Philippe Cote


Scratch Projection
mai 31, 2012, 12:06
Filed under: Agenda


Séparation des temps : le temps successif

Mardi 12 Juin 2012  à 20h30  au Cinéma Action Christine 4, rue Christine 75006 Paris

Carte blanche à Mire (séance présentée par Miles MCKANE).

Association de cinéma expérimental et d’image en mouvement née en 1993, Mire développe son projet autour de la diffusion, de la mise à disposition d’un laboratoire de pratique cinématographique et de la mise en place d’actions culturelles. Nous avons pour objet de promouvoir l’image en mouvement expérimentale de sa fabrication à sa diffusion : de la fabrique historique du cinéma et de la vidéo à la création contemporaine, prolongée par les nouvelles technologies. Nous réfléchissons cette pratique de l’image en ménageant des points de contacts avec d’autres domaines artistiques et culturels pour créer des résonances, des prolongements et contextualiser la nature des propositions et des engagements.

Si le cinéma est au premier regard l’art du mouvement, il est aussi l’art du temps. Le cinéma permet de comprimer ou de dilater le défilement temporel. Le temps peut avancer et reculer, être sujet à des ellipses ou des bégaiements, il peut être consécutif ou successif. Dans les temps successifs deux événements se suivent, mais pas forcément de façon continue. Cela nous pose la question de notre perception du temps et de la temporalité dans laquelle on vit. Ces films travaillent la « disjointure » du temps, de l’histoire et du monde, de notre temps. Comme dit Hamlet dans la pièce de Shakespeare, The time is out of joint.

Lire la suite



Le cinéma documentaire vu par…
mai 30, 2012, 1:19
Filed under: Agenda

Les dimanches en juin aux Atelier Varan  ( 6 Impasse Mont-Louis – 75011 Paris – Tél. : +33 (0)1 43 56 64 04 – Fax : +33 (0)1 43 56 29 02 ) de 10h à 14h :

Le cinéma documentaire vu par…

Bernard Eisenschitz / Jean-Louis Comolli / Claudio Pazienza

1. DE L’INVENTION (Dimanche 3 juin : Bernard Eisenschitz)
Où le filmeur se heurte aux limitations de son instrument, et où les obstacles l’aident à parvenir à
bon port. Incipit : Dziga Vertov.

2. AFFAIRE DE PERCEPTION (Dimanche 10 juin Bernard Eisenschitz)
Où le spectateur ne voit pas ce qui a été filmé, mais le reconstitue dans sa tête.
Incipit : Chris Marker.

3. IL Y A PLUSIEURS FAÇONS (Dimanche 17 juin : Bernard Eisenschitz)
Où les cinéastes découvrent, chacun pour soi, leurs moyens d’aller au-delà du réel.
Incipit : Peter Nestler.

4. LA QUESTION DU « COMMENT ? »(Dimanche 24 juin : Jean-Louis Comolli et Claudio Pazienza)
Cette question qui clôt la première saison des « Dimanches de Varan » sera développée dans de
nouvelles séances à la rentrée par Jean-Louis Comolli.



Quelques séances
mai 30, 2012, 1:14
Filed under: Agenda

CAMERA BRITANICA – Centre Pompidou – Mercredi 30 Mai – 19h30 – Paris

RASHA SALTI – ‘Something you should know’ à l’EHESS – Mercredi 30 Mai – 19h – Paris

5 FILMS DE BEN RIVERS – Le Bal – Mercredi 30 Mai – 20h – Paris

Cate Blanche au G.R.E.C – Péniche Cinéma –  Jeudi 31 Mai – Paris

NO GRAVITY – Rdv centre audiovisuel Simone de Beauvoir – Cinéma Le Nouveau Latina – Jeudi 31 Mai – 20h – Paris

ILLEGAL CINEMA – Laboratoires d’Aubervilliers – Lundi 4 Juin – 20h – Aubervillier

GRAN LUX FILM FESTIVAL – 29 Mai-4 Juin – Vienne (Autriche)

L’EAU ET LES REFLETS DU MONDE – collège des bernardins – Lundi 4 Juin 2012 – 20h – Paris

LA FABRIQUE DES FILMS – 5 Juin-22 Juillet – Nogent sur Marne

FESTIVAL COTE COURT – du 6 au 16 Juin – Pantin

MASHUP FILM FESTIVAL – Forum des images – 22-24 Juin – Paris

FESTIVAL INTERNATIONAL DU LIVRE D’ART ET DU FILM – 28 Juin – 1er Juillet – Perpignan

INTERNATIONAL EXPERIMENTAL CINEMA CONGRESS 2012 – Akademie der Künste am Hanseatenweg – 10-14 Octobre – Berlin



L’Homme sans nom de Wang Bing
mai 29, 2012, 12:35
Filed under: Agenda

Au Centre Pompidou avec conférence de Georges Didi-humberman

A ne pas manquer

Mercredi 30 Mai 2012
19:00 L’Homme sans nom
Wang Bing : pour montrer, à travers son film L’Homme sans nom – qui apparaît comme le revers et le prolongement de son immense fresque À l’ouest des rails –, comment il est possible de faire, avec la plus grande modestie formelle qui soit, un acte authentique d’exposition des peuples, un acte d’écoute attentive et de pure délicatesse envers autrui. Comment, donc, l’artiste n’y « prend » aucune image de l’être filmé, mais se contente (il y faut beaucoup de travail) de nous la « rendre ».


Festival Côté Court – Pantin
mai 27, 2012, 2:49
Filed under: Agenda

Site du festival :  www.cotecourt.org

6 au 16 Juin



Ondes originaires
mai 27, 2012, 2:41
Filed under: Agenda

Ondes originaires

Performances et expérimentations sonores.

Cinémathèque française, 8 juin et 13 juillet 2012

 « Les Arawaks [Amérindiens des Antilles] utilisent le même mot pour dire ‘ombre’, ‘âme’ et ‘image’ : uedja. Les Abipons [Amérindiens du Chaco] utilisent un seul mot, loàkal, pour dire ‘ombre’, ‘âme’ et ‘image’ et ‘écho’ », rappelle le grand cinéaste expérimental Stefan Themerson dans son ouvrage The Urge to Create Visions (1936).

Avec Thomas Alva Edison, l’enregistrement des sons précède l’enregistrement de l’image, la seconde vient pour accompagner les premiers. Avec le numérique, il faut remonter un cran plus haut et se souvenir que les techniques d’enregistrement dans leur ensemble sont nées de la découverte des ondes électromagnétiques par Heinrich Hertz puis de leur transformation en moyen de communication par Guglielmo Marconi (et d’autres). L’onde et ses échos forment la matrice dont découle l’ensemble de nos arts filmiques et sonores, quels que soient leur support ou leur vecteur (argentique/numérique, tympan humain/pavillon phonographique…). Avec Karel Doing & Michal Osowski, Olivier Schefer & Marc Billon, Iván Torres Hdez & John Lemke – artistes visuels et sonores, écrivains, tous performers, nous allons remonter le fil des ondes, voir et écouter comment on peut bouleverser et redistribuer les partitions entre enregistrement et projection, entre bruissement visuel et bruit de fond, entre échos expressifs (l’art) et résonances magiques (la vie). C’est aussi ce qu’en 2006 sont partis chercher au Maroc Marc et Eric Hurtado du célèbre groupe Etant Donnés, musiciens, cinéastes, poètes en toutes choses, à la rencontre de musiciens mythiques mettant leur art au service des guérisons miraculeuses qui ont lieu au tombeau du saint du village de Jajouka, Sidi Ahmed Cheik. Marc Hurtado écrit : « Jajouka, un petit village dans les collines du Rif Marocain. Depuis plus de 2000 ans s’y perpétuent des rites magiques de fertilité, les rites de Pan, proches des lupercales romaines, ainsi qu’une musique unique jouée par une confrérie de musiciens, les Maîtres Musiciens de Jajouka. Brion Gysin, l’inventeur de la Dreamachine, qui découvrit le village dans les années 50, les disait descendants du grand poète persan du XIIe siècle Farîd al-Dîn Attâr, auteur du poème initiatique Le langage des oiseaux, référence majeure de la tradition spirituelle soufie. Toute une frange d’artistes, de musiciens et d’écrivains, dans le sillage de Paul Bowles et de Brion Gysin furent magnétisés par Jajouka : Brian Jones des Rolling Stones qui enregistra leur premier disque, Ornette Coleman, l’inventeur du free jazz, W.S Burroughs, Thimothy Leary, le prophète du LSD, et plus récemment des musiciens comme Genesis P.Orridge ou Lee Renaldo de Sonic Youth. »

Comme chez Antonin Artaud, l’extrême modernité puise aux sources de la mythologie dont ici l’ombilic fantasmé, l’onde originaire, pourrait ressembler au projet décrit par Stefan Themerson, « faire chanter les images comme des poissons lumineux au fond des ténèbres océaniques, luisant non pas d’un éclat réfléchi mais de leur propre lumière ». (Nicole Brenez)

Lire la suite



Quelques séances
mai 18, 2012, 12:39
Filed under: Agenda

HANDSWORTH SONGS – Black Audio Film Collective – Espace Khiasma – Vendredi 11 mai – 20h30 – Les lilas

JOHN SMITH – The Girl Chewing Gum (1976) – Le Bal – Samedi 12 Mai – 11h – Paris

ART SPIEFELMAN / KEN JACOBS – Centre Pompidou – Samedi 12 Mai – 20h – Paris

KINO CLUB – Pigale Vortex, Favorite things, the gay desperado – au Shakirail – Dimanche 20 Mai – 20h – Paris

ILLEGAL CINEMA – Documentaire et fiction – Laboratoires d’Aubervilliers – Lundi 14 Mai – 20h – Paris

SCRATCH – Hommage à Robert Breer – Cinéma Action Christine – Marid 15 Mai – 20h30 – Paris

LA TRIENNALE – FILMS – Palais de Tokyo – tous les jours – Paris

VIDEO VORTEX – 17-19 Mai – Zagreb



Media City Film Festival, Canada
mai 18, 2012, 12:31
Filed under: Agenda

Du 22 au 26 Mai à Windsor

Lien : Media City Film Festival

Programme : ici



L’artiste en ethnographe
mai 14, 2012, 5:01
Filed under: Agenda

Les 26, 27 et 28 mai 2012, la plateforme curatoriale le peuple qui manque en collaboration avec le Département de la Recherche du musée du quai Branly et le département FILM du Centre Pompidou, propose des rencontres intitulées « L’artiste en ethnographe ».

Camille Henrot – Coupé/décalé (5min, 2010, France)

affichez les images
Camille Henrot – Coupé/décalé (vidéo, 2010) – Courtesy Galerie Kamel Mennour

Les 26, 27 et 28 mai 2012, la plateforme curatoriale le peuple qui manque, en collaboration avec les Départements de la Recherche du musée du quai Branly et le département FILM du Centre Pompidou, propose des rencontres intitulées « L’artiste en ethnographe ». 
Le critique d’art Hal Foster observait dès 1995, dans un article désormais célèbre sur « L’artiste en ethnographe », que « l’ancien désir d’artiste chez les anthropologues s’est inversé ». Après la mort supposée des avant-gardes politiques et artistiques, et avec l’efflorescence de nombreuses enquêtes artistiques, Foster identifiait l’émergence d’un nouveau paradigme, sous les traits de l’artiste en ethnographe. Ce tournant ethnographique de l’art contemporain succédait à un renouveau disciplinaire et une décolonisation épistémologique de l’ethnographie. Dans une double réflexion sur la mise en forme du savoir et sur les effets de pouvoir dont elle participe vis-à-vis des sujets qu’elle observe, l’ethnographie avait en effet opéré un retour réflexif, sous l ‘impulsion d’auteurs tels que James Clifford ou George Marcus, et accéléré encore par l’apport des études postcoloniales.Proposant un état des lieux prospectif de ce tournant, la manifestation «L’artiste en ethnographe» réunit artistes, cinéastes, historiens de l’art, curateurs et anthropologues. Croisant art, anthropologie, critique culturelle, théorie des images et pratiques curatoriales, elle soulève les enjeux épistémo-critiques de ce tournant et se donne pour objet d’interroger les arts du terrain, les enquêtes à travers les archives du savoir anthropologique, voire colonial, ou l’histoire de la muséologie scientifique; le champ documentaire et son extension dans des dispositifs d’action collaborative ; les régimes d’autorité ; l’expérimentation avec les modes d’énonciation et les récits de l’« Autre », etc.
Un colloque international se tient au musée du quai Branly et s’accompagne de soirées de rencontres, projections et performances au Centre Pompidou.

Symposium/rencontres en présence de Ariella Azoulay (Tel Aviv), Peggy Buth (Berlin), T.J. Demos (Londres), Clementine Deliss (Francfort), Faye Ginsburg (New York), Jennifer Gonzalez (New York), Joachim Koester (Berlin), Benoit de Lestoile (Paris), George Marcus (New York), Maureen Murphy (Paris), Karen Mirza & Brad Butler (Londres), Fred Wilson (New York), Trinh T Minh Ha (San Francisco) – Modération par Erik Bullot, Patricia Falguières

Une performance de Simon Fujiwara (Londres). Avec les oeuvres vidéos/films de Kidlat Tahimik (Philippines), Camille Henrot (France), Luis Ospina & Carlos Mayolo (Colombie), Dias & Riedweg (Brésil), Jorge Preloran (Argentine), Francis Alÿs (Mexique).

Commissariat 
: Aliocha Imhoff, Morad Montazami, Kantuta Quiros


Une manifestation produite par le peuple qui manque, avec le soutien et en collaboration avec le Département de la Recherche dirigé par Anne-Christine Taylor-Descola et le Département du Développement Culturel du musée du Quai Branly, le département FILM du Centre Pompidou dirigé par Philippe-Alain Michaud et la Région Ile de France.



Phill Niblock/Nelly Boyd (Ensemble)
mai 5, 2012, 2:52
Filed under: Agenda

VENDREDI 4 MAI 20h30

Musique expérimentale et projections

Phill Niblock makes thick, loud drones of music, filled with microtones of instrumental timbres which generate many other tones in the performance space. Simultaneously, he presents films / videos which look at the movement of people working, or computer driven black and white abstract images floating through time.

Phill Niblock is an intermedia artist using music, film, photography, video and computers. He makes thick, loud drones of music, filled with microtones of instrumental timbres which generate many other tones in the performance space. Simultaneously, he presents films / videos which look at the movement of people working, or computer driven black and white abstract images floating through time. He was born in Indiana in 1933. Since the mid-60’s he has been making music and intermedia performances which have been shown at numerous venues around the world among which: The Museum of Modern Art; The Wadsworth Atheneum; the Kitchen; the Paris Autumn Festival; Palais des Beaux Arts, Brussels; Institute of Contemporary Art, London; Akademie der Kunste, Berlin;  ZKM; Carpenter Center for the Visual Arts at Harvard; World Music Institute at Merkin Hall NYC. Since 1985, he has been the director of the Experimental Intermedia Foundation in New York (<http://www.experimentalintermedia.org/>) where he has been an artist/member since 1968. He is the producer of Music and Intermedia presentations at EI since 1973 (about 1000 performances) and the curator of EI’s XI Records label. In 1993 he was part of the formation of an Experimental Intermedia organization in Gent, Belgium – EI v.z.w. Gent – which supports an artist-in-residence house and installations there. Phill Niblock’s music is available on the XI, Moikai, Mode and Touch labels. A DVD of films and music is available on the Extreme label.

Nelly Boyd (Ensemble)
Nelly Boyd is a composers’ collective and performing ensemble, founded in 2004 in Hamburg, Germany. Its members come from different backgrounds such as sound art, classical composition, live-electronics, electroacoustic music, rock and free improvisation.
As a collective, Nelly Boyd’s purpose is to help realize each member’s musical ideas.
As an ensemble, they perform repertoire pieces and commissions by composers which are inspiring, interesting and exemplary to them, with a strong taste for the American ‘classical avant-garde’. Nelly Boyd’s programmes are often developed uniquely according to the performance space and its properties. Among others, they have presented works by John Cage, Morton Feldman, Terry Riley, Karlheinz Stockhausen, James Tenney and have played with Phill Niblock, Alvin Lucier, Christian Wolff, Rhys Chatham and with Charles Curtis for a performance of La Monte Youngs Composition 1960 # 7.
Nelly Boyd appears regularly at the festivals ‘Blurred Edges’ and ‘klub katarakt’ in Hamburg and has performed at Podewil/Berlin, Experimental Intermedia/New York, Serpentine Gallery/London, Issue Project Room/New York, Rote Fabrik/Zurich, Hangar Bicocca/Milan, Bozar/Brussels…
////////////
PAF 10€/7€
///////////
////////////
Les rendez-vous contemporains de Saint-Merry
Eglise Saint Merry
76, rue de la Verrerie / 75004 Paris