Philippe Cote


La voix de Gilles Deleuze
novembre 30, 2013, 9:10
Filed under: Fleurs secrètes

La voix de Gilles Deleuze où il est question de Vigo, Gremillon, Vertov, Brakhage, Duras….: ici

 

Publicités


MOVING_IMAGE : « M COMME MANIPULATION »
novembre 30, 2013, 10:01
Filed under: Agenda

MERCREDI 4 DÉCEMBRE, 19H30

À LA GAÎTÉ LYRIQUE – 3 bis rue Papin – 75003 Paris

Pour la treizème lettre de son abécédaire, MOVING_IMAGE propose de découvrir le regard et le questionnement d’artistes et de cinéastes autour de la notion de MANIPULATION. Avec la projection de 7 films et vidéos rares qui interrogent la limite extensible de nos croyances sociales, une intersection critique entre le réel et la fiction. Avec des réalisations de Daya Cahen, Gints Gabrans, Democracia, Caroline Campbell et Nina McGowan, François Bucher, Nicolas Provost, Neil Beloufa.

ŒUVRES PROJETÉES

Daya Cahen : Birth of a Nation | Documentaire exp., 10’54 », Pays-Bas/Russie, 2010

Gints Gabrans : Parahypnosis | Vidéo, 6′, Lettonie, 2007

Democracia : Ne vous laissez pas consoler | Vidéo, 17’04 », Espagne/France, 2009

Caroline Campbell, Nina McGowan : Loitering Theatre | Vidéo, 4’16 », Irlande, 2012

François Bucher : Regina Totori | Vidéo, 6′, Colombie/France, 2012

Nicolas Provost : Stardust | Fiction exp., 20′, Belgique/USA, 2010

Neil Beloufa : Sans titre | Fiction exp., 15′, France, 2010

Lire la suite



La Sixième Partie du monde
novembre 28, 2013, 5:22
Filed under: Agenda, Fleurs secrètes

Immanquable !

29 novembre 2013, à 20h00

Cinéma 1 – Centre Pompidou

La Sixième Partie du monde (Chestaïa tchast ’ mira), de Dziga Vertov, URSS, 1926, 74’, nb, muet

CIN-MARKERMONDE_normal

« Louons Dziga Vertov / car si j’avais à choisir les Dix Meilleurs / Documentaires de Tous les temps / je trouverais cela grotesque / mais s’il n’y en avait qu’UN seul à / choisir : / « LA SIXIEME PARTIE DU MONDE » / Parce que ce moment de notre histoire, / cette palingénésie / cette aube, cette naissance de notre / mémoire, / cette première esquisse de ce qui / devait être notre monde, / bon et mauvais, / Poudovkine nous y a fait penser / Eisenstein nous y a fait rêver / mais un seul homme nous l’a fait VOIR / DZIGA VERTOV » Chris Marker, poème publié dans une revue est-allemande, 1967.



LIGHT CONE/LE BAL : LA JEUNE GARDE DU CINÉMA EXPÉRIMENTAL
novembre 28, 2013, 5:10
Filed under: Agenda

Mardi 17 Décembre 2013 à 20 H

Cinéma des Cinéastes
7, avenue de Clichy
75017 Paris

Une programmation de Jeanne Vellard et Emmanuel LEFRANT (Light Cone)

Si les cinéastes de la collection de Light Cone viennent du monde entier, ils sont cependant majoritairement situés aux alentours des principaux foyers de production de cinéma expérimental que sont historiquement l’Amérique du Nord, l’Autriche, l’Allemagne et la France. C’est aussi le cas de cette nouvelle génération d’artistes que nous présentons à l’occasion de l’exposition au BAL dédiée à la jeune création photographique.

La plupart d’entre eux ne sont pas seulement cinéastes, ils sont aussi « plasticiens », souvent représentés par une galerie. A l’époque du « tout numérique », où la grande majorité des salles de cinéma ne projette plus en pellicule, on note un renouveau de l’intérêt porté par les plasticiens au cinéma, et en particulier à la pellicule (à l’exception de Jacques PERCONTE, qui travaille spécifiquement sur le médium vidéo et notamment les questions de la compression et la décompression). Ces artistes renouent ainsi avec la tradition, souvent pour des raisons formelles ou esthétiques (les qualités granulaires du médium, l’entraînement mécanique du projecteur, etc.). Dans les années 50 puis surtout dans les années 60, les plasticiens investissent le champ du cinéma expérimental, ce qui n’est pas sans rappeler ce qui s’était déroulé dans les années 20, principalement en Europe, avec Fernand Léger, Hans RICHTER, Viking EGGELING, Man Ray ou Marcel DUCHAMP. Une tendance – où les pratiques se croisent et se nourrissent les unes les autres – inaugurée par le mouvement lettrisme puis par FLUXUS et suivi de près par d’autres (Christian BOLTANSKI, Raymond Hains, Jacques MONORY, etc.), qui trouve ainsi des prolongements dans les pratiques expérimentales contemporaines.

Au début des années 80, le cinéma expérimental connaît un tournant. Les films, jusque-là réservés au sanctuaire de la salle de cinéma en sortent progressivement et rejoignent les espaces muséaux puisque musées et galeries commencent à s’intéresser aux artistes qui exercent une pratique filmique. D’un médium utilisé massivement par une industrie, l’argentique devient désormais un support de création délibérément choisi par un certain nombre de plasticiens qui mènent avec ce support des recherches spécifiques (Stan Douglas, Tacita Dean, Rodney Graham, etc).

Si la plupart des artistes présentés ici développent une pratique transversale qui les mène vers les champs de la photographie, de l’installation, de la vidéo et de la performance, tous – contrairement aux premiers plasticiens qui se sont essayés au cinéma – ne l’envisagent pas uniquement selon ses caractéristiques plastiques fondamentales. Chez Laida Lertxundi notamment, on décèle un intérêt pour les dimensions fictionnelles du cinéma, chez Peter MILLER, ses caractéristiques phénoménologiques, chez Maria KOURKOUTA, sa dimension poétique, chez Ben RUSSELL, on comprend comment le cinéma, en tant que moyen d’expression du réel, a toute son importance.

THE ROOM CALLED HEAVEN
de Laida LERTXUNDI
2012 / 16 mm / coul / son / 11′ 00
ERRATA
de Alexander STEWART
2005 / 16 mm / coul / son / 6′ 30
RETOUR À LA RUE D’ÉOLE
de Maria KOURKOUTA
2012-2013 / vidéo / n&b / son / 14′ 14
FALSE FRIENDS
de Sylvia SCHEDELBAUER
2007 / vidéo / n&b / son / 4′ 50
CHUVA (MADEIRA)
de Jacques PERCONTE
2012 / vidéo / coul / son / 8′ 06
BLACK AND WHITE TRYPPS NUMBER THREE
de Ben RUSSELL
2007 / 35 mm / coul / son / 11′ 30
MIRROR MECHANICS
de Siegfried A. FRUHAUF
2005 / 35 mm / n&b / son / 7′ 30
TEN MINUTIAE
de Peter MILLER
2012 / 35 mm / n&b / sil / 5′ 00


LES SEANCES DU COLLECTIF JEUNE CINEMA
novembre 28, 2013, 3:53
Filed under: Agenda

7 SUPER 8MM (2001-2012)

le 21/12/2013 à 22h00

Dans le cadre de la fête nationale du Court-Métrage, LE JOUR LE PLUS COURT, le Collectif Jeune Cinéma propose une sélection de films contemporains (2001-2012) tournés en super 8mm et issus de son catalogue. Pour faire écho à ces oeuvres, nous accueillerons deux cinéastes de l’Etna, atelier de cinéma expérimental et laboratoire de développement artisanal : Catherine Bareau ouvrira la séance par une performance avec 2 projecteurs super 8mm, et Tomaz Burlin la clôturera avec son film ’’Dead Seas’’.

FACE À CE QUI SE PRÉSENTE de Catherine Bareau  (2003, FR, 14′, performance)
Que filmer ? Quelle histoire raconter ou taire ? Que montrer, voiler, dévoiler ?
Poème, manifeste, lettre, autoportrait, méditation, Face à ce qui se présente dit la clarté qui vient.

+54 de Daphné Hérétakis (2012, GRÈCE, 5′)
Film “de commande” pour le collectif 100jours, +54 était le 54ème parmi 100 courts mis en ligne au rythme de un par jour, durant la période qui a précédé les élections présidentielles. Il a été tourné à Athènes, fin février 2012.
Développé à la main au laboratoire LabA, Athènes, Grèce.

MOTIF 1 de Patricia Godal (2011,  FR,  5′)
Motifs abstraits d’une improvisation chorégraphique de Lidia Martinez sur la musique du Salomé de Carmelo Bene.

INK de Sarah Darmon (2001, FR, 6′)
Un univers cauchemardesque en noir et blanc.
Un personnage distant, spectateur de la violence qui grandit dans sa maison.
une jeune fille effrayée, un peintre hystérique, un monstre marin.

ROUGE de Alice Heit  (2012, FR, 14′)
Récit d’un bouleversement intérieur qui conduit jusqu’à l’intérieur du corps. Le corps n’est pas un lieu séparé du monde, et ici, s’y condensent avec violence certaines des questions redoutables qui se posent aux humains d’aujourd’hui.
Développé à la main au laboratoire Treiz, Rennes, France.

UNTITLED#1 de Masha Godovannaya  (2005, RUSSIE, 4′)
Je marchais autour de Nevskiy Prospect et j’ai vu cette fille qui dansait une danse passionnée et séduisante.(M.G.)

DEAD SEAS de Tomaz Burlin  (2010, ITALIE, 13′)
Dans l’entrelacs des images argentiques, mouvantes et photographiques, l’auteur explore la dimension émotionnelle de l’image. L’oeuvre est composée principalement par des images des mers, tournées par lui même mais aussi par des images de films de famille trouvés. Sur un poème de Konstantin Kavafis – Itaque.
Date : 21/12/2013

Lieu : Cinéma la Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris, metro Censier Daubenton, ligne 7)



éros militant : le cinéma de lionel Soukaz
novembre 25, 2013, 11:27
Filed under: Agenda

1458495_585995914801099_1247826894_n



Jean-Gabriel Périot – Films et débat
novembre 25, 2013, 11:21
Filed under: Agenda

Programmation de «L’autre Ecran»

Salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris

Métro Sentier ou Les Halles

JEUDI 28 NOVEMBRE 2013 à 20 H ▶ Jean-Gabriel Périot, 8 films

Depuis plus de 10 ans, Jean-Gabriel Périot questionne les images. Que disent-elles sans les mots ? Qu’apporte de neuf un montage d’images d’archives d’un événement du passé ? Deviennent-elles contemporaines ? Les films de Jean-Gabriel Périot n’apportent pas de réponse, et c’est tant mieux ! Chacun se les approprie pour nourrir sa propre réflexion sur le monde.

site de Jean-Gabriel Périot

Lire la suite