Philippe Cote


NO GAME Cinéma expérimental et documentaire au Japon dans les années 1960 – La suite
octobre 11, 2016, 6:01
Filed under: Agenda

Mardi 11 octobre – 20h00
Sur le champ de bataille

Comment rendre compte d’un quotidien déchiré entre luttes féroces et survie au jour le jour ? Dans Le chant des pierres (Ishi no Uta) le réalisateur Toshio Matsumoto, à la recherche d’une fusion entre avant-garde et documentaire, monte un assemblage de portraits des ouvriers dans les carrières du village d’Agi. Fondateur du groupe de recherche « Le Collectif du bleu » (Ao no kai), Shinsuke Ogawa va réaliser sept films sur la bataille de Sanrizuka s’immergeant au plus près des luttes associant paysans et étudiants contre la construction du nouvel aéroport international de Tokyo, à Narita.

Le chant des pierres (Ishi no Uta) de Toshio Matsumoto, 1963, vidéo, n&b, son, 24’
Sanrizuka, la guerre de trois jours (Sanrizuka : dai sanji kyōsei sokuryō soshi tōsō) de Shinsuke Ogawa, 1970, 16mm, n&b, vo sous-titré anglais, 50’

Mardi 8 novembre – 20h00
Newsreel Japan

Dans les années 1960, le nouveau cinéma japonais se fait le chantre de la contestation du modèle américain. En 1964, sur commande du producteur de Chicago Marv Gold, le critique et vidéaste Kenji Kanesaka porte, avec son film Super Up, un regard féroce sur la société américaine: ségrégation, racisme, consumérisme de masse et hyper sexualisation, sur fond de violences policières. En 1966, le réalisateur Masanori Ōe part à New York. Il est alors l’un des premiers à documenter les mouvements pacifistes et hippies notamment avec Head Game où la caméra plane au-dessus de la foule du festival BE-IN dans Central Park. Dans No Game, il filme la manifestation devant le Pentagone à l’occasion de l’International Anti-War Day. De retour au Japon, il fonde, avec le critique et vidéaste Kenji Kanesaka et Takuma Nakahira (membre de Provoke), le groupe Newsreel Japan dans le sillage du Newsreel de Jonas Mekas.

Super Up de Kenji Kanesaka, 1964, vidéo, couleur, son, 12’
No game de Masanori Ōe, 1967, vidéo, n&b, son, 17’
Head Game de Masanori Ōe, 1967, vidéo, couleur, son, 10’
La corde (Rōpu) de Toru Hamada et Takuma Nakahira, 1969, vidéo, son, 37’

Infos pratiques

Cinéma des cinéastes
7, avenue de Clichy – 75017 Paris

Publicités


Braquage en Octobre
octobre 11, 2016, 5:55
Filed under: Agenda

en pièce jointe, vous trouverez l’agenda des activités de Braquage pour ce mois d’octobre.
Au programme :
– invitation à la cinéaste et plasticienne Silvi Simon qui vient présenter une performance et animer un atelier,
– un film de Melville présenté par le cinéaste Bertrand Mandico,
– le spectacle de Braquage pour les plus jeune : Petit Rayon
– des ateliers, des conférences, des formations…

Télécharger le programme : agenda-braquage-octobre-2016



Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris
septembre 23, 2016, 12:26
Filed under: Agenda

du 4 Octobre au 16 Octobre

Les Voûtes | Maison de la culture du Japon
Centre Pompidou | Instants Chavirés
Église Saint-Merri | Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Shakirail | Ciné 104

fcdep_2016_prog
catalogue_2016
grille_2016
infos_pratiques

Le 04/10/2016
#1 HAPPINESS AVENUE

Le 05/10/2016
#2 L’HUMOUR EST LA POLITESSE DU DÉSE…

Le 06/10/2016
#3 VARIÉTÉS FRANÇAISES

Le 07/10/2016
#4 JESUS DER FILM

Le 08/10/2016
#5 EXPERIMENTAL NONSENSE
Le 09/10/2016
#6 CARRIE : VAVART/DE PALMA

Le 10/10/2016
#7 ROSA CANINA

Le 11/10/2016
#8 HELLO HAPPINESS!
#9 SEGUNDO DE CHOMÓN | KRINATOR
LA TOURNE DU FOU | COCKTAIL
NAISSANCE DE L’INTIME | INSTALLATION
TARIM SAMARKAND | INSTALLATION

Le 12/10/2016
COMPETITION INTERNATIONALE#1
#10 VARIATIONS POLITIQUES
COMPETITION INTERNATIONALE#2
Le 13/10/2016
COMPETITION INTERNATIONALE#3
#11 L’ABSURDISME
COMPETITION INTERNATIONALE#4

Le 14/10/2016
COMPETITION INTERNATIONALE#5
#12 SEE YOU LATER, ALLIGATOR
COMPETITION INTERNATIONALE#6
L’ETNA | FILMS DE L’ATELIER SUPER 8

Le 15/10/2016
CINÉASTES DE MOINS DE 15 ANS
#13 ART VIDÉO ET FILMS D’ARTISTES
#14 FAUX-SEMBLANTS
#15 SCHULTZ & ÈLG
CÉCILE RAVEL | NANARS FAMILIAUX

Le 16/10/2016
DÉLIBÉRATION PUBLIQUE DU JURY
#16 ACHEMINEMENT VERS UN CINÉMA HORS…
REPRISE DES FILMS PRIMÉS
#17 VU PAR MON CHIEN | LA CHATTE



Scratch : Notre Dame (des Anges)
septembre 21, 2016, 5:11
Filed under: Agenda

mardi 4 octobre à 20h30

Studio des Ursulines
10 rue des Ursulines, 75005 Paris

En présence de Mark Toscano

Depuis la cité des anges vers la ville-lumière, le cinéaste / programmateur / restaurateur de films Mark Toscano nous propose dans ce programme des films d’artistes de Los Angeles, pour la plupart des copies récemment restaurées.

Le mouvement cinématographique avant-gardiste de Los Angeles a depuis des décennies été peu étudié et montré en comparaison aux deux autres grands foyers américains de l’avant-garde que sont New York et San Francisco. La ville de Los Angeles a pourtant été le théâtre d’une production extrêmement variée et qui se trouve être à l’origine d’une culture du film expérimental particulièrement influente.

Ces huit films représentent un échantillon certes réduit mais éclectique de la production expérimentale historique de Los Angeles : des travaux d’importance majeure comme ceux de Chick Strand, Pat O’Neill et Thom Andersen à ceux d’artistes moins connus comme Daina Krumins, Fred Worden & Chris Langdon, jusqu’aux films courts rarement montrés de Joseph Strick, Penelope Spheeris ou Gus Van Sant.

AU PROGRAMME

FLEA SINGS de Gus VAN SANT
1991 / 35 mm / coul / son / 3′ 00

MUSCLE BEACH de Joseph STRICK
1948 / 35 mm / n&b / son / 9′ 00

NOW, YOU CAN DO ANYTHING de Chris LANGDON & Fred WORDEN
1973 / 16 mm / coul / son / 6′ 00

ANSELMO de Chick STRAND
1967 / 16 mm / coul-n&b / son / 4′ 00

THE DIVINE MIRACLE de Daina KRUMINS
1973 / 35 mm / coul / son / 5′ 00

EASYOUT de Pat O’NEILL
1972 / 16 mm / coul / son / 9′ 00

I DON’T KNOW de Penelope SPHEERIS
1970 / 16 mm / n&b / son / 18′ 00

— ——- de Thom ANDERSEN
1967 / 16 mm / coul / son / 12′ 00

+
SOUTHERN CALIFORNIA
Installation vidéo de Louis HOCK
1979 / vidéo / coul / sil / 10′ 00



21èmes Rencontres du cinéma documentaire – Périphérie
septembre 21, 2016, 5:01
Filed under: Agenda

Du 6 au 16 octobre 2016
au Cinéma Le Méliès à Montreuil

Le Méliès
12 place Jean Jaurès (Métro et bus : Mairie de Montreuil), 93100 Montreuil

