Philippe Cote


L’Abominable au cinéma L’Étoile
avril 28, 2016, 9:45
Filed under: Agenda

Projection collective de films faits avec le concours de L’Abominable et terminés en 2015, le 29 avril à 20h30 au Cinéma « L’Étoile » (1 allée du Progrès à La Courneuve). Entrée libre !

Au programme :

Malagueña de Anaïs IBERT
(2015, Super 8 & 16mm sur DCP / coul-n&b / son / 11’ / projection en DCP)

Malagueña est un film collage, il traite de la ville qui nous dépasse, qui nous enveloppe, qui nous protège. Il par­le aussi de quatre personnes qui habitent cette ville et d’une image de l’amour.

Mu(e)s de Frédérique MENANT
(2015, 16mm / n&b / son / 10’ / projection en 16mm)

« J’ai traversé les solstices, dans l’ombre, un souffle, sous la peau, un passage ».

Ce film est le fruit d’une résidence de création avec la plasticienne Nathalie Menant pour l’installation MUES. Dix femmes en difficulté, suivies par l’association « José­phine », ont accepté de devenir modèles.

On ira à Neuilly inch’allah de Anna SALZBERG & Medhi AHOUDIG
(2015, 16mm / n&b / son / 20’ / projection en 16mm)

On entend l’histoire d’une première grève, celle de jeu­nes travailleurs de Vélib’, le service de location de vélo parisien. On voit Paris en noir et blanc, filmé en 16 mm, au petit matin. On entend la lutte qui tente de s’organi­ser, avec la langue des quartiers populaires. On voit le parcours de la manifestation qu’ils auraient voulu faire, jusqu’à Neuilly, banlieue riche où se trouve le siège social de Vélib’.

Le film interroge deux relations : celle des jeunes des quartiers populaires et leur place dans la société, leur désir de visibilité, et celle tendue entre image et son au cinéma.

Du haut de ces pyramides, derrière de Yves DIMET
(2015, 16mm / coul / sil / 4 / projection en 16mm)

Film 16mm tourné en 1972 ou 1973, lors d’une manifestation du 1er mai – cortège des groupuscules hors des parcours habituels – se dirigeant réso­lument vers la périphérie de Paris. Faute de budget dans les mois qui suivirent les prises de vues, la bobine fut égarée, puis oubliée… Retrouvée vingt ans plus tard, puis à nouveau dissipée… Réapparue inopinément en 2010, elle a finalement été révélée en décembre 2014 (quarante ans après) à L’Abominable. Retour du temps, de la matière à l’esprit de la matière

Ici, le son tient la narration, tandis que l’image porte l’évocation.

La impresión de una guerra de Camilo RESTREPO
(2015, 16mm sur DCP / coul-n&b / son / 26’ / projection en DCP)

La Colombie est confrontée depuis plus de soixante-dix ans à un conflit armé interne, dont les contours ont, au fil des ans, largement perdu de leur netteté. Progressi­vement s’est installé un climat de violence généralisé à l’échelle de la société. La violence et la barbarie ont fini par imprégner tous les aspects de la vie quotidienne, laissant dans les rues ses traces ténues. C’est peut-être par une multitude de ces traces que le récit de cette guerre diffuse prendrait enfin corps. L’impression d’une guerre donne à voir quelques-unes de ces marques, volontaires ou accidentelles, ostensibles, fugaces ou dissimulées. Souvent signes de lutte contre l’oubli, l’indifférence et l’impunité.

La projection sera suivi par une discussion avec les cinéastes présents.

Pour venir au cinéma L’Étoile :

En RER ligne B : 10 min depuis Paris-Gare du Nord
Attention à prendre un RER qui s’arrête à la station Aubervilliers-La Courneuve
Depuis la station du RER B La Courneuve-Aubervilliers :



PREMIÈRES JOURNÉES CINÉMATOGRAPHIQUES EXPÉRIMENTALES
avril 25, 2016, 4:21
Filed under: Agenda

Le 2 et 3 mai 2016 de 17h00 à 19h00 à la salle 49 de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, prenez contact avec le cinéma expérimental et ses films tournés en 8 mm, 16 mm et 35 mm. À l’issue des projections, rencontre avec les cinéastes Frédérique Menant, Leïla Colin-Navaï, Mauricio Hernández et David Matarasso.

1Paris31

2Paris3

PROGRAMME

Lundi 02 mai
Mue(s) / Frédérique Menant / France / 10’ 25’’ / film 16mm / 2015 / N&B / sonore
Not what it seems / Frédérique Menant / France / 4’ 28’’ / film Super 8 sur video numérique / 2013 / N&B / sonore
Medusa / Leïla Colin-Navaï / France / 3’ 25’’ / film Super 8 sur vidéo numérique / 2016 / N&B / silencieux
There’s nothing left of the sea but its sound / Leïla Colin-Navaï / France / 37’ 18’’ / film Super 8 sur vidéo numérique / 2015 / N&B / sonore

Mardi 03 mai
Det snöar om björken / it snows about the birch / Mauricio Hernández (Mexique) et Joel Grip (Suède) / 80’ / film Super 8 sur vidéo numérique / 2014 / couleur / sonore
The Action / David Matarasso / France / 3’ 20’’ / film 35 mm sur vidéo numérique / 2009 / couleur / silencieux

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Campus Censier – RDC – Salle 49
13, rue de Santeuil – 75005 – Paris
M°Censier Daubenton (ligne 7)

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE



CORPS VOLATILS – VOYAGE DANS LE TEMPS
avril 25, 2016, 9:51
Filed under: Agenda

Mardi 03 Mai 2016 à 20h15
Cinéma des Cinéastes
7 Avenue de Clichy
75017 Paris

CORPS VOLATILS : une projection Le BAL/ LIGHT CONE, en parallèle de l’exposition CINQUIÈME CORPS qui a lieu au BAL du 12 février au 8 mai 2016.

À partir de films expérimentaux et de films d’artistes issus du catalogue de Light Cone et de diverses collections, les séances explorent trois pistes ouvertes par les séries photographiques de Noémie Goudal : la présence de constructions inattendues au sein de paysages naturels, une fascination pour le céleste, la création d’un univers brouillant à dessein nos perceptions temporelles.

VOYAGE DANS LE TEMPS

Les architectures vulnérables de Noémie Goudal, notamment sa série In Search of the First Line, qui montre des édifices d’un autre âge intégrés dans le béton de décombres industriels, évoquent des ruines modernes, des constructions post-apocalyptiques, la survivance d’un monde englouti.
Le cinéma expérimental s’est rarement aventuré sur les terres de la science-fiction et des univers parallèles. C’est pourtant ce que proposent les films de cette séance, qui travestissent les codes de la narration et brouillent les repères temporels par le biais de trois approches bien distinctes : l’usage de photographies anciennes dans Wolkenschatten, l’exploration d’une maison abandonnée aux formes futuristes dans Bubble House et la découverte de quatre îles par Ben Rivers, dont on ne sait pas jamais vraiment si leur existence est bien réelle.

WOLKENSCHATTEN
de DORNIEDEN Anja & GONZÁLEZ MONROY Juan David
2014 / 16 mm / coul / son / 17′ 00

BUBBLE HOUSE
de Tacita DEAN
1999 / 16 mm / coul / son / 9′ 00

SLOW ACTION
de Ben RIVERS
2010 / vidéo / coul-n&b / son / 40′ 00



De l’archive au film, du film à l’archive
avril 25, 2016, 9:43
Filed under: Agenda

Colloque international le 28 et 29 Avril à l’institut du monde anglophone – 5 rue de l’école de médecine – Paris 6

Programme :

marienprogramme

Site :



Projection de films courts
avril 24, 2016, 2:20
Filed under: Agenda, Mes films : projections

Projection de Ganesh , Super 8, Couleur & Noir et blanc, Sonore, 15′ – 2015

Jeudi 28 Avril à 19 H 30
organisée par Le Jardin d’Alice et Clément Dupeux

Le Jardin d’Alice, 19 rue Garibaldi, Montreuil

13062957_10207478154045053_1055699308457398063_o

6 courts métrages de réalisateurs et de genres différents nous font emprunter des chemins de traverse dans le paysage filmique actuel.
De l’Islande au Maroc en passant par la fiction, l’expérimentation, l’Inde, le documentaire, le Québec, le loufoque ou l’intimiste, ce sont des propositions personnelles généreuses qui détiennent chacune une identité forte.
Cette première programmation est un panorama hétéroclite de créations libres.
Films courts présentés par les réalisateurs, la projection sera suivi d’une discussion autour d’un verre.

