Philippe Cote


Beaux moments
mars 20, 2016, 3:41
Filed under: Agenda

Deux très belles conférences à ne pas rater

Vendredi 25 Mars à 18 H 30 au Forum des Images

De « l’esthétique de la faim » à la dénonciation de la « porno-misère » dans les films contestataires d’Amérique latine (1960 et 1970)
par Olivier Hadouchi (critique)

Révélatrice de sociétés inégalitaires caractérisées par de grandes disparités économiques et géographiques, la question de la faim est présente dans plusieurs films d’Amérique latine des années 1960 et 1970. Elle préoccupe aussi des cinéastes tels que Glauber Rocha, qui a écrit un manifeste nommé « Esthétique de la faim » en 1965. Comment est-elle représentée dans un corpus de films critiques et engagés d’Argentine, du Brésil et d’autres pays du sous-continent, durant les années 1960 et 1970 ?

Suivi à 21 H par la projection du film Le dieu noir et le diable blond de Glauber Rocha

A noter Samedi 26 Mars – Projection à 16 H 30 au Centre Pompidou dans le cadre du festival du Réel du dernier film de Luis Ospina : Todo Comenzo por el fin – Si tout commence par la fin… c’est pour mieux revenir aux débuts. Ceux des premières images de Luis Ospina, tournées enfant avec la caméra paternelle. Ceux, surtout du Grupo Cali, mouvement de création et de diffusion artistique né dans la ville du même nom au début des années 1970 et dont le cinéaste colombien a fait partie. Utopie d’une vie communautaire autant que d’une création collective, le groupe a créé une effervescence dans la culture alternative musicale, littéraire, plastique et cinématographique dont ce film se fait le témoin. Depuis son lit d’hôpital auquel l’attache une tumeur duodénale, Ospina ordonne le collage d’images hétéroclites. À travers des extraits de ses propres films et de ceux d’autres membres du groupe, d’interviews filmées aujourd’hui, ou d’archives rares, il construit un film de famille qui serait aussi celui d’une génération. (Alice Leroy)

Jeudi 31 Mars à 19 H à la Cinémathèque Française – Début de la rétrospective Raoul Ruiz

Nitrates d’outre-mer ! Cartographies maritimes imaginaires de Raoul Ruiz
Conférence de Gabriela Trujillo
Durée : 90 min

Périples, errances, jeux de l’oie et voyages initiatiques : Raoul Ruiz, fils de marin, est sans conteste l’un des grands maîtres dans l’art de la navigation. Son cinéma tresse faits divers, légendes, superstitions et adaptations-« poursuites » des grands classiques (Stevenson, Homère, Proust, Balzac) pour renouveler l’imaginaire de la traversée.

Suivi à 21 H 15 par la projection du film La ville des pirates de Raoul Ruiz

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :