Philippe Cote


Le Corbusier
mai 11, 2015, 12:41
Filed under: Agenda

Séances Centre Pompidou

Le Corbusier – De l’unité à l’habitat

Mercredi 13 mai 2015 de 19h00 à 21h00
Centre Pompidou

En écho à l’exposition « Le Corbusier. Mesures de l’homme » (du 29 avril au 3 aout 2015), le service de collection des films du musée propose une programmation d’œuvres cinématographiques modernes et contemporaines en relation avec la pensée de l’architecte et certaines de ses réalisations significatives (de l’unité d’habitation à la ville de Chandigarh en Inde en passant par le Carpenter Center for Visual Arts à Boston). Présentées chaque mercredi du mois de mai à 19h en cinéma 2, ces séances sont autant d’occasions pour le public d’explorer, à travers films et archives, les influences réciproques qu’auront entretenu, tout au long du XXème siècle, l’art cinématographique et l’architecture moderne. En cours de programmation

Milena Gierke, Le Corbusier au Mistral, 2005, Super 8mm (transféré sur 35mm), coul, sil, 6’
Martha Rosler, How Do We Know What Home Looks Like?, 1993, video, coul, son, 31’

Le Corbusier – Laboratoire des arts, Carpenter Center for Visual Arts

Mercredi 20 mai 2015 de 19h00 à 21h00
Centre Pompidou

En écho à l’exposition « Le Corbusier. Mesures de l’homme » (du 29 avril au 3 aout 2015), le service de collection des films du musée propose une programmation d’œuvres cinématographiques modernes et contemporaines en relation avec la pensée de l’architecte et certaines de ses réalisations significatives (de l’unité d’habitation à la ville de Chandigarh en Inde en passant par le Carpenter Center for Visual Arts à Boston). Présentées chaque mercredi du mois de mai à 19h en cinéma 2, ces séances sont autant d’occasions pour le public d’explorer, à travers films et archives, les influences réciproques qu’auront entretenu, tout au long du XXème siècle, l’art cinématographique et l’architecture moderne. Unique réalisation de Le Corbusier sur le sol nord-américain, le Carpenter Center for Visual Arts (1963) offre une synthèse des principes architecturaux fondamentaux développés par Le Corbusier. Cet espace de création, annexe de l’université de Harvard à Cambridge, dédié aux arts visuels affranchit les pratiques artistiques des catégorisations. Documenté par Le Corbusier designs for Harvard (court métrage de Bruce Seth Green, 1966), ce bâtiment retrouve à travers Reality’s Invisible de Robert Fulton (1972) sa vocation expérimentale.

Bruce Seth Green, Le Corbusier designs for Harvard, 1966, 16mm, nb, son, 15’ (vo)
Robert Fulton, Reality’s Invisible, 1972, 16mm (transféré sur DCP), coul, son, 54’ (vo)

Le Corbusier – Dessiner une ville, Chandigarh

Mercredi 27 mai 2015 à 19h00
Centre Pompidou

En écho à l’exposition « Le Corbusier. Mesures de l’homme » (du 29 avril au 3 aout 2015), le service de collection des films du musée propose une programmation d’œuvres cinématographiques modernes et contemporaines en relation avec la pensée de l’architecte et certaines de ses réalisations significatives (de l’unité d’habitation à la ville de Chandigarh en Inde en passant par le Carpenter Center for Visual Arts à Boston). Présentées chaque mercredi du mois de mai à 19h en cinéma 2, ces séances sont autant d’occasions pour le public d’explorer, à travers films et archives, les influences réciproques qu’auront entretenu, tout au long du XXème siècle, l’art cinématographique et l’architecture moderne. De 1951 à 1965, Le Corbusier (1887-1965) travaille à la conception de la ville de Chandigarh, capitale du Pendjab en Inde, à la demande du gouvernement indien de Jawaharlal Nehru soucieux d’offrir à ce pays indépendant depuis 1947 une ville modèle, un symbole de liberté et de modernité. Appliquant à l’échelle de cette cité nouvelle certains des concepts de planifications énoncés dès 1933 dans la charte d’Athènes, l’architecte concrétise à travers ce projet monumental l’expression d’une ville radieuse et fonctionnelle. Réalisé dans les méandres d’une ville inachevée à la mort de son concepteur, l’essai documentaire du cinéaste suisse Alain Tanner Une Ville à Chandigarh (1966) apporte un regard singulier, à la fois politique et poétique, sur la façon dont la population indienne s’est appropriée un espace urbain imaginé selon des principes architecturaux extérieurs à sa tradition.

« Chandigarh sera la ville d’arbres, de fleurs et d’eau, de maisons aussi simples que celles du temps d’Homère et quelques splendides édifices du plus haut modernisme où règnera la règle mathématique et très particulièrement le Modernisme – mesure qui se vérifie en chaque chose ici, par les simples comme par les grands ». Le Corbusier

Alain Tanner, Une Ville à Chandigarh, 1966, 16mm, coul, son, 52’

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :