Philippe Cote


Marc Hurtado
août 27, 2016, 3:50
Filed under: Agenda

Cinémathèque Française
Un programme conçu par Marc Hurtado. Toutes les séances auront lieu en présence de l’artiste.

vendredi 2 septembre 2016, 19h30
Marc Hurtado : programme 1

Des autres terres souples
Marc Hurtado
France / 1976 / 50 min / Numérique

« Vénus se glisse entre mes yeux / Saturne comprime l’eau qui se filtre dans mon coeur / Jupiter me soulève de la terre / Mars suspend mes larmes au sommet de mon front » (M.H.)

Le Soleil, la mer, le coeur et les étoiles
Marc Hurtado
France / 1982 / 35 min / Numérique

« Le soleil, la mer, le coeur et les étoiles / Aube Aurore Lumière Chaleur / Le coeur sert le corps / L’esprit domine l’étoile » (M.H.)

vendredi 2 septembre 2016, 21h30
Marc Hurtado : programme 2

L’Autre rive
Marc Hurtado
France / 1984 / 36 min / Numérique

« Montre-moi l’autre rive / Tourne-moi / Ouvre-moi» (M.H.)
Aurore
Marc Hurtado
France / 1988 / 20 min / Numérique

« C’est une rivière qui coule dans mes yeux / C’est l’aurore blanche sur mes épaules / C’est le feu qui tourne dans le ciel / C’est le soleil qui transperce mon cœur » (Marc Hurtado)
Royaume
Marc Hurtado
France / 1991 / 22 min / Numérique

« Rose éternelle / Rose sur la Terre / Rose lente / Rose transparente / Mon âme / Ma reine / Mon corps / Mon amour / Ouvre-toi et dors enfin en paix» (M.H.)

Marc Hurtado « Quand la voie du visible est la voix de l’invisible »

« Tout au long de ma carrière de cinéaste et de musicien, je me suis toujours efforcé de conjuguer l’image et le son à la façon d’un sculpteur qui mélange la terre et l’eau : ces deux éléments distincts doivent former une troisième matière vivante qui est le corps du film. Ma recherche se fait réellement dans le sens d’une incarnation : c’est la poésie qui prend corps à travers le traitement de l’image et de son rapport vital au son. C’est par cette voie alchimique et magique que je vise à faire vivre une expérience intérieure, spirituelle et cosmique dans mes films »
Marc Hurtado.

À elle seule, la biographie officielle de Marc Hurtado offre un trousseau de clés pour entrer dans l’histoire de la création artistique contemporaine. « Figure phare de la scène musicale expérimentale française, cofondateur du duo Étant Donnés avec son frère Éric en 1977, Marc Hurtado a depuis suivi un parcours polymorphe de musicien, performer, poète, plasticien et cinéaste. Il a réalisé 20 films (dont 4 longs métrages), une trentaine d’albums et plus de 500 concerts/performances à New York, Paris, Newcastle, Barcelone, Berlin, Rome, Rennes… En plus de ce duo et de son projet solo Sol Ixent, il a collaboré avec Alan Vega et Martin Rev (Suicide), Gabi Delgabo (DAF), Genesis P. Orridge (Pyschic TV, Throbbing Gristle), Michael Gira (Swans), Marc Cunningham (Mars), Lydia Lunch, Bachir Attar et Les Maîtres Musiciens de Jajouka, Z’EV, Vomir, John Duncan, The Hacker, le chanteur Christophe et a composé des musiques de films pour Philippe Grandrieux, Pierre-Luc Vaillancourt, Mathieu Dufois et Jessica Hausner. »

Les premiers films de Marc Hurtado sont tournés dans un format ancien, le 8 millimètres, antérieur au Super-8. Les caméras 8mm permettent de rembobiner la pellicule, donc de l’impressionner plusieurs fois, et de cette simple possibilité technique jaillit la symphonie des similitudes et des dissemblances. Le monde se met à coïncider avec lui-même : le céleste avec le terrestre, le proche avec le lointain, le cosmique avec le singulier, l’humain avec l’animal, l’hiver avec l’été, la boue avec l’éclat. La surimpression crée une nature fusionnelle au sein de laquelle chaque apparition fait mythe. Dans le corps de l’homme se redessine le faune qu’il avait toujours été, il se penche sur l’eau et Narcisse apparaît, sous nos yeux émerge au ralenti un panthéisme généralisé qui rend le monde à son incandescence. Ici la surimpression est un artisanat de l’ivresse. Avec de tels poèmes sensoriels, nous sommes projetés hors de l’histoire, la lumière règne, le temps se suspend et devient mythologique, l’espace s’ouvre et s’illumine en un chatoiement d’images diaprées. Pour autant, oublierons-nous ce monde ? Non, nous reviendrons de cet univers éblouissant mieux armés pour regarder ce qui se passe ici-bas, il s’agissait bien, comme le formule Marc Hurtado qui retrouve et met en œuvre les secrets des chamans, d’« intensifier la perception du réel pour l’élever à la densité du magique ».

Pour la Cinémathèque française, Marc Hurtado a retrouvé, restauré, monté ou remonté plusieurs de ses œuvres de jeunesse, que nous attendions depuis si longtemps : Des autres terres souples, Le Paradis blanc (réalisé avec son frère Éric) et Blanche. Il nous offre aussi la primeur du film Le Saut et d’une nouvelle version de Marc Hurtado with Vomir. Joie, joie, joie, avec lui, « le cœur dévoré d’amour », nous irons « rouler dans les étoiles » (Théodore de Banville, « Le saut du tremplin », 1857).

Nicole Brenez

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :