Philippe Cote


L’ Angle du monde par Vanna Carlucci
avril 20, 2016, 9:23
Filed under: Mes films

Texte écris par Vanna Carlucci pour la revue UZAK sur le film L’Angle du monde

Lien :

texte vanna

Bibliografia

D’Angela T. (2014): Three Landscapes o l’autopsia del paesaggio, «La furia umana»

Mitry J. (2002): Storia del cinema sperimentale, CLUEB, Bologna

Publicités


Jean Epstein Actualité et postérités
mars 1, 2016, 9:23
Filed under: Fleurs secrètes, Mes films

J’ai écris un texte pour cet ouvrage : L’ANGLE DU MONDE – Fabrication d’un film tourné à Ouessant, Molène et Sein

1455546865

Lien : ici

Cet ouvrage propose de relire et revoir Epstein, en examinant avec un regard neuf son importante et si originale production littéraire, en évaluant sous des angles nouveaux la place de sa réflexion et de son travail de création dans son époque, et en mesurant l’influence de sa pensée sur notre temps en termes de propositions théoriques et d’inventions formelles.

Avec le soutien de l’équipe d’accueil 3208 Arts : pratiques et poétiques de l’université Rennes 2.



Mes trois derniers films
décembre 20, 2014, 11:58
Filed under: Mes films

Andalousie de Philippe Cote
France/2013-2014/24’/Super 8 et Mini dv
Avec Violeta Salvatierra

A l’origine, il y avait les mots que tu m’as écrits pour initier les images à faire, loin d’ici, seul, là-bas à Séville et en Andalousie.
Les impressions de ce film sont issues de plusieurs séjours en Andalousie entre 2007 et 2013, conservant le désir de cette démarche initiale. En 2010, je réalisais 19, Espiritù Santo, Andalousie clôt ce projet.

Le film :
Mot de passe : andalousie

Ganesh de Philippe Cote
France/2015/15’/Super 8

Chaque année, la communauté tamoule originaire d’Inde du sud et du Sri Lanka se réunit pour fêter le Dieu Ganesh
Il y a plus de dix ans, à cette occasion, je réalisais mes premières pellicules Super 8…j’ai longtemps laissé de côté ces images espérant un jour les compléter, ce qui fut fait plusieurs années après, par deux séjours de un mois en Inde, notamment à Chennaï en Inde du Sud et par un nouveau tournage lors de la dernière fête Ganesh en Septembre dernier- Le film est une description de gestes, de corps dansants, de présences enregistrés lors de cette fête, traversée de réminiscences de mes séjours effectués en inde.

Le film :
Mot de passe : ganesh

Histoire de la nuit de Philippe Cote
France/2015/17’/Super 8

Déambulation nocturne et onirique,filmée dans plusieurs villes du Sud de l’Europe : Portugal, Espagne, Italie et Grèce
Partant d’un motif plastique, le film développe peu à peu un registre plus métaphorique
Le titre est un hommage au film de Clemens Klopfenstein dont le film est visible

Le film :
Mot de passe : nuit



Andalousie
avril 7, 2014, 7:36
Filed under: Mes films

en attendant la suivante…? nième version de Andalousie

Andalousie de Philippe Cote
France/2014/24’/Super 8

Le film est visible

Mot de passe : andalousie

Attention – dernière mise à jour ! : cette version a profondément été modifiée : environ 10 minutes ont été supprimées, remplacées par d’autres images tournées après – Le montage s’en trouve resserré et plus cohérent – Les 10 minutes supprimées concernaient toute la partie nocturne, ceux-ci constituent une partie des images de Histoire de la nuit , autre film



L’EN DEDANS – LES OMBRES
octobre 6, 2013, 12:07
Filed under: Mes films

Nouvelle version de meilleure qualité mise en ligne

Le geste a consisté à refilmer quelques centimètres d’une image projetée à la recherche de la figure cachée ( palimpseste )

Film de Philippe Cote

16mm couleurs et nb, silencieux, 15mn, 2005

lien direct : ici

Franchissement du cadre et passage à l’intérieur.
L’image se transforme, se reconstitue et se révèle par des mouvements concrets et instables, des formes élémentaires, des lignes de force, points de lumière et noirs profonds.
Le film oscille entre constituants de l’image (grain, ligne…) et sa représentation, laissant entrevoir des figures souterraines et oubliées.



Des nuages aux fêlures de la terre
septembre 30, 2013, 8:44
Filed under: Mes films

Réalisé en 2007, la version mise en ligne est meilleure que la précédente

Le titre du film a été inspiré par Violeta Salvatierra suite à une conférence de Georges Didi-Huberman ( ) dans laquelle celui-ci analysait une séquence magnifique de Carmen Amaya dans Los Tarantos

Carmen Amaya y frappe la terre comme pour y provoquer des fêlures soulevant des nuages de poussière

super 8 couleurs et nb, silencieux, 17mn50

Lien direct : ici

« Du noir et blanc, puis une teinte entre couleur et noir et blanc
Vert bronze
Du grain de la gravure de la photo c’est fixe puis on sait qu’on regarde du cinéma
Le temps de l’invention de l’image photographique nous est à nouveau présent nous revient en mémoire
Ether toujours
Géométrie de la terre et géométrie du nuage le sens des nuages
Ça donne envie de lire des pages sur les nuages on en a écrit tant de toutes sortes littérature art plastique philosophie science cinéma et d’autres
Tous les domaines de la rêverie et de la réflexion humaine ont été innervés par ces vagues voluptueuses
Tous ont été surfaces reflétantes miroitantes
Le cinéma seul montre ces voyages ces défilements
Le bleu soudain et l’étoile à la lucarne
Géométrie des formes lignes rayures triangles rectangles noirs blancs
Monts noirs monts blancs en miroir reflets du ciel
Puissance du gris nuances des commencements
Cîmes
Regards tendus corps de la lumière silhouettes furtives
Effacements successifs
On peut ouvrir grand les paupières
Si l’on veut. »
– Catherine Bareau



L’ Angle du monde
septembre 15, 2013, 12:19
Filed under: Mes films

Réalisé en 2006, la version mise en ligne est enfin de meilleure qualité que celle existante  jusqu’alors – Le film a été en outre raccourci de 3 à 4 minutes. Remerciements à Dérives

super 8 couleurs et nb, silencieux, 29m, 2006


Lien direct : ici

Ensemble d’impressions ressenties lors de différents séjours sur les îles d’Ouessant, de Sein et de Molène.

L’angle du monde participe de mon désir de diriger la caméra vers des paysages, des espaces, des gens, de se laisser surprendre et étonner par ce qui se présente. Ici les métamorphoses de la lumière, de l’eau, de la terre, du ciel et de l’humain.
Le film s’inscrit aussi dans un hommage à ce courant poétique du cinéma des îles et à leurs auteurs, Powell, Flaherty, Epstein.

« L’angle du monde donne à voir le réel en tant que présence extérieure et intérieure à la fois, altérité opaque, capable néanmoins de devenir espace intime. Durées et distances incommensurables d’un intérieur qui s’ouvre, se mele à l’infini d’un paysage qui ne cesse de se transformer. Le mouvement mystérieux des nuages, la cadence des vagues à contre-jour ou le glissement silencieux d’une silhouette humaine à peine identifiable, tout semble transfiguré, déréalisé et réinventé par la lumière, dans un univers poétique qui évoque les tableaux de Turner ou de Friedrich, certains écrits de Poe ou de Baudelaire. » (Violeta Salvatierra)

ouessant4bisok