Programmation (durée : 1h15) :
Cavalier seul, Mathilde Delaunay
Une voix, Emmanuel Falguières
Ganesh, Philippe Cote
Traversée, Clément Dupeux
Le chien qui chante, Quentin Papapietro
Le mirage et la pierre, Lo Thivolle et Ouhaib Mortada

Ouverture des portes 19h30 // Début de projection 20h, soyez à l’heure !

Adhésion à prix libre // Buvette associative



Collectif Négatif
avril 21, 2016, 9:45
Filed under: Agenda

JEUDI 21 AVRIL
Le Collectif Négatif présente :
Projections et performances autour de la sexualité

Projection du Collectif Négatif
(Yves-Marie Mahé, Alban Passot, Fabien Rennet, Boris du Boullay, Derek Woolfenden et Giulio Basletti & Ada Uomo)

Performance de
Sobak Maladidamoure (Romaric Sobac)
et
Founji
Coco(voix), Didier Boiteau (guitare), Blanche Lafuente (battterie), Kristel Godin (violon) et Christophe Frémiot (basse)

À 20h au squat 2 rue de Valenciennes,
M° Gare du Nord
Entrée gratuite, boissons de qualité et pas chères sur place.



Hors Pistes 2016 : Ciné-tracts
avril 20, 2016, 11:48
Filed under: Agenda

Du 23 avril au 8 mai 2016 – Centre Pompidou, Paris

site : ici

La 11e édition du Festival de l’image en mouvement Hors Pistes se déroulera du 22 avril au 8 mai et aura pour thème L’Art de la Révolte. Le festival explorera le combat citoyen et ses représentations plurielles sur la scène artistique contemporaine.

Présentation de Ciné-tracts

La programmation dans les salles de cinéma interroge quant à elle un genre ouvertement politique : le ciné-tract. Les ciné-tracts tels que définis à leurs origines sont des films d’environ trois minutes, filmés au banc-titre et qui avaient pour fonction d’inciter le spectateur à prendre part à la lutte politique lors des événements de Mai 68. Ils faisaient partie du travail de cinéastes au service d’une lutte. Réalisés entre autres par Godard, Marker ou Resnais, les tracts étaient montrés sur les lieux mêmes de la lutte (usines, universités). Selon le protocole, ils devaient « contester-proposer-choquer-informer-interroger-affirmer-convaincre-penser-crier-dénoncer-cultiver » afin de « susciter la discussion et l’action ».
Entre témoignages d’une époque, invention de slogan, résistance aux images officielles, la production de ciné-tract a naturellement perduré, augmenté, muté, et le genre s’est vu perpétuellement ré-inventé du fait de la multiplication des procédés d’enregistrements et des supports de diffusion.

Dans le contexte actuel, que sont les ciné-tracts, et comment les artistes se réapproprient-ils ce genre ? Le nouveau corpus d’images, celles postées sur le net par les amateurs à partir de nouveaux dispositifs d’enregistrement (smartphone, webcam, drone, 3D) déplacent le protocole de départ vers des vidéo-témoignages partagées.

23 Avril : Sylvain George
24 Avril : Lamine Ammar-Khodja, Eduardo Williams, Otto Karvonen
27 Avril : Daphné Hérétakis
28 Avril : Edouard Beau
29 Avril : Éléonore Weber et Patricia Allio
30 Avril : Isaías Griñolo
2 Mai : Baptist Penetticobra
4 Mai : Bani Khoshnoudi & Valentina Campora
5 Mai : Emmanuel Van Der Auwera
6 Mai : Frank Smith
7 Mai : Madeleine Aktypi, Paul Sztulman & Vitaphone, Vincent Lapize, Bani Khoshnoudi



L’ Angle du monde par Vanna Carlucci
avril 20, 2016, 9:23
Filed under: Mes films

Texte écris par Vanna Carlucci pour la revue UZAK sur le film L’Angle du monde

Lien :

texte vanna

Bibliografia

D’Angela T. (2014): Three Landscapes o l’autopsia del paesaggio, «La furia umana»

Mitry J. (2002): Storia del cinema sperimentale, CLUEB, Bologna



La langue de Teo
avril 18, 2016, 11:54
Filed under: Agenda

Hypothèses, spéculations et digressions autour de Teo Hernandez

Colloque du 19 au 23 Avril à la Villa Vassilieff ( 19, 20, 21 sur inscription – 23 Projection publique )

Site :



Écoute voir : Arthur Honegger
avril 16, 2016, 10:16
Filed under: Agenda

Mercredi 20 avril 2016, à 19h00
Centre Pompidou, Paris

C’est à l’histoire des inventions sonores au cinéma que nous convie le cycle de films « Ecoute voir », au croisement de la musique et du cinéma, de la technique, dans le sillage des compositeurs et des cinéastes les plus inventifs. Pensé comme un prolongement de l’ouvrage de Philippe Langlois, Les Cloches d’Atlantis, musique électroacoustique et cinéma, archéologie et histoire d’un art sonore paru aux éditions MF en juin 2012, ce cycle programmé chaque mois durant toute l’année 2016, fait la part belle aux dispositifs de sonorisation du cinéma muet, aux manipulations du son qui découlent de l’usage de la piste optique, aux inventions et expérimentations sonores et musicales en tout genre. De la fiction aux films documentaires, du cinéma d’animation aux films expérimentaux, un champ ténu de convergence s’élabore où se dessine une forme de préhistoire des musiques électroacoustiques et expérimentales.

Considéré comme l’un des compositeurs néoclassique les plus importants, Arthur Honegger n’a eu de cesse de considérer la musique de film comme un véritable laboratoire d’expérimentation sonore. Le film Rapt, de Dimitri Kirsanov réalisé en 1934 en est probablement l’exemple le plus significatif.

Séance introduite par Philippe Langlois (musicologue)

Jean Mitry, Pacific 231, 1931, 35mm, nb, son, 11min
Dimitri Kirsanoff, Rapt, 1934, 35mm, nb, son, 90min



KLONARIS/THOMADAKI MANIFESTE. LE CINÉMA CORPOREL
avril 15, 2016, 9:47
Filed under: Agenda

du 26 avril au 21 mai 2016 – Ne pas manquer
Galerie du jeu de Paume – Concorde, Paris

Lien : ici

Mardi 26 avril, 19 h
Soirée d’ouverture avec Katerina Thomadaki et Maud Jacquin. En présence de Béatrice de Pastre et Éric Le Roy
• Smoking (1975-2015) de Katerina Thomadaki (première)
• Night Flight, chanson avec paroles de Maria Klonaris et musique This Fluid / Spiros Faros (première)
• Kha. Les Embaumées (1979-1980) de Maria Klonaris, du Cycle de l’Unheimlich (restauration, première)

Samedi 30 avril
14 h 30

• Double Labyrinthe (1975-1976), suivi d’une rencontre avec Laura Mulvey et Katerina Thomadaki
17 h
> LE CINÉMA ÉCLATÉ
Rencontres avec Alain Carou et Maud Jacquin, suivies de la présentation performative d’Arteria Magna in dolore
laterali (1979), de la Tétralogie corporelle (inédit) par Katerina Thomadaki

Mardi 3 mai
19 h

• Unheimlich I : Dialogue secret (1977-1979), du Cycle de l’Unheimlich, suivi d’une rencontre avec Marie-José
Mondzain et Katerina Thomadaki

Mercredi 4 mai, 19 h
> ALCHIMIE DU GENRE
Programme présenté par Maud Jacquin
• Caminito del Luz y Sombra (2000) de Sothean Nhieim
• Garden of Luxor (1972) de Derek Jarman
• Sauro Bellini (1982) de Maria Klonaris
• Night Dances (1995) de Sandra Lahire
• Medea (2013) de Ursula Mayer
• Jardins de l’Hermaphrodite endormi(e), extrait de la bande-son du film (1982), du Cycle des Hermaphrodites

Mardi 10 mai, 19 h
> L’AUTRE, FILMÉE
Programme présenté par Maud Jacquin
• Portrait de ma mère dans son jardin de Katerina Thomadaki (1980)
• Chutes. Désert. Syn de Katerina Thomadaki (1983-1985)
• Selva. Un portrait de Parvaneh Navaï de Maria Klonaris (1981-1983)
Vendredi 13 mai, 11 h 30
• L’Ange Amazonien, extrait (1987-1992), suivi d’une rencontre avec Katerina Thomadaki

Samedi 14 mai, 15 h 30
• Unheimlich II : Astarti (1979-1980), du Cycle de l’Unheimlich, présenté par Katerina Thomadaki

Mardi 17 mai, 19 h
> LA GRÈCE EN MOI
Rencontre avec Miranda Terzopoulou, suivie d’une présentation de Katerina Thomadaki introduisant la
projection d’Unheimlich III : Les Mères, première partie (1980-1981) (restitution, première)

Vendredi 20 mai, 18 h 30
> CORPS DISSIDENTS
Programme présenté par Maud Jacquin, suivi d’une rencontre avec Marina Grzinic et Katerina Thomadaki
(en anglais)
• Collectif 010, La Torture (1976-2012)
• Requiem pour le XXe siècle (1994) du Cycle de l’Ange
• XYXX Mosaic Identity (1994-2013), du Cycle de l’Ange

Samedi 21 mai
14 h 30

> THE ANGEL EXPERIENCE
Programme présenté par Katerina Thomadaki et rencontre avec Cécile Chich
• Incendie de l’Ange, bande-son et diapositive (1985)
• Personal Statement (1994), du Cycle de l’Ange
• Night Show for Angel (1992)
• Angel Scan. The Angel Experience (2007), du Cycle de l’Ange

17 h
> ASTRAL
Programme présenté par Katerina Thomadaki
• The Very Eye of Night de Maya Deren (1958)
• Particles in Space de Len Lye (1979)
• Pulsar (2001) de Klonaris/Thomadaki, du Cycle de l’Ange
• Impressions en haute atmosphère de José Antonio Sistiaga (1989)
• Quasar (2002-2003) de Klonaris/Thomadaki, du Cycle de l’Ange



Projection exceptionnelle : CHEMINS de Martine Rousset
avril 13, 2016, 11:22
Filed under: Agenda

Dimanche 24 avril à 19:00

L’Etna
71, rue Robespierre, 93100 Montreuil

Martine Rousset fait des films depuis les années 70. Elle expérimente les relations entre l’image cinématographique et l’écriture, les alliances entre le texte et l’image argentique. Filmant et refilmant la trace, elle travaille la figure de l’empreinte, explore les lieux de rencontre où la prégnance de l’absence touche à la présence enfouie. Elle travaille chez elle et à L’Abominable. Ses films sont distribués par Light Cone.

CHEMINS
2014 | 80′ | Super 8 et 16mm sur vidéo numérique

« Chemins » est le document cinématographique d’une rencontre, celle d’un texte, d’un paysage et d’un son. Je dis document et non documentaire, à savoir ce que l’image, empreinte du cinématographe, peut constituer de mémoire et non pas de commentaire.
Le texte : l’écrit inachevé de Julien Gracq, « La route », récit d’un chemin de guerre, une guerre obscure, opaque, archaïque, qui n’est pas nommée.
Le paysage est un chemin d’enfance : « aux Aresquiers » près de Sète, mille fois parcouru. Un chemin passé, présent et futur, le chemin de la plage, à travers vignes et bois de pins.
Et puis un son, le son de ce lieu là, le vent, le Mistral, le vent maître en furie dans les arbres,
une voix du temps allant, ici même.
Martine Rousset

Séance en présence de la cinéaste.
ENTRÉE LIBRE

19h : ouverture des portes et apéritif participatif (apportez de quoi partager à boire et à manger)
20h : projection suivie d’une discussion

l’Etna
71, rue Robespierre
93100 Montreuil, France
M°Robespierre
[après la grande porte, passer la cour, 1ère porte à droite sous le porche, puis à l’étage, à gauche]



BRAQUAGE propose…
avril 13, 2016, 10:08
Filed under: Agenda

Le dimanche 17 avril, 20h

Séance : Que Viva Mexico ! (Да здравствует Мексика!) de Serguei M. Eisenstein
Film tourné en 1931, au Mexique, inachevé par Eisenstein. Version du montage présentée : 1939 (assurée
par Marie Seton).
¡ QUE VIVA MEXICO ! est accompagné par Ignacio Plaza et Arthur Gilette.

Invité par la Paramount aux Etats Unis fin 1929, Eisenstein ne parvient
pas à faire accepter un projet par les financiers du studio. Chaplin le met en
relation avec l’écrivain Upton Sinclair qui accepte de le soutenir. Eisenstein ne
put finir le film, les négatifs ne lui ayant jamais été envoyés en URSS comme
cela lui avait été promis. Le montage présenté est réalisé en 1939 par Marie
Seton.
Les images sont superbes, d’une puissance et une force qui évoquent les
plus grands films d’Eisenstein. Il ne fait nul doute que ¡Que Viva México! aurait
été un très grand film s’il avait été achevé et monté par Eisenstein.
« Eisenstein a décidé de faire un film original sur un pays original dont l’histoire tragique peut être contée sans
acteurs professionnels, ni décor. » Grigori Aleksandrov (auteur d’un autre montage en 1979).

Le Limonaire, dans le cadre de Ciné muet, piano parlant
18 Cité Bergère, 75009 Paris
m° Grands Boulevards ou Cadet
Participation libre
Réservation conseillée : 01 45 23 33 33 / http://limonaire.free.fr/
2

Le mardi 19 avril, 19h

Séance Le 19 à 19H : Araya de Margot Benacerraf
1959, 80’, France/Venezuela, 16mm
Auteurs : Margot Benacerraf et Pierre Seghers / Musique : Guy Bernard / Opérateur : Giuseppe Nisoli /
Montage : Pierre Jallaud et Francine Grübert
Prix de la Critique Internationale Festival de Cannes 1959

Le film de Margot Benacerraf décrit un jour dans la vie de trois familles vivant dans un des endroits les
plus durs sur la terre : les marais salants d’Araya, une péninsule aride au Venezuela du Nord-Est.
A sa sortie, ARAYA a été comparé à L’Homme d’Aran de Robert Flaherty
et à La Terre tremble de Luchino Visconti. Selon la cinéaste, ce film n’est
pas un documentaire, il a été méticuleusement planifié comme un poème
symphonique : une composition dans laquelle les images, la musique, le
son et la langue se combinent pour créer un déplacement et une exploration
magique d’un endroit désolé et de gens remarquables qui ont vécu là.
ARAYA est un film d’une telle beauté durable que Jean Renoir a dit à
Margot Benacerraf : « Par-dessus tout … ne coupe pas une seule image ! »

Présentation de la séance par Gabriela Trujillo, historienne et analyste du cinéma.
Espace en cours
56 rue de la Réunion 75020 Paris
m° Alexandre Dumas ou Buzenval
5 euros, info : info@braquage.org



Scratch Projection LE CINÉASTE AU TRAVAIL : AUTOPORTRAITS
avril 11, 2016, 10:34
Filed under: Agenda

mardi 12 avril 2016 à 20h30
au Studio des Ursulines
10, rue des Ursulines
75005 Paris, France
Metro Ligne 7 (Censier Daubenton), ou RER B (Luxembourg)

En présence de Muriel Tinel-Temple.

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage LE CINÉASTE AU TRAVAIL : AUTOPORTRAITS (éditions Hermann), l’auteur viendra présenter une sélection d’œuvres explorant les divers facettes de l’autoportrait.

L’autoportrait n’est pas seulement un récit de vie mettant en avant l’individu, mais une sorte de work in progress dans lequel l’artiste se représente à un instant donné de son travail.

Interrogeant sans cesse son mode d’expression, le cinéaste autoportraitiste réinvente, manipule, expérimente le support cinéma en tant que matière. Il joue sur les changements de supports, travaille à même l’image (photogramme ou pixel), fabrique son outil de prise de vues ou interroge les fondements de l’image mouvante à travers le cadrage, le défilement, les textures et les tonalités.

SELF PORTRAIT POST MORTEM de Louise BOURQUE
2002 / 35 mm / coul / son / 2′ 30

LA FACE ET LE DOS EN MEME TEMPS de Jun’ichi OKUYAMA
1990 / 16 mm / coul / son / 6′ 00

AUTOPORTRAIT AU DISPOSITIF de Christian LEBRAT
1981 / 16 mm / coul / sil / 9′ 00

MY COLLECTIONS de Kohei ANDO
1988 / 16 mm / coul / son / 10′ 00

KAMERA de Dietmar BREHM
1997 / 16 mm / coul / son / 9′ 00

A TAPE RECORDER de Maki SATAKE
2007 / vidéo / coul / son / 4′ 00

AUTOPORTRAIT REFILMÉ de Olivier FOUCHARD
1998 / 16 mm / n&b / sil / 3′ 00

AUTOPORTRAIT de ERIKM
2008 / vidéo / coul / son / 5′ 38

STÜNDLICH I de Milena GIERKE
1991 / vidéo / coul / sil / 6′ 30

WATCHING PAINT DRY de Jo-Ann KAPLAN
2010 / vidéo / coul / son / 18′ 00



COLLECTIF NÉGATIF
avril 10, 2016, 8:29
Filed under: Agenda

MARDI 12 AVRIL / SONIC PROTEST / LE GRAND ACTION

MARDI 12 AVRIL – 20h00
CINÉMA GRAND ACTION
5, rue des Écoles, 75005 Paris

COLLECTIF NÉGATIF
Fondé en 2007, le Collectif Négatif est un collectif de cinéma expérimental critique qui vomit le lisse artistique pour privilégier un discours rugueux.

Les 9 membres du collectif sont dispersés entre Paris, Bruxelles, Auxerre et Metz.
Le collectif réalise actuellement un documentaire sur La Grande Triple Alliance Internationale de L’Est dont vous verrez ce soir un trailer rallongé. ici

La Grande Triple Alliance Internationale de L’Est / Avant première / Collectif Négatif / 2016 / 7mn
Mine de charbon + chômage + taux de suicide élevé sur l’autoroute = Grande Triple Alliance Internationale de L’Est.

Soudain / Vân Ta Minh / 2007 / 1mn17
Soudain deux yeux s’ouvrent dans le noir.
Et se transforment en poissons, puis en sirène, puis en monstres multiples…

D.J. TUPUDUKU / François Rabet / 2005 / 2mn10
Autoportrait ?

La Recherche de la vérité par la critique de textes et de documents / Fabien Rennet / 2009 / 5mn10
« Est-ce à dire qu’il faut capituler devant la négation, glisser peu à peu vers un monde où tout se vaut, l’historien et le faussaire, le fantasme et la réalité, le massacre et l’accident de voiture? […] Il faut certes prendre son parti de ce que ce monde comporte des Faurisson comme il comporte des maquereaux et des sociétés de films pornographiques. Mais il ne peut être question de lui laisser le terrain. »Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la Mémoire

Je me suis levé pour faire un film / Boris du Boullay / 2010 / 5mn29
Ce matin, je me suis levé pour faire un film, tu vois, il faisait beau, j’ai ouvert la fenêtre et j’y croyais.

En bleu, blanc et rouge / Yves-Marie Mahé / 2016 / 4mn
Accueillir plutôt que bombarder.

Nuit blanche (L’enfance brisée) / Christophe Frémiot / 2016 / 11mn07
Dans Nuit Blanche, son opéra servi par des interprètes prestigieux,véritable montage sonore, le compositeur fictif Filipe Gamma Libido aborde un thème douloureux lié à l’enfance. Retransmission en léger différé de ce concert.

Black’s back / Derek Woolfenden / 2009 / 12mn
Disney versus Black power.

PEOPLE LIKE US (Vicki Bennett) [UK]
Royal Collage of Art
Depuis 1991, l’artiste britannique Vicki Bennett travaille dans le domaine du collage audio-visuel. Désormais reconnue comme une figure influente et novatrice dans le domaine en constante mutation du sampling, elle s’approprie et recoupe des vidéos d’archives. Sous son nom d’artiste People Like Us, Vicki s’est spécialisée dans la manipulation et la re-création de films, d’émissions de radio ou de compositions musicales, que ces différentes sources soient issues de la culture populaire ou underground. Tout comme Negativland ou John Oswald, People Like Us est engagée dans la lutte contre le copyright et milite pour l’accès libre aux archives à des fins créatives. En 2006, elle fut la première artiste autorisée à accéder à la totalité des archives de la BBC sans aucune restriction. Waow !
People Like Us a montré son travail dans différents lieux et pays, de la Tate Modern à Londres, au festival Sonar à Barcelone, en passant par les émissions de radio de John Peel !
Pour la première fois en France elle présentera sa performance Citation City, créée à CTM 2015. Influencée par l’oeuvre inachevée The Arcades Project du philosophe allemand Walter BENJAMIN, cette nouvelle création présente un portrait audiovisuel halluciné de Londres à travers le détournement de plus de 300 extraits issus de films comportant des scènes se déroulant dans la capitale britanique.
Une nouvelle intrigue gigantesque émerge de ce collage/labyrinthe intemporel et enivrant. Bénéficiant d’un montage vertigineux, cette ode au cinéma de genre malmène l’imaginaire collectif pour notre plus grand plaisir.
L’histoire d’une histoire dans l’histoire d’une histoire dans l’histoire….
Site officiel : peoplelikeus.org/2014/citationcity/
Vidéo : vimeo.com/119569181