Philippe Cote


Trois films de Raymonde Carasco et Regis Hebraud
septembre 6, 2016, 9:48
Filed under: Fleurs secrètes

Chefs d’oeuvre !

Publicités


Portrait de Patrice Kirchhofer
août 27, 2016, 3:41
Filed under: Fleurs secrètes

Commentaires de Nicole Brenez
Portrait du cinéaste Patrice Kirchhofer que je considère comme un des très grands cinéastes

Il y a peu de temps, ces films étaient quasi-invisibles ( maintenant distribués par Light cone ) , sauf quelques projections isolées – Je me souviens qu’après l’avoir découvert à la Cinémathèque, il y avait eu de longs mois de silence, puis une rumeur de ses films projetés dans un lointain endroit en banlieue parisienne à 9 H du matin pour une classe de lycéens et un ami. Aucune publicité, le bouche à oreille. Et nous étions au rendez-vous…L’impression d’être des privilégiés qui redécouvrions le cinéma à l’image de ces peintures rupestres cachées découvertes par quelques explorateurs. Assurément une des plus belles projections à laquelle j’ai assisté.



Cinémas d’Avant-garde
août 27, 2016, 8:33
Filed under: Fleurs secrètes

de Nicole Brenez

A télécharger ici :

Brenez_Nicole_Cinemas_d_avant-garde

14055032_10210363643624360_4508548428539138230_n



Deux films de jean Epstein
août 24, 2016, 10:22
Filed under: Fleurs secrètes

Mor’vran – 1930

Coeur fidèle – 1923



Les Films d’Arnaud Desjardins
août 21, 2016, 8:50
Filed under: Fleurs secrètes

La belle découverte de cet été : les films d’Arnaud Desjardins, long voyage dans les spiritualités orientales ( Hindouisme, Bouddhisme et Soufisme ) …Au delà de ce qu’il montre assez exceptionnel, une expérience de vie rejoint des expériences de cinéma ( des expériences en cinéma ). On progresse par rencontres et le film se construit ( et la révélation qui s’en suit car il est question de croyance pas seulement telle qu’on l’entend mais en la puissance de transformation de soi a travers le moyen du cinéma ) souvent de cette façon.

En 1959, la spiritualité indienne n’est encore connue en France que dans des cercles restreints. Arnaud Desjardins, réalisateur et chrétien pratiquant le yoga, part vers l’Inde en voiture.
Il compte approfondir ses connaissances en yoga, mais aussi découvrir et faire découvrir, par la télévision, un autre monde. D’ashram en ashram, il rencontre les plus grands maîtres du XXe siècle : Swami Shivananda, Mâ Ananda Môyi, Swami Ramdas, Ramana Maharshi. Il en ramène un film fondateur, Ashrams, et ce livre éponyme. Ces deux œuvres font découvrir à toute une génération qu’un autre monde est possible, et qu’à l’Orient souffle l’Esprit. Arnaud Desjardins avait ainsi ouvert la route de Katmandou ; il continuera son chemin, à travers les hindouismes et les bouddhismes, pour devenir un enseignant spirituel . Document séminal, qui marqua toute une époque, Ashrams reste le témoignage vivant et le document exceptionnel d’un monde toujours présent.

Lire la suite



Jean Epstein Actualité et postérités
mars 1, 2016, 9:23
Filed under: Fleurs secrètes, Mes films

J’ai écris un texte pour cet ouvrage : L’ANGLE DU MONDE – Fabrication d’un film tourné à Ouessant, Molène et Sein

1455546865

Lien : ici

Cet ouvrage propose de relire et revoir Epstein, en examinant avec un regard neuf son importante et si originale production littéraire, en évaluant sous des angles nouveaux la place de sa réflexion et de son travail de création dans son époque, et en mesurant l’influence de sa pensée sur notre temps en termes de propositions théoriques et d’inventions formelles.

Avec le soutien de l’équipe d’accueil 3208 Arts : pratiques et poétiques de l’université Rennes 2.



L’argentique à l’heure du numérique
janvier 25, 2016, 5:24
Filed under: Fleurs secrètes

Les éditions commune, en collaboration avec L’Abominable, viennent de publier le numéro 5 de leur collection « Cinéma hors capital(e) », intitulé Digital(e), l’argentique à l’heure du numérique.

Il s’agit de la retranscription du débat organisé à l’invitation de Cinéma du Réel lors de l’édition 2013 du festival, où nous avions tenté de créer un espace de discussion critique, partant du point de vue qu’un certain nombre de cinéastes tiennent à continuer d’utiliser le support photochimique, qu’un certain nombre de programmateurs continuent à montrer des films en pellicule, qu’un certain nombre de spectateurs font la différence.

Un jour se fera l’histoire du basculement de la projection cinématographique vers le numérique. L’histoire de ce qu’on appelle trop facilement une révolution (le mot revient à de multiples reprises dans le débat) mais qui a tout du contraire : plutôt une étape supplémentaire de l’industrialisation du commerce des images. Pourtant, tout basculement, aussi violent soit-il, a ses résistances, qu’incarnent celles et ceux qui, malgré les difficultés anciennes et nouvelles, poursuivent leur chemin, indifférent au sens du vent.

Vous trouverez ce livre les 1er et 4 février prochain (à partir de 17h15) au Cinéma Méliès de Montreuil, où les éditions commune présenteront la collection « Cinéma hors capital(e) » dans le cadre des Rencontres avec Jean-Pierre Thorn, sachant que le numéro 3 de cette collection de livres-DVD, intitulé Je t’ai dans la peau de Jean-Pierre Thorn, lui est dédié.

Digital(e), l’argentique à l’heure du numérique sera disponible dans la foulée à la librairie la Friche (Rue Léon Frot, 11e), à la librairie du Cinéma du Panthéon (rue Victor Cousin, 5e) et au café-librairie Michèle Firk (rue François Derbergue à Montreuil) ainsi que dans les meilleures librairies partout ailleurs, et également par correspondance auprès des éditions commune.

digitale-600x828