGai. Son père se suicida peu après son arrestation. Sa mère est morte dans la rue dans des conditions suspectes peu après son exécution. Le film reconstitue, grâce à quelques témoins, les années de tortures incessantes et les XueShu (textes écrits avec son sang puisqu’elle n’avait pas d’encre) de Lin Zhao.» (HJ&RV)

René Viénet #8 – Al Perreault, Ji Qing Ming, René Viénet
France – 1977 – 116’
En présence de René Viénet

Vendredi 22 Mai 2015 – 22h15

Chinois, encore un effort pour être révolutionnaires ! de René Viénet, Ji Qing Ming, Al Perreault
France/1976-77/116’/35 mm

Production : Hélène Vager, Edwin Aline, Charles-Henri Favrod, INA
Montage : Noune Serra, Monique Clementi
Son : Dominique Hennequin
Voix : Jacques Pimpaneau, Thierry Lévy.

20413

«Le film nous restitue dans leurs débordements les plus extravagants les liturgies hystériques et les thaumaturgies médiévales du culte de Mao, ces images du délire et de la dégradation de l’intelligence qui sont celles mêmes de la propagande officielle de l’époque. Magistral contrepoint entre d’une part le lugubre guignol mandarinal et de l’autre la grande houle humaine du parterre dont on voit se gonfler la vague.» (Simon Leys, L’Express, 14/11/1977).



A Nation’s Battle for Life
mai 19, 2015, 1:51
Filed under: Agenda

Jeudi 21 mai 2015, 18h
Grass: A Nation’s Battle for Life
Ciné-concert organisé par l’EHESS dans le cadre du 30e anniversaire de la SFAV

Lieu : EHESS – Amphithéâtre François Furet
Adresse : 105, boulevard Raspail – 75006 Paris

l_photo_sfav2

Projection en 16mm de Grass : A Nation’s Battle for Life (Iran, 1925, 65’, muet, N&B) réalisé par Merian C. Cooper, Ernest B. Schoedsack et Marguerite Harrison, accompagnement musical original interprété en direct par Joan Melchior Claret et Pascal Thorel.

Au début des années 1920, les trois réalisateurs suivent la transhumance mouvementée et spectaculaire des bergers nomades bakhtyâri à travers les monts Zagros. Tiré de ce périple, le film Grass met en scène le peuple bakhtyâri et sa lutte contre un environnement hostile à l’instar de la présentation du peuple inuit dans le documentaire contemporain Nanook of the North. Entre film d’aventures et documentaire anthropologique, Grass témoigne aussi de la réflexion qui anima le cinéma hollywoodien des années 1920, une recherche cinématographique perceptible que l’on retrouve notamment dans la réalisation de King Kong par Cooper et Schoedsack quelques années plus tard.



PETIT A PETIT de Jean Rouch
mai 18, 2015, 4:03
Filed under: Agenda

Mercredi 20 mai à 20h30
Espace culturel Emmaüs
36 bis rue Jacques Louvel-Tessier
75010 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Projection de
PETIT A PETIT
De Jean Rouch
1971 / France, Niger / 90′
Damouré, qui dirige à Ayorou (Niger) avec Lam et Illo la société d’import-export « Petit à petit » décide de construire un « grand Building » dans son village. Il part à Paris pour voir « comment on peut vivre dans des maisons à étages ». Dans la capitale, il découvre les curieuses façons de vivre et de penser des Parisiens qu’il décrit dans des « Lettres persanes » envoyées régulièrement à ces compagnons, jusqu’à ce que ceux-ci, le croyant devenu fou, envoient Lam le rejoindre pour se rendre compte sur place…

En présence de AGNES JAHIER, coordinatrice de EthnoArt et LAURENT PELLE, délégué général du Festival International Jean Rouch.

En partenariat avec l’Espace culturel Emmaüs Louvel-Tessier, Belleville en vues propose un ciné-club mensuel, un mercredi par mois à 20h30, ouvert aux résidents et au public. La programmation est réalisée au cours d’ateliers auxquels prennent part les résidents du centre d’hébergement, dont émerge un cycle de cinéma poétique et citoyen, pour regarder autrement l’ici et l’ailleurs.



« Deux livres à l’écran : un devenir-film du livre » ?
mai 17, 2015, 9:01
Filed under: Agenda

Beaux-arts de Paris l’école nationale supérieure / 14, rue Bonaparte 75272 Paris cedex 06
Mardi 19 mai à 18h, salle de conférences, Palais des Études

Projection/rencontre dans le cadre de « Pliure »

Lecture-projection croisée de « L’Algérie » et de « Feste Religiose in Sicilia » par Federico Rossin

Peut-on projeter un livre de photos comme si c’était un film? Peut-on formuler l’hypothèse que la mise en pages par le photographe soit l’équivalent du montage au cinéma par le réalisateur? Peut-on penser la chambre noire comme l’homologue de la table de montage? Peut-on traduire un livre de photos en images en mouvement? S’immerger dans le flux des images fixes qui deviennent cinéma, en décrypter la texture, le rythme, la scansion, signifie jeter les bases théoriques d’une analyse radicale de ces deux langages – la photo et le cinéma – et en même temps ce geste nous permet de revenir au livre avec un regard neuf.

Le protest photo book de Dirk Alvermann « L’Algérie » (1960) est une tentative réussie de création de l’image d’un peuple en lutte. Alvermann, construisant l’ouvrage en séquences et répétitions, donne un visage au peuple algérien et pas seulement à son armée: hommes, femmes, vieillards et enfants sont les protagonistes d’une insurrection générale qui affecte l’ensemble de la société et ses classes : un livre-outil, un vrai livre-molotov.

Quant à Gandin, attaché depuis toujours à une forme d’enquête visuelle sur les aspects cérémoniels de la tradition populaire du sud de l’Italie, il réalise « Processioni in Sicilia » (Processions en Sicile) (1965) en utilisant les superbes photos de Ferdinando Scianna. Un film dans lequel la recherche anthropologique est servie par la force formelle d’un montage son-image d’une beauté implacable.

Federico Rossin est critique et programmateur indépendant, il a récemment collaboré avec DocLisboa, les États Généraux du film documentaire à Lussas, et le Cinéma du Réel.