Philippe Cote


CHEMINS de Martine ROUSSET
janvier 31, 2015, 8:05
Filed under: Agenda

Mardi 10 Février 2015 à 20h30 – Studio des Ursulines
10 Rue des Ursulines
75005 Paris

Martine ROUSSET pratique depuis 1977 un cinéma indépendant qui questionne les relations entre l’image cinématographique et l’écrit, elle expérimente les alliances texte-image ; filmant la trace, elle travaille la figure de l’empreinte et explore le point de rencontre où la prégnance de l’absence touche l’absolue présence.

Elle présentera ce soir son dernier long-métrage, fruit de 8 années de travail, basé sur l’écrit inachevé de Julien Gracq , «la route», écrit en 1970.

l’écrit inachevé de Julien Gracq , la route écrit en1970, une forêt de bord de mer ,
l’énigme d’une trajectoire,
par cet écrit en ce paysage, et ce paysage en cet écrit ,
elle creuse , à contre courant ,depuis un double écho vers une même racine,
profonde,invisible , d’une absolue présence,
un feu de pierres,
texte et paysage sont alors ramures de même langage
MR 2014

En présence de la cinéaste.

CHEMINS de Martine ROUSSET
2006-2014 / vidéo / coul-n&b / son / 80′ 00

Publicités


Cycle JACQUES PERCONTE
janvier 31, 2015, 7:58
Filed under: Agenda

Site :

JACQUES PERCONTE 5 – Vendredi 6 Février 2015 – 19h30 – Cinémathèque Française

La rage/L’amour

MARS EN GUERRE DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2003/2’/NUMÉRIQUE

Suivi de

RAZER DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/1996/5’/VIDÉO

Suivi de

UN’ORA CON EZRA POUND DE VANNI RONSISVALLE
ITALIE/1967/EXTRAIT 7’/ VOSTF/NUMÉRIQUE
Venise, 26 octobre 1967, rencontre lumineuse entre deux des grands poètes du XXe siècle. Pier Paolo Pasolini s’entretient avec Ezra Pound et lit ses poèmes.

Suivi de

SNSZ DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2002-2003/
EXTRAITS 17’/NUMÉRIQUE

Suivi de

IVAN ILLICH DE BERNARD ROTHSTEIN
FRANCE/1972/EXTRAITS 10’/NUMÉRIQUE

Suivi de

SATYAGRAHA DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2009/5’/NUMÉRIQUE

Suivi de

JEAN-LUC GODARD DANS « LA POLITIQUE ET LE BONHEUR : GEORGES KIEJMAN » [TV]
DE JANINE BAZIN ET ANDRÉ S. LABARTHE

FRANCE/1972/EXTRAIT 5’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LA CHINOISE 115, 2E DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2013/5’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LIBRES DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2012/4’/NUMÉRIQUE

Suivi de

ISZ DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2003/17’/NUMÉRIQUE

En présence de Jacques Perconte et Bidhan Jacobs

JACQUES PERCONTE 6 – Vendredi 6 Février 2015 – 21h30 – Cinémathèque Française

Avec Michael Snow

UISHET (SANS TITRE N°5) DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2007/EXTRAIT 13’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LA RÉGION CENTRALE – EXTRAIT 1
CANADA/1971/9’/16MM

Suivi de

APRÈS LE FEU DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2010/7’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LA RÉGION CENTRALE – EXTRAIT 2
CANADA/1971/9’/16MM

Suivi de

LE SANCY, SANS TITRE N°2
DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2014/10’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LA RÉGION CENTRALE – EXTRAIT 3 DE MICHAEL SNOW
CANADA/1970/9’/16MM

Suivi de

ARVORE DA VIDA DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2013/10’/NUMÉRIQUE

Suivi de

LA RÉGION CENTRALE – EXTRAIT 4
CANADA/1971/9’/16MM

Suivi de

SCOTTISH BORDERS DE JACQUES PERCONTE
FRANCE/2014/40’/NUMÉRIQUE

En présence de Jacques Perconte et Bidhan Jacobs



Cinéplastique
janvier 29, 2015, 5:38
Filed under: Agenda

Séance 4 : Vendredi 13 février 2015, de 12h à 15h au Centre Pompidou ( entrée libre )

Le geste graphique

– Hans NAMUTH & Paul FALKENBERG, Jackson Pollock, 1951, film 16 mm couleur, sonore, 10’14’’.
– François CAMPAUX, Henri Matisse, 1946, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 22’.
– Paul HAESAERT, Visite à Picasso, 1949, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 20’18’’.
– Anonyme, [Kandinsky en train de peindre], s.d., film, noir et blanc, silencieux, 2’49’’.
– Gary HILL, Picture Story, 1979, vidéo, NTSC, couleur, sonore, 6’27’’.
Durée totale de la projection hors présentations = 1 h 02 min environ

Programme : cinéplastique-programme-et-manifeste



Ernie Gehr
janvier 29, 2015, 5:34
Filed under: Agenda

04 – 11 et 18 Février à 19 H – Centre Pompidou

Figure incontournable de l’avant-garde cinématographique américaine et de son courant structurel aux côtés de Michael Snow, Ken Jacobs ou encore Hollis Frampton, Ernie Gehr s’est imposé dès les années 1960 comme l’un des artistes les plus prolifiques et inventifs de sa génération. Invité par le Centre Pompidou pour présenter une sélection de ses œuvres récentes et encore inédites en France, Ernie Gehr à imaginer deux programmes à travers lesquels la poésie de ses images en mouvement est nourrie par son observation de la vie et du paysage urbain quotidien mais aussi, de sa réflexion sur la photographie, le cinéma et le caractère transitoire de la vie humaine.

4 février 2015, à 19h00 – Film structurel

Représentant majeur du film d’avant-garde américain, Ernie Gehr a développé depuis la fin des années 1960 un cinéma profondément marqué par l’attention portée par le cinéaste aux constituantes élémentaires du film. Inscrits par l’historien du cinéma américain P. Adams Sitney dans le courant cinématographique dit structurel, c’est-à-dire « un cinéma fondé sur la structure dans lequel la forme d’ensemble, prédéterminée et simplifiée, constitue l’impression principale produite par le film. », les films 16mm d’Ernie Gehr, dont le canonique Serene Velocity (1970), conduisent irrémédiablement à reconsidérer l’expérience des images en mouvement.

11 février 2015, à 19h00 – Oeuvres récentes # 1

Figure incontournable de l’avant-garde cinématographique américaine et de son courant structurel – aux côtés de Michael Snow, Ken Jacobs ou encore Hollis Frampton –, Ernie Gehr s’est imposé dès les années 1960 comme l’un des artistes les plus prolifiques et inventifs de sa génération. Invité par le Centre Pompidou pour présenter une sélection de ses œuvres récentes et encore inédites en France, Ernie Gehr a imaginé deux programmes à travers lesquels ses images sont nourries par son observation de la vie et du paysage urbain quotidien, par sa réflexion sur la photographie et le cinéma. L’artiste présente également, samedi 14 février à 15h, une sélection d’œuvres issues de la collection des films du musée. Séance présentée par Ernie Gehr.

18 février 2015, à 19h00 – Oeuvres récentes # 2

Dès les années 1960, Ernie Gehr apparaît comme l’un des artistes les plus influents et novateurs de l’avant-garde cinématographique américaine. Inédites en France, les œuvres digitales présentées dans ce programme reflètent parfaitement les préoccupations portées par le cinéaste au caractère obsédant de l’image photographique confrontée au paysage urbain américain. Séance présentée par Ernie Gehr.

Ernie Gehr, Picture Taking, 2010, fichier numérique, coul, son, 10’
Ernie Gehr, Work-in-Progress, 2012, fichier numérique, coul, son, 30’
Ernie Gehr, Winter Morning, 2013, fichier numérique, coul, son, 18’
Ernie Gehr, A Commuter’s Life (What a Life!), 2014, fichier numérique, coul, son, 20’



Au delà de l’effet-Magiciens
janvier 29, 2015, 9:13
Filed under: Agenda

6-7-8 février 2015
Fondation Gulbenkian (le ven. 6)
& Laboratoires d’Aubervilliers (le sam. 7 et le dim. 8)
Symposium-performance

Une géographie globale de l’art s’est imposée depuis la fin des années 1980. Une scénographie diplomatique imagine durant trois jours, d’autres géographies possibles de l’art.

Avec Kader Attia (artiste), Joaquin Barriendos (théoricien de l’art), Romain Bertrand (historien), Tania Bruguera* (artiste), Fernando Bryce (artiste), Gustavo Buntinx (historien de l’art, curateur), Pascale Casanova (théoricienne de la littérature), Eder Castillo (artiste), Emmanuelle Chérel (historienne de l’art), Cesar Cornejo (artiste), Jérôme David (théoricien de la littérature), Charles Esche (curateur, théoricien), Olivier Hadouchi (historien du cinéma), Kiluanji Kia Henda* (artiste), Maria Hlavajova (directrice artistique BAK), Eduardo Jorge (écrivain, essayiste), Mathieu Kleyebe Abonnenc (artiste), Kapwani Kiwanga (artiste), Pedro Lasch (artiste), Olivier Marboeuf (directeur artistique de Khiasma), Vincent Message (essayiste, romancier), Yves Mintoogue (doctorant en sciences politiques), Jean-Claude Moineau* (théoricien de l’art), Julia Morandeira Arrizabalaga (commissaire d’exposition), Malick N’Diaye (historien de l’art), Vincent Normand (auteur, commissaire d’expositions), Olu Oguibe (artiste), John Peffer (théoricien de l’art), Estefanía Peñafiel Loaiza (artiste), Revue Afrikadaa (Pascale Obolo, Louisa Babari), David Ruffel (directeur artistique), Lionel Ruffel (théoricien de la littérature), Elena Sorokina (commissaire d’exposition), Ida Soulard (historienne de l’art), Boaventura de Sousa Santos (sociologue), Camille de Toledo (écrivain, artiste), Susana Torres (artiste), Françoise Vergès (politologue), Nicolas Vieillescazes (philosophe).

Commissariat et direction: Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós.
Avec le soutien de la Mairie de Paris, de la Région Ile-de-France, de la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France, les Laboratoires d’Aubervilliers. Une publication suivra également, soutenue par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes/l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole et les Presses Universitaires de Rennes.
Production: le peuple qui manque
Coordination: Isabelle Montin, Helena Hattmannsdorfer, Viola Giulia Milocco, Riccardo Ferrante
Scénographie: Adel Cersaque



15èmes Rencontres Cinématographiques Dionysiennes/Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
janvier 27, 2015, 11:45
Filed under: Agenda

Du 4 Février au 10 Février à
CINÉMA L’ÉCRAN
PLACE DU CAQUET 93200 SAINT-DENIS

Dont le thème est Femmes Femmes

Télécharger le programme : FF-PROGRAMME

A l’intérieur du festival le Vendredi 6 Février à 16 H 30

BRAQUAGE participe aux 15èmes Rencontres Cinématographiques Dionysiennes/Est-ce ainsi que les hommes vivent ? en proposant une séance de courts métrages expérimentaux, dont le titre est Féminin, Singulier. Voir programmation ci-dessous.
La séance, présentée par Francesca Veneziano (de Braquage) aura lieu le vendredi 6 février, à 16h30.

Féminin, singulier :
Cette programmation de femmes cinéastes expérimentales regroupe des pratiques très différentes de cinéma : journaux filmés, parfois très intimes, remontages d’archives en forme d’autoportrait, approches mytho-poétiques face au monde et à la situation même d’être femme, performance mettant à mal à la fois l’histoire humaine et celle du corps féminin. Ce panorama de films prélevés dans le large champ du cinéma d’avant-garde, à la fois militants et plastiques, déploie ce qui anime toujours les cinéastes expérimentaux à savoir l’indépendance fondamentale et l’implication totale au cœur de leur création singulière.
Meshes of the Afternoon de Maya Deren, 1943, 13’, nb, sonore, 16mm / Elsa merdelamerdelamer d’Abigail Child, 2013, 4’, nb, sonore, fichier num / Kugelkopf de Mara Mattuschka, 1985, 6’, nb, sonore, 16mm / Element d’Amy Greenfield, 1973, 12’, nb, muet, 16mm / Sexe thym de Nathalie Harran, 1992-93, 1’, couleur, muet, 16mm / Jours en fleur de Louise Bourque, 2003, 5’, couleur, sonore, 35mm / Soi même de MM Serra, 1995, 6’, couleur, sonore, 16mm / Cosmetic Emergency de Martha Colburn, 2005, 9’, couleur, sonore, 35mm / Negative Man de Cathy Joritz, 1985, 3’, n&b, sonore, 16mm / K (Les femmes) de Frédérique Devaux, 2003, 5’, couleur, sonore, 16mm
​Séance présentée par Francesca Veneziano (intervenante cinéma, critique et programmatrice pour l’association Braquage)

Suivi à 18 H

DOUBLE LABYRINTHE de Maria Klonaris, Katerina Thomadaki – voir

France/1975-1976/couleur/50’/silencieux/Super-8 transféré en 16 mm

Séance en présence de Katerina Thomadaki et Hélène Fleckinger



Hommage à René Vautier
janvier 27, 2015, 10:13
Filed under: Agenda

10865752_10205793957585065_8480926966252724564_o