Philippe Cote


VESTIGES ARCHITECTURAUX ET VANDALISME /
février 4, 2016, 8:31
Filed under: Agenda

RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES ET CINEMATOGRAPHIQUES

Dans le prolongement du lancement de sa plateforme expérimentale pendant Paris Photo, PUNTO DE FUGA a conçu avec le Collectif Jeune Cinema deux jours de rencontres photographiques et cinématographiques autour de la question des vestiges architecturaux et du vandalisme

PROGRAMME

PARTIE I : PROGRAMMATION DE LIVRES DE PHOTO
VESTIGES ARCHITECTURAUX
Sélection PUNTO DE FUGA
Librairie Volume
Vendredi 12.02.2016 à 19h00

Dans la lignée de Gordon Matta-Clark et de l’art de rue américain des années 1970, les photographes invités à l’occasion de cette rencontre explorent et arpentent des espaces architecturaux abandonnés, en état de ruines. Loin de la vision utopiste propre au modernisme, des théories de Robert Venturi et Denise Scott Brown sur l’architecture américaine et de la génération d’artistes de Las Vegas Studio, leurs projets photographiques dessinent un portrait fragile et fragmentaire de l’architecture urbaine. Qu’il s’agisse de chantiers de constructions abandonnés (Hannah Darabi), d’espaces architecturaux emblématiques de la modernité en ruines (Olaf Nicolai), ou de bâtiments désaffectés (Philippe Van Wolputte), ces photographes s’immergent dans les interstices de la ville et en font par leur geste photographique le sujet de leur œuvre.

EDITION PUNTO DE FUGA

A l’occasion de ces rencontres PUNTO DE FUGA publie pour la première fois en partenariat avec Après Midi Lab, un livre en édition limitée de la photographe Iranienne Hannah Darabi avec des photographies de son dernier projet sur la ville de Téhéran.

– HANNAH DARABI, Haut Bas Fragile reader, PUNTO DE FUGA & Après Midi Lab, 2016

INVITES:

– HANNAH DARABI, Unreal City, Self-Published, 2010
– OLAF NICOLAI, Hotel National Rio, Rollo Press, 2011
– PHILIPPE VAN WOLPUTTE, Temporary Penetrable Exhibition Spaces, Art Paper Editions, 2015

POUR PLUS D’INFORMATIONS:

PARTIE II: NON-LIEUX
Pavillon de l’Arsenal
Samedi 13.02.2016 à 19h00

ENTRÉE LIBRE

Le Collectif Jeune Cinéma présente un corpus d’œuvres cinématographiques expérimentales qui entretiennent un rapport étroit avec ce que l’on pourrait considérer comme des non-lieux, s’inspirant librement de la définition qu’en a faite Marc Augé : des espaces qui ne peuvent ni se définir comme identitaires, relationnels ou historiques. Qu’ils soient investis par Gordon Matta-Clark, Dennis Oppenheim ou Philippe Van Wolputte, minutieusement sondés par Aglaia Konrad, Robert Todd ou Emily Richardson, ces territoires ici interrogés jouent un rôle contradictoire, constituant à la fois le symbole de la construction et celui de la ruine. Le film d’ouverture, Panorama Zéro de Théodora Barat, est empreint d’un texte de Robert Smithson dans lequel l’artiste évoque un moment passé à Passaic dans le New Jersey, où il érige au rang de monument chaque bâtiment qu’il rencontre ; édifices souvent voués à une destruction prochaine. Surimpressions, jeux de lumières et de vitesses, longs travellings, fictions documentaires, du film noir à la science-fiction, interventions in situ et techniques de laboratoires nous plongent dans ces no man’s land comme des invitations à la perdition et au renouveau.

PROGRAMME :

– Théodora BARAT, Panorama Zéro (Numérique, France, 2013, 9’)
– Aglaia KONRAD, Concrete & Samples II – Blockhaus (16mm, Belgique, 2009, 9’50)
– Emily RICHARDSON, Cobra Mist (16mm sur fichier numérique, Royaume-Uni, 2008, 7’)
– Gordon MATTA-CLARK, Fire Child (16mm, États-Unis, 1971, 9’)
– Philippe VAN WOLPUTTE, Looking Back while Walking Forward (Numérique, Belgique, 2013, 17’)
– Robert TODD, Habitat (16mm, États-Unis, 2012, 9’)
– Douglas COLLINS, Stock Exchange Transplant (16mm, États-Unis, 1969, 14’)
– Robert WITHERS & Meredith MONK, Turtle Dreams (16mm, États-Unis, 1987, 10’)

Durée totale : 85’

Programme complet de l’événement : ici



Le silence dans le cinéma et dans la photographie: étranges paysages et sobres décors
février 4, 2016, 8:26
Filed under: Agenda

au Monte en l’air! – Librairie Le Monte-en-l’air
2, Rue de la mare, 75020 Paris
Métro: Ménilmontant

Samedi 6 Février à 18 H

PUNTO DE FUGA est heureux d’annoncer son nouvel événement autour du livre de photographie le Samedi 6 février à la Librairie Le Monte-en-l’air. Le temps d’une soirée, trois éditeurs internationaux viendront présenter un livre de leur catalogue sur le thème du paysage. Ces rencontres, au delà d’affiner, d’enrichir, de recomposer notre vision de la photographie, seront l’occasion d’interroger la manière dont l’alliance entre la photographie et le graphisme peuvent révéler un paysage pluriel, plus descriptif et plus nuancé. Dans tous ces livres, un éventail de formes, territoires, couleurs, détails se réfléchissant entre eux à l’infini, donnent du relief à toutes ces pages et bouleversent notre champ de vision.

Lire la suite



35mm: Standard gauge of memory
février 4, 2016, 8:20
Filed under: Agenda

Jeudi 11 février à 20h00

Institut finlandais
60 rue des Écoles, 75005 Paris
métro Cluny-La Sorbonne ou Maubert-Mutualité

A l’occasion de la venue à Paris du cinéaste Daïchi SAÏTO, qui vient de remporter le Tiger Award au festival international de Rotterdam avec son nouveau film Engram of Returning, nous vous convions à une soirée de cinéma expérimental le jeudi 11 février 2016 à 20h à l’Institut Finlandais.

Le format 35 mm est la pellicule la plus utilisée du cinéma argentique. Considérée comme le « format standard », elle mesure 35 millimètres de largeur et est dotée sur ses bords de perforations rectangulaires pour assurer son entraînement par les divers mécanismes de prise de vues et de projection.

Le programme réunit ici six court-métrages, exclusivement en 35mm, qui explorent le lien énigmatique entre paysage et perception. Les cinéastes – tous impliqués, d’un côté de l’Atlantique comme de l’autre, dans la fabrication artisanale de leurs films sur support argentique – forgent ici un langage commun à partir de formes organiques. En prise avec la matérialité des images – battantes, vives et éphémères -, elles deviennent comme des empreintes gravées dans le paysage, suivant le fil incertain de notre mémoire.

La séance sera suivie par une discussion avec les cinéastes Daïchi SAÏTO, Christopher BECKS et Emmanuel LEFRANT.

PROGRAMME

OUVERTURE de Christopher BECKS
2010 / 35 mm / n&b / sil / 5′ 00

LE PAYS DÉVASTÉ de Emmanuel LEFRANT
2015 / 35 mm / coul / son / 11′ 30

JOURS EN FLEURS de Louise BOURQUE
2003 / 35 mm / coul / son / 4′ 59

I DON’T THINK I CAN SEE AN ISLAND
de Christopher Becks & Emmanuel Lefrant

2016 / 35 mm / coul / son / 4′ 10

LE GRANIER de Olivier FOUCHARD
2007 / 35 mm / coul / sil / 15′ 00

ENGRAM OF RETURNING de Daïchi SAÏTO
2015 / 35 mm / coul / son / 18′ 30