La thématique : Féminin – Masculin avec des films de Barbara Hammer – Birgit Hein…

Site :
Télécharger le programme : programme_des_rencontres_2016_0

A noter le 7 Octobre à 15 H – 17H30
Cinéma Mélies
Table Ronde – Cinéma Expérimental et Créativité Féminine

Les Rencontres du Cinéma Documentaire seront aussi l’occasion de soulever des questions plus profondes en rapport avec une cinématographie trop souvent oubliée, par le biais d’une table ronde qui tentera de poser le cinéma expérimental comme champ privilégié de la créativité féminine.
Elle sera animée par Corinne Bopp (directrice des Rencontres), avec la présence de Barbara Hammer (cinéaste expérimentale) et Jackie Raynal (cinéaste expérimentale, ayant participé au Groupe Zanzibar, monteuse pour Eric Rohmer et Philippe Garrel, notamment).

Mais une table ronde n’est rien sans quelques films…

Hurry Hurry, de Marie Menken
Etats-Unis, 1957, 5’, 16 mm, dist. Light Cone

X, de Barbara Hammer
Etats-Unis, 1973, 9′, 16 mm, dist. Light Cone

Gently Down the Stream, de Su Friedrich
Etats-Unis, 1981, 14′, 16 mm, dist. Light Cone

Allers Venues, de Vivian Ostrovsky
France, 1984, 14′, 16 mm, dist. Light Cone

Vent Léger Dans le Feuillage, de Martine Rousset
France, 1994, 3′, 16 mm, dist. Light Cone

�Spiders In Love : An Arachnogasmic Musical, de Martha Colburn
Etats-Unis, 1999, 3’, 16 mm, dist. Light Cone



EXDOC : Gestes déplacés
septembre 21, 2016, 4:47
Filed under: Agenda

vendredi 30 septembre à 19h30
Espace en cours, 56 rue de la réunion, 75020 Paris

Entrée libre. Séance suivie d’une discussion avec Julien Prévieux.

Le geste déplace l’espace dans lequel il s’insère ou se déploie. La chorégraphie ne se situe pas dans un espace neutre, elle apparaît comme une possibilité de résistance à la normalisation du geste.

What Shall we do next ? Séquence # 1, Julien Prévieux (2011), 4′
What Shall we do next ? Séquence # 2, Julien Prévieux (2014), 17′
Roulades, Julien Prévieux (1998), 5′
Archivo F.X.: La ciudad vacía: La Casa, Pedro G. Romero (2007), 20′
Oasis, Anatoli Vlassov (2012), 4′
The Infernal Dream of Mutt and Jeff, Zoe Beloff (2011), 11′
Sommeil, Julien Gallée-Ferré (2014), 16′



NO GAME – Cinéma expérimental et documentaire au Japon dans les années 1960
septembre 19, 2016, 8:29
Filed under: Agenda

du 27 septembre au 8 novembre 2016 à 20h

Une proposition de Go Hirasawa, spécialiste du cinéma contestataire au Japon dans les années 1960-1970, chercheur à l’université de Meiji Gakuin de Tokyo

Un cinéma radicalement différent apparaît au milieu des années 1950 au Japon, parallèlement à l’irruption d’une nouvelle avant-garde artistique. Dans le contexte d’une société qui connaît une métamorphose fulgurante et douloureuse, les réalisateurs, artistes, collectifs s’interrogent : comment rendre compte d’un présent sous emprise américaine et saturé de violence ? Quelles sont les spécificités du cas japonais ?

Plaçant la question de l’enregistrement du temps au cœur de ces nouvelles écritures, des films transcendent le geste cinématographique, s’inspirant de la photographie, du théâtre, des actions dans l’espace public. Le film devient le lieu du débat et le véhicule esthétique de nouvelles interrogations.

bowl-cycle_cine

Mardi 27 septembre – 20h00
Document 1960 – Contestations étudiantes et collectifs cinématographiques

Fondé en 1957 sous forme de collectif indépendant, le club de recherches cinématographiques de l’université de Nihon s’impose comme la figure de proue du renouveau cinématographique japonais. En 1958, le collectif produit Dialogue entre le clou et la chaussette (Kugi to kutsushita no taiwa) puis Le Bol (Wan) en 1961, qui dénonce l’incapacité du Japon à protéger sa population des menaces externes. Membre du collectif, Motoharu Jōnouchi crée à la même période le centre de recherches cinématographiques VAN. Engagé dans la lutte contre le traité de sécurité nippo-américain, il réalise Document 6.15 puis Gewaltpia bande annonce (Gewaltpia Yokoku) dont la bande son psychédélique accompagne des gros plans d’une rare violence. Au même moment, Michiko Sasaki se concentre sur les révoltes étudiantes de la faculté d’Arts de l’université de Nihon afin d’en constituer une mémoire visuelle.

Document 6.15 de Motoharu Jōnouchi, 1961, 16mm, n&b, muet, 19’
Le Bol (Wan) de Nihon University New Film Club, 1961, 16mm, n&b, son, 25’
Gewaltpia bande annonce (Gewaltpia Yokoku) de Motoharu Jōnouchi, 1969, 16mm, n&b, son, 13’
Mourir un jour (Itsuka Shinu no ne) de Michiko Sasaki, 1967-1974, vidéo, n&b, vostfr, 25’

Mardi 11 octobre – 20h00
Sur le champ de bataille

Comment rendre compte d’un quotidien déchiré entre luttes féroces et survie au jour le jour ? Dans Le chant des pierres (Ishi no Uta) le réalisateur Toshio Matsumoto, à la recherche d’une fusion entre avant-garde et documentaire, monte un assemblage de portraits des ouvriers dans les carrières du village d’Agi. Fondateur du groupe de recherche « Le Collectif du bleu » (Ao no kai), Shinsuke Ogawa va réaliser sept films sur la bataille de Sanrizuka s’immergeant au plus près des luttes associant paysans et étudiants contre la construction du nouvel aéroport international de Tokyo, à Narita.

Le chant des pierres (Ishi no Uta) de Toshio Matsumoto, 1963, vidéo, n&b, son, 24’
Sanrizuka, la guerre de trois jours (Sanrizuka : dai sanji kyōsei sokuryō soshi tōsō) de Shinsuke Ogawa, 1970, 16mm, n&b, vo sous-titré anglais, 50’

Mardi 8 novembre – 20h00
Newsreel Japan

Dans les années 1960, le nouveau cinéma japonais se fait le chantre de la contestation du modèle américain. En 1964, sur commande du producteur de Chicago Marv Gold, le critique et vidéaste Kenji Kanesaka porte, avec son film Super Up, un regard féroce sur la société américaine: ségrégation, racisme, consumérisme de masse et hyper sexualisation, sur fond de violences policières. En 1966, le réalisateur Masanori Ōe part à New York. Il est alors l’un des premiers à documenter les mouvements pacifistes et hippies notamment avec Head Game où la caméra plane au-dessus de la foule du festival BE-IN dans Central Park. Dans No Game, il filme la manifestation devant le Pentagone à l’occasion de l’International Anti-War Day. De retour au Japon, il fonde, avec le critique et vidéaste Kenji Kanesaka et Takuma Nakahira (membre de Provoke), le groupe Newsreel Japan dans le sillage du Newsreel de Jonas Mekas.

Super Up de Kenji Kanesaka, 1964, vidéo, couleur, son, 12’
No game de Masanori Ōe, 1967, vidéo, n&b, son, 17’
Head Game de Masanori Ōe, 1967, vidéo, couleur, son, 10’
La corde (Rōpu) de Toru Hamada et Takuma Nakahira, 1969, vidéo, son, 37’
Infos pratiques

Cinéma des cinéastes
7, avenue de Clichy – 75017 Paris
séance : 9,50 euros tarif plein
7,50 euros tarif réduit

Exposition au BAL Provoke + séance :
11,50 euros
billet groupé à acheter préalablement au BAL

(programme sous réserve de modification)