Philippe Cote


SEMES / Récit 2 : avec Jérémy Gravayat
mars 25, 2016, 9:27
Filed under: Agenda

Samedi 2 avril à 16h00

Khiasma
15 rue Chassagnolle, 93260 Les Lilas

En ouverture de la seconde séquence de l’exposition SÈMES de Vincent Chevillon, pour laquelle l’accrochage sera réagencé, le cinéaste Jérémy Gravayat et Vincent Chevillon échangeront sur les enjeux de la mise en récit de collectes de matériaux documentaires. Comment s’agencent les documents entre les nécessités de la transmission, de l’acte politique et celles du geste artistique ?

Jérémy Gravayat réalise des films questionnant certaines réalités de l’exil contemporain et des quartiers populaires. Quotidien d’une réfugiée bosniaque, migrants de Sangatte, Palestiniens des territoires occupés, sans papiers et travailleurs immigrés de l’agglomération Lyonnaise. Depuis deux ans, il mène le projet « Atlas » à La Courneuve, une enquête sur l’histoire et l’actualité de l’habitat précaire en Seine-Saint-Denis, basée sur des collectes de récits d’habitants et de documents d’archives. Ce projet à donné lieu à la publication d’un livre-journal distribué sur le territoire local, objet de partage de ces recherches en cours, qui mèneront en définitive à la réalisation d’un film.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
A 18h, la discussion se poursuivra par la projection du film précédent du cinéaste, Les Hommes Debout, suivie d’un débat avec les intervenants.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Les Hommes Debout, un film de Jérémy Gravayat
Film de Jérémy Gravayat, 75’, 2010
Production : Les Inattendus

Histoires fragmentaires, réelles ou imaginées, d’hommes ayant vécu et travaillé à Gerland, ancien quartier industriel de Lyon. Au coeur d’un territoire en « rénovation urbaine », une fonderie du début du siècle est démolie. Au milieu des chantiers, les traces et récits du travail, de l’exploitation et des luttes ouvrières, remontent à la surface.

Traverser les ruines de l’usine, se souvenir des gestes répétés. Entendre les voix des ouvriers rassemblés dans la cour et le silence des machines arrêtées. Parcourir la ville dans la boue des chantiers, partir à la recherche d’un travail. Frapper la pierre et la brique, regarder les choses lentement s’effondrer. Repérer les lieux, s’y introduire, changer les serrures et raccorder l’électricité. Se rassembler dans la nuit, allumer des feux, construire de nouveaux abris. Raconter toujours la même histoire : celle qui fait tenir les hommes debout.

BANDE ANNONCE : ici

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :